XIX aka Coronavirus aka Covid-19 mortel

covid-19 coronavirus
Covid-19

Coronavirus

De la plume à l’encre en passant par une feuille blanche, c’est une avalanche de maux qui en découle. Je débute cette missive fautive, mais peu agressive, avec un message de désespoir qui dérive vers une folie massive et collective. Mes excuses les plus sincères, très chers lecteurs, pour ces rimes privées de saveurs, j’ai en effet perdu le goût des vers assassins. L’introduction terminée, je vais déposer sur ce papier des mots humides rouges et noirs, qui peineront à sécher, voire même, feront de vilaines traces.

Je développe et j’accuse les deux paraboles de mes cauchemars qui frappent deux sons de cloche pour mes oreilles innocentes. Je navigue sur des eaux hostiles de bâbord à tribord, de la poupe à la proue en éperonnant les bâtiments de guerre ennemis. Je me balade sur la bande FM pour écouter le sang et les cris, mais aussi le rire et la joie. Décidément, je suis une girouette que le vent malmène sans jamais la ménager.

Au petit écran, les ondes sont corrompues, le sang coule et roucoule, on m’accule et ça pullule d’informations volontairement erronées. Je suis perdu et assoiffé dans un désert peuplé d’une foule en colère, non encore prête à en découdre avec l’élite qui nous gouverne. L’Agnus Dei à la barre, la galère givrée dérive à soixante nœuds et coule.

Du pessimisme à l’optimiste et inversement, le chant redondant et chiant, l’enfermement physique et cérébrale m’inquiète, l’isolement aussi. Je panique, c’est caustique d’être sur la cime d’une montagne. De là haut je vous juge, mais perd aussi l’équilibre et déferle telle une avalanche en démesurant vos demeurants.

Dix-neuf raisons de s’accrocher à la vie perdue d’avance. La conclusion provoque la mort communautaire, ainsi que le néant qui dansent sur une mélodie linéaire légèrement feutrée ; en clair, une faucheuse et un cul de sac.

M’accuserait-on d’ouvrier littéraire pessimiste, qui donne un avis sclérosé par un mur d’immondices, ou pire, de prédicateur de la mort ?

Total Page Visits: 862 - Today Page Visits: 2
Avatar

Lionel Belarbi

Sur ce blog je traite et analyse des sujets d’actualités qui me font frémir de délire, sans avoir un avis journalistiques ou autres, j’exerce en toute impunité. Écrivain bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique. Merci de me signaler les photes d'orthographes, elles sont nombreuses et je m'en excuses par avance.

2 réponses

  1. Salut Lionel ! T’es en grève de réseaux sociaux ? Je n’arrête pas de te solliciter en MP sur Twitter et Face de bouc, et rien ! Aucune réponse ! Ni mouh ! Voilà ! Je commence à m’inquiéter ! Tu m’appelles bientôt ? Kiss

    • Salut, il souffre de la maladie bipolaire et il était (si je ne me trompe pas) en phase dépressive, c’est a dire une grosse dépression associé a une hypersomnie et un manque de motivation.
      Pendant cette phase, qui dure de 4 a 6 mois, il ne réponds quasiment plus et est inactif.
      Là, il reposte car la phase dépressive comme a s’estomper (c’est une très bonne chose)
      Enfin je me trompe peux être, @LionelBelarbi n’hésite pas a me corriger, car je ne suis pas dans ta tête et ce sont tes ressentis.
      Envisage de le recontacter d’ici quelques semaines, dès qu’il repostera de façon très régulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *