[Témoignage] Une oubliée inoubliable!

Témoignage Oubliée
Témoignage Oubliée

Témoignage oublié

Cela fait 7 ans que je vis dans cette campagne reculée de Bourgogne où si vous n’avez pas 50 aïeux enterrés dans le cimetière local vous ne ferez jamais partie du village et pour la femme dont je vais vous parler c’est un fait depuis 24 ans…

Ma maison est isolée et rares sont les voitures qui passent devant chez moi mais un peu plus haut à environ 1 km, une autre maison se trouve encore plus isolée que la mienne perchée sur une colline, un grand portail et une haie haute et fournie protégeant la demeure des regards ; des oies et un chien écartant tout désir de s’y introduire sans y être invité de par leur désaccord sonore lorsque vous passez sur le chemin.

Jusqu’à l’année passée des chèvres faisaient également partie du paysage dans le champ faisant face à la demeure et durant mes promenades, il m’est arrivée de voir et de parler peu et rarement à leur maître qui leur tenait compagnie en élaguant ses arbres. Un monsieur sans âge aux cheveux blanc avec un sourire triste et un très fort accent belge que je sentais à la fois gêné et heureux de l’écoute et la parole. Cet homme est déjà venu frapper à ma porte 2 fois pour savoir si notre téléphone fonctionnait il y a de cela au moins 5 ans…

Sa femme, que nous appellerons Berthie est la seule personne passant devant chez moi en voiture plusieurs fois par jour et jusqu’à la semaine dernière nous n’avions échangé que signes de têtes et sourires polis. Il y a de cela plusieurs années nous avions aussi échangé un fou rire, l’un de mes chats refusant de laisser passer le véhicule sur la route suivant les mouvements de la voiture, se figeant devant, à droite ou à gauche et de nouveau devant. Petit manège qui dura bien 5 minutes et qui me permis d’apercevoir ce couple de voisins éloignés et surtout trop discrets… Depuis ce jour, Berthie roule au pas devant chez moi craignant de blesser l’animal.


C’est donc accompagnée de mes chats durant ma marche quotidienne que Berthie fut de nouveau stoppée par la minette et décida cette fois ci de couper le moteur et d’engager la conversation.
Une dame sans âge tout comme son époux avec le même accent et lorsque banalement je lui demandais des nouvelles, ayant vu passer à plusieurs reprises en peu de temps le véhicule du SAMU à vive allure, elle m’expliqua comme si enfin elle pouvait parler à quelqu’un…

Son mari est atteint de la maladie d’Alzheimer depuis 26 ans. Libraires, ils ont quitté la Belgique pour s’installer au calme ici il y a 24 ans.
Le calme, ils l’ont souhaité mais le rejet et l’indifférence qu’ils ont trouvés également n’étaient eux pas prévus et comme elle m’a précisé :
‘On s’y est faits et adaptés depuis de nombreuses années nous n’attendons plus rien de personne et nous ne voulons plus rien de personne’


Sans enfant, Berthie assume seule jour après jour l’état de santé de son mari qu’elle voit se dégrader d’année en année, de mois en mois et malheureusement maintenant de jour en jour,  refusant de suivre les conseils des soignants bien pensants lui indiquant de placer son époux en psychiatrie.


Elle ne voit que l’infirmière 1 heure par jour et ne parle qu’à l’infirmière d’origine hollandaise qui connaît bien elle aussi ce phénomène de rejet de ‘l’étranger’.
Elle me parle de son mari avec tendresse, un mari qui ne la reconnaît plus depuis longtemps,  m’expliquant qu’au début, il se perdait dans la campagne mais revenait toujours, que ses chèvres étaient son travail et son plaisir et que depuis la mort de la dernière son état s’est dégradé.


Arrivant sur le sujet des ‘gens d’ici’ elle fustige le maire, son indifférence totale quant à leur difficile situation, son abandon et sa non assistance à personne en danger lorsqu’elle a du être hospitalisée 48 heures et que le médecin du SAMU lui-même a appelé le premier élu du village lui demandant de venir plusieurs fois par jour voir le mari afin de soutenir l’infirmière et également de bien vouloir nourrir et mettre de l’eau aux chèvres en pleine canicule.
L’infirmière n’a jamais vu le maire et les chèvres n’ont vu ni eau ni nourriture…

Berthie dans sa colère me lance ‘ Lui si je le croise je lui crache à la figure’

Depuis janvier dernier le monsieur aux chèvres s’enfonce, ne sachant plus s’asseoir, il reste dans le lit allant jusqu’à refuser de boire durant 4 jours,  Berthie ayant l’idée alors de se servir de l’ancien biberon des chevreaux pour enfin arriver après de nombreuses tentatives à lui faire avaler de l’eau sucrée recommençant sans cesse durant des heures pour avoir le plaisir au matin d’entendre cet homme tant aimé lui dire ‘ Bonjour j’ai faim’ !
Elle m’a parlé ensuite de sa projection dans l’après… Et surtout quitter cet endroit où elle est et sera toujours l’étrangère…


‘Sans votre chat nous ne nous serions jamais parlées car si je me suis habituée à l’indifférence je me suis déshabituée à la gentillesse’

Berthie a repris le cours de sa vie tout en sachant qu’il y a au moins une personne en 24 ans qui l’aura écoutée ici et qui l’écoutera encore avec le plus grand plaisir et la plus grande attention.

Mais retenez également bien la leçon qu’il ne suffit pas de venir d’un autre pays pour être considéré comme étranger en France, une région différente suffit à vous faire vivre l’enfer de la solitude et de l’indifférence et ce même si le pré parait toujours plus vert dans le champs du voisin ne l’oubliez pas car nous sommes toujours des étrangers quelque part et si la région où je suis actuellement est l’une des plus hostile que j’ai connue elle n’est malheureusement pas unique…

Vues : 0

Diane [Auteur]

De formation, je suis psychanalyste Reichienne ce dont je suis fière : Reich, bien loin de ceux qui ont appauvri l'humain dans toutes ses dimensions ! J'ai suivi les cours de Jacques Lesage de la Haye Personnage haut en couleur connu pour ses manifestes contre la psychiatrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *