Violences faites aux femmes : Les Cowboys, les Ignares et les Bons

violences faites aux femmes

Les violences faites aux femmes et les intervenants

De part ma spécialité professionnelle et mon  association, les deux liées aux abus sexuels il m’a été donné de rencontrer les 3 sortes d’individus cités ci-dessus et comme je rends toujours à César ce qui appartient à César c’est parti :

J’ai eu la chance de travailler durant plusieurs années en collaboration avec une juriste du CIDFF de ma région qui était exceptionnelle.
Le CIDFF (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles) est en règle générale pourvu de personnes compétentes, compatissantes et efficaces. Ces centres existent dans toutes les villes de France et je dirai, enfin une bonne adresse !

Je ne peux pas parler en bien de toutes les juristes y exerçant compte tenu du fait que je n’ai travaillé qu’avec une seule, Cécile !
Je ne mentirais pas en disant que comme moi elle répondait présente 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 lorsque besoin était, mais cela était un engagement personnel uniquement car en dehors de ses heures de travail.

Elle était femme et juriste, me répondait au rythme de mes besoins donc au rythme du besoin des femmes victimes de violences et d’abus sexuels. Elle fut étonnée au début de notre relation que je reçoive autant de demandes d’aides, ces demandes venant des quatre coins de France et très vite elle m’envoyait ses cas les plus difficiles sur lesquels nous bossions ensemble.

Des femmes qui travaillent ensemble pour le bien des femmes c’est cela qui manque !
Des femmes qui n’ont peur ni des structures ni des hommes et encore moins du pouvoir !

Le mauvais vécu ensemble :

Le cow-boy !

Une jeune femme victime de violences conjugales graves depuis des années mais refusant de déposer plainte me contacte et il lui faut des semaines avant d’avoir confiance en moi, évident. J’ai besoin de Cécile et elle répond présent mais Coralie a peur car juriste = justice ce en quoi elle ne croit pas, ne vous demandez pas pourquoi car là aussi c’est évident !
Lorsqu’enfin elle se décide à déposer plainte à la seule condition que nous l’accompagnions grand soulagement mais de courte durée…

Un commissariat comme les autres dans une petite ville de province soit une femme flic et 10 flics hommes et nous avons eu, je l’espère tout du moins : le pire !

Je vous rappelle que LOGIQUEMENT pour ces cas là, la victime doit être reçue par une femme mais qu’elles sont souvent indisponibles…

Un cow-boy avec toute la panoplie sauf le chapeau.

violences faites aux femmes

La première entendue fut bien sur Coralie seule mais nous sachant tout près, nous la sentons malgré tout impressionnée par la stature de l’homme qui tend à l’intimidation.
Au bout de 30 minutes elle ressort en larmes nous disant qu’elle est désolée… Nous ne savons pas pourquoi, pas encore !

Et c’est à notre tour d’aller dans le bureau du shérif, les deux ensembles d’abord.
Et nous voilà toutes les deux accusées par ce mec de non assistance à personne en danger :

– Vous saviez que Madame X subissait des violences et vous le saviez depuis plusieurs mois oui ou non ?
Réponse conjointe de Cécile et moi

– Oui !

– Vous auriez du venir le signaler de suite au commissariat oui ?
Réponse conjointe de Cécile et moi
– NON !

Là débute un laïus tant de Cécile que de moi expliquant que nous sommes toutes deux tenues au secret professionnel et que nous ne devons en aucun cas prendre des décisions à la place d’une victime qui serait potentiellement en plus grand danger si nous le faisions et que c’est justement pour cette raison qu’elles viennent à nous se confier et trouver le courage de prendre LA décision.

Un bras de fer s’entame qui durera plus de 5 heures  avec menace de garde à vue !

Nous demandons à ce que Coralie soit protégée, qu’elle puisse partir loin selon ses souhaits dans une maison pour femmes en difficulté dès qu’elle aura signé sa plainte. Demande refusée !

Les seules personnes visées, les seules dans son collimateur : la juriste et la psy !
Séparées, reçues l’une après l’autre sans autorisation de sortir fumer, nous comprenons très vite Cécile et moi que cet homme est un acteur, il fait partie des maris violents c’est une évidence.


Coralie est presque devenue transparente assise sur sa chaise dans ce couloir aux murs défraichis regrettant d’être venue, regardant sa montre par peur d’être en retard chez elle et d’arriver après son bourreau qui lui demandera des comptes et tout ce qui va avec.
Impressionnée par ce qui se produit Coralie refusera de déposer plainte, reprendra le petit sac de voyage qu’elle avait préparé pleine d’espoir et disparaitra de notre paysage à jamais.

Dans les bons :

Je classe les instituts médicaux judiciaires car s’y dégage une humanité exceptionnelle vis-à-vis des victimes. Bien sur tout ce qu’elles subissent là bas est dur mais nécessaire pour aller plus loin. Des prises de photos aux examens médicaux tout y est pratiqué avec la plus grande délicatesse des mots aux actes.

J’ai eu à faire aussi à de merveilleuses inspectrices de PJ ainsi que de femmes dirigeantes de brigades.

Un avocat de renommé mondiale qui nous a consacré des heures de son temps en face à face pour les cas les plus délicats nécessitant de précieux conseils et mon conseil à moi sera de vous adresser à eux, et oui aux plus grands, qui vous écouteront avec plus d’attention et de compassion qu’un avocayon ; ils travaillent en effet parfois pour rien lorsqu’ils sont touchés par une affaire, les vrais, les grands, les bons !

Je termine par les ignares

Ces flics qui se foutent royalement des violences sexuelles subies par les femmes et osent encore en 2020 posez les questions :

– Comment étiez vous habillez ce jour là ?
– Portiez-vous une jupe courte ou un décolleté ?
– Avez-vous provoqué d’une manière ou d’une autre votre agresseur ?
– Avez-vous eu des gestes qui auraient pu être mal interprétés par votre agresseur ?

Parfois même, ils enverront votre plainte pour agression sexuelle au tribunal de police avec la mention simple de : HARCELEMENT A CONNOTATION  SEXUELLE /ET /OU SEXISTE ce qui sous entend que ce ne fut que des mots et votre plainte sera classée sans suite avant même d’arriver jusqu’au procureur !

Violences faites aux femmes

Total Page Visits: 828 - Today Page Visits: 2
Diane [Auteur]

Diane [Auteur]

De formation, je suis psychanalyste Reichienne ce dont je suis fière : Reich, bien loin de ceux qui ont appauvri l'humain dans toutes ses dimensions ! J'ai suivi les cours de Jacques Lesage de la Haye Personnage haut en couleur connu pour ses manifestes contre la psychiatrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *