Prise de tête en validation des acquis d’expérience (VAE)

validation des acquis d'expérience
validation des acquis d’expérience

La validation des acquis d’expérience (VAE)

L’idée est géniale, la VAE permet à des personnes hors cursus scolaire d’accéder à différents diplômes. Ainsi, des personnes qui n’ont pas l’opportunité de faire des formations par des voies classiques, des personnes qui ont une réflexion personnelle, des « gens de terrains » accèdent au Graal :

« En France, la validation des acquis d’expérience (VAE) est une procédure visant à rétablir une certaine parité entre les acquis de l’enseignement classique et ceux résultant de parcours parallèles ou autodidactes, notamment. »

Wikipédia

Oui, mais est-ce efficace ? Comment ça fonctionne ? Y-a-t-il des écueils ?

Utile ?

Je vous parle de l’intérieur de la VAE, plus précisément des métiers du social où j’accompagne les candidats, et où je suis jury.

Mon voyage de plusieurs années dans ce dispositif est émaillé de belles images, parfois, j’ai été ému, même très ému. Mais je retiens surtout la richesse des candidats. J’ai en souvenir un monsieur, boulanger de son métier, qui a une fille handicapée (je sais que ce n’est plus la formule correcte.), il découvre le monde du handicap, et devient éducateur auprès d’adultes handicapés psys, et il entraine un groupe dans une aventure de groupe rock, avec enregistrement de CD. 

Je veux aussi vous parler de mon pote à qui les enseignants avaient annoncé une place en institut spécialisé, et qui aujourd’hui est éducateur-musicien-metteur en scène-chef de chorale. Cette jeune fille harcelée, issue d’une famille trouble qui est la première à tendre la main aux enfants victimes… ou de cette jeune fille noire, victime de racisme, qui a utilisé sa colère pour aider les personnes différentes, ou cette frêle jeune fille qui accompagne les clochards, parfois jusqu’à la mort, ou cette jeune femme qui aide un ado a exprimer son homosexualité …. …. Et …

Plein d’exemples, de beaux exemples avec de belles personnes, qui ont une fêlure qui leur permet d’apporter au métier ce petit truc que jamais les études ne donneront.

Pour travailler avec les autres, il faut plus que de la théorie, il faut aimer l’autre.

La VAE, c’est cet autre apport, imparfait mais indispensable.

Une formation au rabais ?

C’est la crainte des diplômés par cursus ordinaire, ils ont l’impression parfois de se faire doubler par des personnes qui n’ont pas fait les mêmes efforts culturels. Le débat est basé sur la certitude que seule l’école enseigne. C’est faux, l’école donne des informations, elle ne forme pas aux métiers… Depuis toujours, on sait que « c’est en forgeant que l’on devient forgeron ». Je ne veux pas tomber dans l’autre extrême … Oui, on apprend par l’expérience, mais il est tout autant indispensable de s‘ouvrir, d’être curieux, de se doter d’outils de réflexion.

Pour moi, le métier c’est une acceptation de la relation, de l’humain, de l’affect et un questionnement permanent.

Quand un candidat à la VAE prépare son livret, il fournit un travail conséquent, il interroge sa pratique, il s’explique et finit par se faire évaluer, non pas sur un contenu théorique, mais sur sa réalité professionnelle.

Il est sur le gril … Ce qui explique le stress souvent important

La validation…

Le candidat passe devant un jury de deux, trois personnes rarement plus (il s’agit en fait d’une commission du jury.). Les jurys ont pour consigne d’être bienveillants, c’est-à-dire de ne pas chercher à déstabiliser, à nuire. Nous devons chercher ce qui va bien, et non les failles…

Dans la réalité, c’est évidemment plus compliqué. Certains jurys sont très formatés « école » et vérifient des connaissances, certains ont des vues étroites, particulières du métier.

Parfois, et cela m’arrive, on rencontre un candidat trop éloigné du métier, peut-être dangereux…

Je découvre un nouveau problème, le diplôme d’éducateur est passé en niveau 6 (licence) et cette ascension crée une sorte d’excitation dans les jurys, est-ce pour certains une frustration, une idéalisation ?… Résultat, que je constate sur les forums et dans la vie réelle, certaines évaluations sont délirantes, et il s’installe une intransigeance malsaine…

L’enjeu…

C’est un enjeu de société, le maintien d’une VAE « promotion de la personne » est une reconnaissance des autres voies pour apprendre (Éducation populaire, autodidacte. ) et c’est également une richesse pour tous les métiers ; pour les publics. Dans le social en particulier, ces professionnels, parfois issus des mêmes réalités que les publics, amènent une réelle garantie démocratique…

la validation des acquis d'expérience (VAE)
la validation des acquis d’expérience (VAE)
Total Page Visits: 358 - Today Page Visits: 7

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *