Thomas Gomart : Réflexions de « Guerres invisibles »

Thomas Gomart : Réflexions de « Guerres invisibles »
Thomas Gomart : Réflexions de « Guerres invisibles »

Un livre de Thomas Gomart

Dans quel merdier sommes-nous ?

Un livre qui ne devrait pas exister…

J’aurais voulu que ce bouquin soit un livre de science-fiction, il m’aurait peut-être diverti. Sincèrement, comme ce n’est pas mon genre littéraire, je l’aurais sans doute classé dans la case « à lire en cas d’ennui profond ». Mais ce livre est un essai sérieux, particulièrement bien documenté. Voici son résumé : « La pandémie a bouleversé les grands équilibres et scellé la rupture entre Chine et États-Unis, accentuant le basculement du monde vers l’Est. Dans ce brillant essai, Thomas Gomart nous éclaire sur les nouveaux défis géopolitiques.

Dans l’échiquier mondial totalement polarisé, deux lignes de fractures convergent : la dégradation environnementale et la propagation technologique où se jouent désormais les rivalités stratégiques et économiques. L’auteur décrit le retour de la compétition agressive des puissances et met en perspective les mécanismes profonds, cachés, qui transforment notre planète et réfléchit au rôle que la France pourrait jouer dans ces nouvelles « guerres invisibles ». »

L’auteur fait l’inventaire des conflits visibles et invisibles. Tout y passe : l’affrontement sino-américain, la guerre des déchets, la guerre commerciale, les migrations, le numérique, l’innovation, le secret, et le contrôle.

Tout est sans pitié. Au chapitre des inégalités, l’auteur précise : « En novembre 2021, le nombre de morts de la Covid 19 est estimé à 5 millions de personnes. Les campagnes de vaccination laissent apparaître de forts contrastes entre pays du Nord et du Sud.

L’inégalité la plus fondamentale touche l’espérance de vie : trente-deux ans d’écart entre Hong Kong et la Sierra Leone. A Chicago, c’est à peu près le même écart entre les quartiers pauvres et riches. »

La guerre connaît de nombreuses formes. Elle ne tue pas forcément, l’enjeu est le pouvoir, la place de leader, l’argent.

Les 24 types de guerres

Et la France là-dedans ?

Évidemment, chacun se pose la question. Moi, compris. Nous sommes ainsi, nous voulons savoir notre place dans la compétition. Nous sommes aux Jeux olympiques, nous comptons les médailles, et nous regardons le classement. Seulement ce coup-ci, les choses sont beaucoup plus sérieuses, il ne s’agit pas de sportifs qui affrontent des adversaires, mais il s’agit de capitalistes, de politiques, de militaires qui affrontent des ennemis… Jusqu’à la mort si nécessaire.

Souvent, la France est très peu importante face aux grandes puissances, elle a l’issue, ou l’espoir de L’UE … Mais l’UE est particulièrement minée par les Etats-Unis.

Mais quand, là, on parle de la France, on parle en fait de la puissance économique et politique de la France dans une guerre concurrentielle, on ne parle pas de vous ou de moi, mais des grosses fortunes.

Pour être clair, si ce classement a une réelle importance pour vous, devenez pro-américains, et soutenez Macron !

Quelles perspectives ?

Tout au long de la lecture, c’était ma question. La description parfaite du merdier ne me remontait pas le moral. Tout le long de la lecture, je me disais : « Il doit exister une autre façon d’envisager l’avenir ! ». Dans son épilogue, l’auteur envisage des stratégies, des possibilités, que je vous laisse découvrir. Je vous glisse une partie de sa conclusion : 

« Une grande stratégie correspond pour un Etat à la capacité de construire un projet de puissance, à l’image des individus qui cherchent à donner un sens et un ordre à la diversité de leurs actions en dépit du tourbillon de la vie. Servant de boussole, elle comporte un volet invisible, les intentions véritables, et un volet visible, les priorités affichées, qui sont mises en scène par l’Etat pour exprimer ce qu’il entend être vis-à-vis des autres pays. Elle correspond à une mise en cohérence de l’ensemble des moyens pour éviter la guerre, tout en disposant des ressorts moraux et matériels pour la gagner, si elle advenait.

La France est en quête d’une grande stratégie. Absente du débat public, cette notion permettrait pourtant de construire un rapport au monde pour notre pays, moins réactif et plus prospectif, et ainsi de l’inscrire dans d’autres temporalités que celles des seuls mandats présidentiels ? Sa prise en compte impliquerait une réappropriation des questions stratégiques par les élites politiques, économiques, médiatiques et académiques allant bien au-delà des discours convenus sur la politique étrangère, ainsi qu’une réelle ouverture aux réalités du monde de leur part. »

Une fois le livre fermé…

En lisant, je réfléchissais aux deux écoles de pensée des candidats à la présidentielle. Tous les deux correspondent, plus ou moins à des hypothèses de positionnement. Un est plus en stratégie européenne, l’autre dans une stratégie plus nationale… Mais les deux sont dans la poursuite de nos pas dans ce merdier international. Les deux sont des guerriers du capitalisme, les deux continueront à avoir du sang sur leurs bottes.

Ils sont en guerre pour la production pour la grandeur de la France… Mais pas pour la paix, pas pour le bien de tous, pas pour sauver la planète.

Je ne peux suivre aucun d’entre eux, il faut arrêter cette avancée suicidaire, jeter cette cinquième République aux orties, repenser notre société.

Je rêve ? Non, je vois le cauchemar.

Jusqu’à la ceinture

Graeme Allwright

Total Page Visits: 461 - Today Page Visits: 1

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.