Vendredi, jour du poisson, victoire du poisson rouge

victoire du poisson rouge
victoire du poisson rouge

Une victoire bien silencieuse… poisson rouge

Vendredi, jour du poisson, victoire du poisson rouge. Il n’a rien dit, il a souffert en silence, et la décision est tombée : on ne produira plus de bocal rond !

Une horreur de tous les temps…

Qui n’a jamais vu ces faux aquariums ronds où un ou quelques poissons rouges tournaient … En rond (forcément) ? Ces lieux de tortures ne seront plus fabriqués. Il est prouvé que ces prisons rendaient les poissons agités du bocal. L’effet loupe et la forme les désorientaient, et de plus ces bols géants n’avaient pas d’oxygénation et devenaient des bouillons de culture.

J’ai le souvenir du poisson rouge de mon enfance qui tombait parfois en crise d’évanouissement et que ma mère ressuscitait par des massages.

L’anecdote vous fait rire ? Permettez-moi d’en tirer trois leçons…

Ce n’est pas celui qui crie le plus qui souffre le plus…

On le sait pour les animaux, sérieusement, on vient de découvrir que le homard crie (à sa façon) quand il est ébouillanté. Pour les humains, le silence ne signifie pas non plus que la personne est heureuse. Quand je travaillais en ITEP (instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques) nous veillions à la sensibilité des équipes aux bruits sourd, c’est-à-dire les enfants qui ne crisent pas, qui restent tranquilles sur leur chaise. Certains gosses endurent les scénarios les plus terribles et se taisent… Par peur, par respect des règles, car ils ne savent pas qu’ils peuvent parler, car la voix est déjà étouffée intérieurement.

Chez les adultes, cette omerta devant la souffrance existe aussi, je pense aux femmes battues, je pense aux personnes handicapées, aux personnes exploitées. Le cri est loin d’être le seul signal d’alerte de l’intolérable.

Cela nourrit un peu d’espoir que le plus silencieux des animaux vienne d’être entendu…

L’enfer est pavé de bonnes intentions…

Rien de méchant à enfermer un poisson rouge, on peut aimer les animaux et finalement mettre cette bestiole dans une situation terrible.

On peut, pour ne pas déplaire à des adultes, taire la souffrance d’un enfant, et se dire protecteur de l’enfance.

On peut pour le bien de l’entreprise critiquer un salarié peu productif, taire son malaise et se dire défenseur de l’intérêt général.

On peut militer pour la liberté du citoyen, et voter le pass vaccinal

Notre conscience est délimitée par les bornes que l’on pose soi-même.

Dans notre histoire à tourner en rond, il est certain qu’aucun propriétaire de poisson rouge n’a sciemment décidé de faire souffrir hideusement son ide. Néanmoins, la preuve est faite, notre inconscience n’était pas glorieuse.

Devant le silence, j’ai toujours raison.

Je ne vais pas oser me tourner en ridicule en argumentant « mais il n’a jamais rien dit ! ». Le silence donne raison au dominant. C’est une règle en politique, c’est une règle pour les agressions sexuelles, c’est la raison du plus fort.

Sortons du bain…

Ce n’est pas une parabole, un conte, mais un fait réel. Aujourd’hui, on prend conscience de la souffrance du poisson rouge. Je ne vais pas tomber dans une sensiblerie vaseuse, mais ce tout petit fait de société pourrait, tout comme le colibri de Pierre Rhabi symboliser une bataille.

Soyons attentifs à nos poissons rouges !

Pour gâcher le tableau, connaissez-vous l’histoire du garçon poisson rouge qui suit une demoiselle poisson rouge dans un bocal ?

Le lundi, rien, etc. ……Et enfin, le vendredi, le garçon ose : « Vous faites quoi ce week-end ? »

Total Page Visits: 1179 - Today Page Visits: 1

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.