Comment avoir toujours raison lorsque l’on a tort ?

Arthur Schopenhauer raison

Je vais aujourd’hui vous présenter 5 manières d’avoir toujours raison lorsque les faits montrent que vous avez tort, ou que votre interlocuteur vous explique que vous avez tort, lors d’un débat sur un réseau social. Ainsi, d’ici la fin de l’article vous saurez comment avoir raison lorsque vous avez tort et que votre interlocuteur contre argumente correctement et tient un propos sourcé et valable. L’ironie et la satire seront légion dans cet article !

Vous vous rappelez de la cible de Graham ? Cet article va vous montrer comment viser au maximum en dehors de la cible et tuer un maximum de chatons au passage.

Cible de Graham raison
La cible de Graham ; visez en dehors du cerle pour avoir toujours raison et dire à votre interlocuteur que vous avez tort. Crédit photo : ©Le chat septique.

Le blocage

Voici l’histoire : Votre interlocuteur vous dit que les soins sans consentement c’est mal. Il source son propos, argumente, n’insulte jamais et démonte proprement chacun de vos arguments.
Que pouvez vous faire ? L’insulter ? Non, ce serais tomber très bas, enfin c’est surtout que vous tenez à votre compte. Contre-argumenter ? Non, car vous êtes à court d’arguments.


L’autre option vise à le bloquer : c’est très efficace. Non seulement ça vous donne le dernier mot, mais en plus ça le plante dans son coin. Comme ça, vous avez raison.
Vous pouvez également, avant de le bloquer, lui lancer une phrase bateau totalement irréfutable et qui vous donne toujours raison. Vous pouvez par exemple lui dire qu’il ne sait pas de quoi il parle. Ainsi, vous avez toujours raison.

Le grand complot

Situation : votre interlocuteur vous dit que les vaccins sont sûrs et sont efficaces, ou que les jus de fruits ne soignent pas le cancer.
Votre interlocuteur contre-argumente, et il source ses propos : INSERM, NCBI, Consensus scientifique… Bref, que des sources officielles et scientifiques. Mais vous, vous sachez la véritude : les vaccins sont dangereux et sont un complot pour tous nous tuer avec une puce RFID.
Que faire ?


Vous pouvez crier au complot. Crier au loup quoi. Pour l’exemple des vaccins, il suffit de dire que les études et les sources en questions sont financés par les lobbys pharmaceutiques.
Ainsi, vous avez toujours raison, selon la formule « Pile j’ai raison, face lobbys » puisque quoi que dise votre interlocuteur, ce sera faux puisque c’est corrompu par les lobbys.

Vous pouvez même aller plus loin en accusant votre interlocuteur d’être lui même payé par les lobbys. Et si il n’est pas d’accord avec vous, vous pouvez l’abreuver de formules fallacieuses (telles que « Vous êtes dans le déni » ou « Vous êtes un mouton » ou encore « Ouvrez les yeux ! », et n’oubliez pas de caser un petit « merdias » ou un petit « BFMWC » dans le lot)

L’insulte et l’attaque personnelle

l'art d'avoir toujours raison
L’art d’avoir toujours raison, Arthur Schopenhauer. Crédit photo : ©ychuisnard, twitter.

Le principe est assez simple, vous allez insulter et diffamer votre interlocuteur. Vous allez par exemple lui dire qu’il est con : ça vous donne toujours raison puisque lui est con et vous, vous êtes intelligent. Après tout, pourquoi ce serait vous qui seriez con et pas votre interlocuteur ?


« Problème » : Si vous n’avez pas de bol, vous tombez sur quelqu’un qui est finalement intelligent et qui pensera à envoyer vos injures à la modération du réseau social sur lequel vous êtes. Il pourrait également porter plainte, ce qui vous vaudrait 1 an d’emprisonnement et 45 000€ d’amende, de quoi largement réfléchir et remettre en question vos convictions.


Vous pouvez également l’attaquer, en allant de l’attaque sur le pseudo à l’attaque sur le physique, le privé ou les problèmes de la personne, voir le menacer. Ainsi, si vous êtes en face d’un asperger antipsychiatrie, pensez à lui rappeler de prendre ses neuroleptiques ou le traiter de psychotique, voir le menacer d’internement.

Vous avez alors raison quoi qu’il arrive, et votre interlocuteur pouffera de rire devant une argumentation de si belle qualité.
Une autre option, plus subtile, consiste à caricaturer les opinions politiques de votre interlocuteur, en le traitant de SJW si il est gauchiste et de facho si il est droitiste.


Vous pouvez également harceler votre interlocuteur avec un gros groupe, comme ont fait certains groupes Discord ou comptes twitter dont je tairais le nom, dont certains se sont pris une plainte. C’est absolument pas constructif mais vous avez toujours raison et ça défoule. Même si vous risquez au mieux de perdre votre compte et au pire d’aller voir la couleur des murs de la maison d’arrêt de votre ville, ce qui sera bien mérité même si vous savez au fond de vous que vous avez raison.

Le hors-sujet

Godwin (loi) – Le Conotron
Le point Godwin consiste en une comparaison fallacieuse de quelqu’un, quelque chose ou une opinion avec Hitler, le Nazisme ou la Shoah.

C’est un petit peu plus subtil et intelligent que le précèdent, ça consiste à changer de sujet. Par exemple, vous pouvez téléphoner votre interlocuteur sur le manque de moyens lorsqu’il dénonce, sources, témoignages et preuves a l’appui, des fautes médicales ou des abus institutionnels très graves. Non seulement ça vous donne raison, mais en plus ça reporte la faute des abus en question sur une entité bien précise (ici le gouvernement) et fait office d’excuse fourre-tout.


Vous pouvez aussi parler du médiator, du lévothyrox et du vioxx lors d’un débat sur l’homéopathie : non seulement ça vous donne raison mais en plus ça culpabilise votre interlocuteur de promouvoir la méchante allopathie. Et pourquoi ne pas parler du réchauffement climatique lors d’un débat sur le capitalisme ? Ou parler de la dictature de l’URSS lors d’un débat sur le communisme ? Et pourquoi pas un point Godwin lors d’un débat sur l’immigration, quelque soit votre position sur le sujet ?

Contredire sans argumenter

la raison michel cymes
Certains internautes ont développés des mèmes pour parer aux contradictions non argumentées et a différentes punchlines courantes. Crédit photo © Asperger Défense (twitter) mème dérivé de celui d’un antivaccin notoire.


Celle-là, c’est une option lorsque vous n’avez ni hors sujet ni complot et que vous tenez trop à votre compte twitter/facebook et bancaire pour insulter et diffamer votre interlocuteur. Surtout que vous n’aimez pas bloquer, ou alors vous tenez impérativement à convaincre votre interlocuteur.
Elle est assez simple, elle consiste à contredire l’autre ou enchaîner des punchlines sans aucun arguments.


Exemples de phrases à lancer a votre interlocuteur, phrase qu’il pourra difficilement contourner :


« Vous n’y connaissez rien »
« Vous n’en savez rien »
« Mouton »
« Vendu au système »
« Religieux »
« Réveillez vous »
« Le débat est stérile »
« Foutaises »
« Vous généralisez »


Des dérivés de ces punchlines ou d’autres du même acabit sont possibles et sont généralement tout aussi efficaces.
A noter que lorsque votre interlocuteur donne une source ou une information fiable, vous pouvez toujours lui dire que ce n’est pas fiable et que c’est n’importe quoi, bien sûr sans aucune contre-sources, sinon c’est pas drôle. Vous pouvez également contre-carrer les sources de votre interlocuteur en faisant montre d’expérience personnelle.

Enfin, n’oubliez jamais : vous avez TOUJOURS raison. Comme 67 millions de personnes en France, d’ailleurs.

Total Page Visits: 815 - Today Page Visits: 2
Asperger Défense [Rédacteur en Chef]

Asperger Défense [Rédacteur en Chef]

Autiste asperger en lutte contre les soins sans consentement, pro-choix, et souhaitant, non pas fournir un simple avis comme généralement c'est le cas sur les réseaux sociaux, mais des analyses plus rationnelles et nuancées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *