Venez, on va compter les rhinocéros !

la pièce de Ionesco « rhinocéros »
la pièce de Ionesco « rhinocéros »

Compter les rhinocéros !

Connaissez-vous la pièce de Ionesco « rhinocéros » ? L’auteur, par son théâtre absurde décrit la montée du nazisme, on commence par une grande discussion sur la différence entre les rhinocéros d’Afrique et le rhinocéros d’Asie… Mais qu’importe la provenance, les rhinocéros se multiplient. Dans la vraie vie, il s’agit évidemment des nazis.

J’ai l’impression de regarder par la fenêtre télé, et d’entendre des discussions du genre « lui, c’est un rhinocéros pur jus », « celui-là, il devient plus foncé avec le temps… »

Je n’arrive plus à les compter !

Au début l’extrême droite, c’était l’affaire filiale, père fille. Le calcul était simple. Ils étaient devenus nombreux, mais papa Chirac avait gagné, youpi ! La fille est devenue grande, elle nous a poussé dans les orties macroniennes . Elle s’est fâchée avec ses amis, et des nouveaux rhinocéros sont apparus, plus souriants, plus modernes. Je ne l’avais pas vu venir, un monsieur tout gris et très médiatique est venu prendre la première place dans le camp noir, sans décimer la grande fille. Là, ça fait encore beaucoup de rhinocéros… Et hier surprise ! Une nouvelle vague prend ¼ des « républicains » (au passage, quel culot de s’approprier le nom). Demain, ils seront encore plus nombreux, ma calculette a fondu !

Ce qui évident, les électeurs auront le choix entre le président actuel et la vague noire de Rhinocéros, même si le rhinocéros « républicain » est une femme, il est trop tard, elle est phagocytée par les autres rhinocéros …

Pourquoi…?

Le rhinocéros aime vivre dans la fange, la boue. .. Et la boue, ce n’est pas ce qui manque.

D’abord, nous avons une boue faite des cerveaux ramollis, inutilisés. Depuis la plus tendre enfance, on n’apprend pas à se servir de nos têtes. L’école engraisse les cerveaux, avec des maîtres du savoir, mais ne développe pas l’intelligence. Le confort, les médias, la consommation nous rendent addictes aux raisonnements prémâchés. Il est trop fatigant de réfléchir. De toute façon « savoir », c’est facile, il suffit de lire les réseaux sociaux et de répéter les discours des grands…Hanouna par exemple. La première couche de boue est formée de simplisme, d’interdiction de la pensée. Les rhinocéros adorent le jeu des questions réponses : ça ne va pas, c’est la faute des migrants, il y a du chômage, c’est la faute des migrants, tout augmente, c’est la faute des Arabes …

C’est vrai que c’est du boulot d’utiliser ses neurones, mais merci aux rhinocéros qui ont pensé pour nous.

La deuxième couche, c’est une grosse mollesse appelée gauche, car très maladroite. Cette couche est composée de promesses, non-tenues, d’ennemis qui deviennent amis, et des amis qui sont ennemis, des discours flagada. Cette couche s’est étendue avec un certain François 1er, qui a su décevoir tout le monde, il y a eu un François 2 qui a fait un passage…Mais juste pour confirmer qu’il ne faut rien attendre de la gauche caviar.

Ils ont tant déçu, que beaucoup ont espéré l’arrivée des rhinocéros…Le rhinocéros ne peut pas décevoir, il fonce droit devant, il ne ment pas, il n’a qu’une idée « droit devant » … c’est tellement séduisant cette quiétude !

La troisième couche est offerte par les dresseurs de rhinocéros. Il s’agit d’une litière qui nourrit bien. De l’argent, des scandales, une politique pourrie, et beaucoup, beaucoup de démagogie. En fait, les rhinocéros ne servent qu’à ça : donner de l’importance aux dresseurs de rhinocéros, Jacques, Valéry, Manu…

De quoi se nourrit le rhinocéros ?

Il faut l’avouer, il est un peu (beaucoup) goinfre et pas très propre. Il adore les pensées autoritaires, tranchées sans nuances. Par exemple, il est toujours reconnaissant à des anciens dresseurs Pétain, Adolphe d’avoir semé « travail, famille, patrie ». Cette trilogie est inépuisable, elle permet de trouver du machisme, de l’antiféminisme,… Du catholicisme en pagaille. Elle permet également de fournir les apéros en chauvinisme, et pour les plats de résistance, la chasse aux ennemis de la nation, et du racisme propre (ou pas).

Le bon rhinocéros se nourrit du chaos des mous, du chaos des pauvres, du chaos des personnes sexuellement « pas normales ».

Il se nourrit de la peur, peur de l’étranger, peur de n’être pas fier d’être français, il se nourrit de la misère matérielle et intellectuelle.

Il se multiplie à grande vitesse.

La machine est en route depuis longtemps, elle s’emballe. Dans un monde où les discours sur le réel ne sont pas entendables, car inquiétants, ou les discours de complaisance puent le mensonge, l’attitude fière du rhinocéros séduit …

J’imagine que bientôt, je ferai un article (si c’est encore autorisé) sur la chanson de Reggiani : « Charmante Edwige, les loups sont entrés dans Paris. »

Total Page Visits: 263 - Today Page Visits: 1

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *