Pourquoi la psychiatrie est tout aussi scientifique que l’homéopathie, les patients se rebellent contre l’horreur

Antipsychiatrie

Je dirais bien que j’accuse la psychiatrie d’être tout aussi scientifique que l’homéopathie ou la psychanalyse par exemple, mais c’est faux, tout simplement car ce n’est pas une accusation mais une réalité.

Démonstration :

————————————————————————————————

Attention, ici je ne vais accuser AUCUN médicament, en effet, les médicaments tels que l’abilify (aripiprazole) le zyprexa (olanzapine) sont utiles mais ont de très forts effets secondaires, et il s’agit (pour les molécules en elles-mêmes) d’une question de pharmacologie, et non de psychiatrie, on ne se penchera donc que sur les prescriptions et les prescripteurs, pour un avis sur le sujet, je recommande l’article de Nans sur le sujet, je partage son avis a 100%

———————————————————————————————————

Dans cette suite de ma série d’article sur la psychiatrie et les soins sans consentement,

On va donc comparer la psychiatrie à la médecine, à des maladies similaires afin de montrer que la psychiatrie n’est pas un science, mais bel est bien une Fake Med de plus.

Sommaire :

  1. La psychiatrie, une Fake Med qui se base sur des croyances (préambule)
  2. La psychiatrie, une FakeMed, mais qui met directement des gens en danger
  3. Les méthodes de diagnostique en Psychiatrie
  4. Les études scientifiques qui vont dans ce sens
  5. Les prescriptions de doliprane neuroleptiques
  6. La contention, ça aide ? Alternatives
  7. Le suicide, et la violence liée à la maladie mentale, un mythe ?
  8. Les abus des soignants, qui ne peuvent que rendre malade le patient
  9. Synthèse, sources pour approfondir le sujet de la Psychiatrie
  10. L’exemple de Lionel Belarbi, comme quoi, il y a peut-être quelque chose à sauver (bonus)

La psychiatrie, une Fakemed basée sur des croyances

Dans cet article, nous allons aborder les croyances fausses, que les soignants ont tendance à réciter comme des perroquets quand on leur explique que les patients atteints de maladies ne perdent pas leur droits constitutionnels

Certaines choses sont vraies, d’autres fausses, d’autres en partie (la plupart du temps).

Je préfère expliquer dès a présent mon avis, mais aussi un principe d’éthique, on ne fait rien sans le consentement d’un patient, ce n’est pas parce que les patients ont des maladies chroniques que ce sont des clebs à qui le vétérinaire a le droit de faire ce qu’il veut, cela reste des humains doués de la parole !

(Si les chiens pouvaient répondre ne serait-ce que par oui ou par non on devrait leur demander leur consentement, cela a un nom, ça s’appelle la morale et l’éthique).

Notez que je ne vends ni livres, ni films, ni rien du tout, je n’ai AUCUN intérêt à mentir, d’ailleurs j’aime la médecine et je n’aime pas les Fake Meds.

Donc ici ce sera sourcée dans la mesure du possible, et j’argumenterais de façon la plus objective et nuancée possible.

La psychiatrie, une FakeMed qui met directement les gens en danger

Pour certaines personnes, attacher quelqu’un l’aidera, parce que c’est bien connu qu’attacher quelqu’un c’est bon pour sa santé !

Si il est vrai que les soins proposés pour la santé mentale (pas la psychiatrie en elle même) peuvent aider énormément (voir la dernière partie) ils peuvent également être dangereux (là pour le coup ce sont les pratiques de la psychiatrie en elles- mêmes)

Dans mon cas, j’ai été pris PAR LE COU ce qui m’a EMPÊCHÉ DE RESPIRER, et on m’a fait ça 3 fois

Oui oui, je parle bien d’être SOULEVÉ (et non juste poussé par le cou).

-Risque de lésions cérébrales progressives

-Caillot sanguin

-AVC ischémique

-Fracture cervicale, donc syndrome de type « Coup du lapin »

-Asphyxie, car cela peut appuyer sur l’œsophage

Bref, pour toute contention, en particulier humaine (c’est a dire par les soignants) il y a des dangers, par exemple les fois où on m’a foutu dans une couverture à 3 sur moi, le risque d’hyperthermie (c’était en plein été, dehors, sur le goudron) et celui d’empêcher ma circulation sanguine, on s’en fiche ?

Des exemples comme ça il y en a plein, par exemple ben166661 qui a perdu toute sa masse musculaire car il a été attaché et privé de mouvement en étant enfermé en psychiatrie

(D’ailleurs, être attaché ou isolé pendant des jours ou semaines, (ça arrive que cela se compte en mois ou années ! mais c’est plus rare) expose à de la fonte musculaire, de la perte osseuse, également de la prise de poids et l’absence d’angiogenèse)

Concernant les neuroleptiques, ils augmentent le risque dela maladie de Parkinson et d’arrêts cardiorespiratoires, alors que cela soit clair, c’est RARE ! mais comme c’est possible, ils doivent être moins prescrits, il faudrait d’ailleurs peut-être les placer sur prescription restreinte avec vérification d’un médecin tiers ! Ces médicaments sont utiles mais ce ne sont pas des bonbons homéopathiques

Les méthodes de diagnostique en Psychiatrie

Vous vous êtes jamais demandé comment on diagnostique en Psychiatrie ?

Et bien c’est très simple, on diagnostique en regardant le patient

Ouais mé c un diagnostik clinique tu di nimporte koi »

C’est bien simple cher ami, non seulement on diagnostique avec des symptômes totalement invisibles (car une voix enrouée ou un érythème, ça se voit, une personne qui entend des voix,pas trop en fait) Mais en plus il ne s’agit pas d’une angine ou d’une roséole infantile mais bien de MALADIES CHRONIQUES et de TRAITEMENTS LOURDS, donc un diagnostique clinique, surtout aussi peu enrichi par des symptômes visibles, ne suffit pas

Est ce qu’on vous diagnostiquerait une insuffisance cardiaque ou rénale sur des symptômes à peine visible de l’extérieur ?

« Oué mé on peu pa fère mieu, ça vi1 de la psychés, la psychay c invisible, c pa organik »

ça vous paraît totalement stupide comme raisonnement, sans même être antipsychiatrie ?

et bah on me l’a vraiment sorti, malgré le fait que le cerveau est électrique et chimique !

et concernant le fait qu’il n’y ait pas mieux, en théorie si, en effet, une IRM peut détecter tout activité cérébrale, donc peut détecter une activité anormale au niveau des amygdales cérébrales, du circuit de la récompense….

il suffit donc, en théorie (même si en pratique cela peut être plus compliqué) de comparer une IRM de gens n’ayant aucun trouble et de gens ayant des troubles de l’humeur ou hallucinatoires, des zones du cerveau (humeur, audition) seront activées chez ces derniers, alors que ces parties du cerveau ne devraient pas être activées dans le contexte d’une IRM

en bonus, cela permettrait d’écarter toutes maladies neurologiques (encéphalite, tumeur cancéreuse ou encore auto immunité) même si toutes maladies appelées « psychiatriques » résultent forcément d’un problème cérébrale !

On peut d’ailleurs diagnostiquer les troubles bipolaires grâce a L’IRM

https://mobile.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/bipolarite-maniaco-depressif/troubles-bipolaires-focus-sur-les-traitements-et-la-recherche_15466.html

(Rappel, la prévalence de ces troubles est estimée a entre 2 et 4%, donc les méthodes de diagnostique sont indispensables (source Wikipédia, « trouble bipolaire »)

Pour la question du prix, on n’a même pas à se la poser….

Et on en parle des gens à qui on diagnostique une schizophrénie alors qu’ils ont moins de 15 ans ou plus de 30, alors qu’à ces âges là, la maladie est très rare et le tableau clinique n’est absolument plus le même ?

Les études scientifiques qui vont dans ce sens

L’hospitalisation de jour est aussi efficace que l’hospitalisation de nuit pour les troubles psychiatriques AIGUS (Données probantes cochrane)

Donc, pas besoin d’enfermer 24/24????

Sur le plan scientifique, l’efficacité de la contention n’est pas confirmée […] Elle peut être paradoxalement à la fois sécurisante et dangereuse (Wikipédia)

Et le boss final, l’admission en psychiatrie et/ou le traitement médicamenteux était fortement associée au risque de suicide (Revue PUBMED)

Ce ne sont que quelques études, mais pour les démentir il va falloir d’autres études, et pas des croyances de la part des travailleurs de la psychiatrie…..

Je ne vais pas m’attarder là dessus, je vous conseille de lire ces sources très fiables !

Les prescription de dolipranes Neuroleptiques

Comme expliqué précédemment, il n’y a pas de vrais méthodes diagnostiques en psychiatrie, et les neuroleptiques n’empêchent pas d’après l’étude ci dessus, le risque de suicide

de plus ce sont des traitements symptomatiques et lourds (même si ils sont utiles et très efficaces malgré tout, et malgré ce que la plupart des anti-psychiatries peuvent dire)

C’est un peu comme les américains qui prescrivent de la Ritaline (méthylphénidate) dès qu’un enfant est légèrement excité, là c’est la même idée avec les neuroleptiques, les ISRS (antidépresseurs) et les thymorégulateurs (même si c’est plus rare avec ces derniers)

Sans parler qu’ils sont prescrits sans consentement, MÊME QUAND LES PATIENTS N’ONT PLUS DE SYMPTÔMES, donc la capacité de jugement totalement normale ? (même si l’arrêt de ces traitements signent la reprise des symptômes hein)

Et les traitements CURATIFS ?

La stimulation magnétique trans-crânienne, totalement indolore et n’ayant pas besoin d’anesthésie ? A ne pas confondre avec les électrochocs qui, eux, ont vraiment des effets secondaires forts (pertes de mémoire notamment) et ne devraient être utilisés que sur consentement (comme tout d’ailleurs) mais surtout utilisés très rarement ! (Dans les cas où la SMC et les médicaments ne marchent pas, au pire)

même si la SMC ne guérit pas totalement un patient et apporte un bénéfice modéré, c’est toujours ça en moins comme handicap et traitement à vie !

Et il y a la psychothérapie, permettant, non pas de guérir la maladie, mais de permettre au malade de la gérer

Je vous conseille de vous documenter là dessus

La contention, ça aide ? Alternatives

Quand un patient a une crise, que cela soit un délire, une crise d’angoisse ou émotionnelle, et que celle ci pourrait être violente (parfois même sans violence) les soignants savent principalement, dans l’ordre d’horreur

  1. 1-Menacer
  2. 2-Isoler
  3. 3-Mettre au sol
  4. 4-Médiquer
  5. 5-Attacher

Outre un soi disant risque de suicide réduit (c’est pas ce que semble dire une certaine étude) est-ce que c’est efficace ? utile ?

Oui, cela empêche le patient de se suicider (même si c’est son corps, il doit pouvoir en faire ce qu’il veut) et empêche la (soi-disant) violence envers autrui, du moins à court terme, parce qu’à long terme, contentionner une personne souffrant de paranoïa, d’angoisse ou d’état dépressif, c’est peut-être pas la meilleure idée qu’on ait eu (euphémisme)

Sinon, comme alternatives, en cas de « crise », se présentent outre les traitements curatifs et de fond dont on a parlé plus haut

1/ Médicamenteux

Pourquoi ne pas utiliser les bêta bloquants, qui, en bloquant la libération d’adrénaline, vont réduire l’agressivité et la peur ?

C’est toujours moins dangereux que d’injecter des produits ralentissant littéralement l’activité cérébrale

2/Physique

Les couvertures lestées fonctionnent bien pour certains patients qui m’en ont parlé, après, chaque patient a sa meilleur technique et manière pour réussir à « se calmer », technique qui pourra être appliquée par les soignants

Et évidemment, dès que possible, utiliser les traitements à but CURATIF

Et sans consentement

« Oué mé si le passien et dangreux »

Et si, au lieu d’appliquer des mesures dans l’urgence, on faisait une directive anticipée, comme pour les gens dans le coma ?

Genre, chacun rédige une DA à 14 ans (avant l’apparition de certains troubles) puis la renouvelle cinq ans plus tard, et en cas d’hospitalisation on en fait une dédiée aux situations à l’hôpital dès que possible

Comme ça en cas de problème, si le patient ne conteste pas et ne choisit pas lui même ce qu’il souhaite, on regarde la DA

quant au danger pour les autres, je vous dirais que, dans la même idée, je suis bien tenté de séquestrer et sédater dans ma cave le chauffard d’hier qui regardait pas devant lui (afin de protéger mes concitoyens) , mais à ce qu’il paraît, enfermer quelqu’un car il pourrait être dangereux, c’est pas bien…

Le suicide et la violence liés à la maladie mentale, un mythe ?

Clairement non, ce n’est pas un mythe ou une croyance, mais plutôt une exagération des faits

Wikipédia, Schizophrénie

« seule une petite minorité de personnes souffrant de troubles mentaux adoptent un comportement dangereux pour les autres »

« Le risque suicidaire absolu est de 5% »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Schizophrénie

Seule 3 a 5% des « malades mentaux » ont des risques de violence

https://fr.wikipedia.org/wiki/Schizophrénie

De plus, une personne avec des troubles « légers à modérés » donc d’intensité modérée, ou suivant correctement son traitement n’a aucune raison d’être violente !

J’ai également fait un sondage sur twitter afin de répondre à une question cruciale, si des personnes atteintes de « troubles mentaux » ont des envies suicidaires, est-ce que c’est à cause d’un délire, ou de la souffrance liée à la maladie indirectement ?

La croyance populaire veut que cela soit le fruit d’un délire, mais les concernés (et moi même en rapport avec mes fortes crises d’angoisses) disons l’inverse

Voir les résultats du sondage (26 votes)

Les abus des soignants, qui peuvent rendre malade le patient

On arrive à la fin de l’article et donc à une synthèse, et une grosse partie des choses à dire là dessus ont été dites, la contention peut rendre malade physiquement, et ne peut qu’aggraver, à « long terme » (c’est à dire après quelques contentions de moins de quelques heures ou après une contention longue) les troubles mentaux !!!

De plus, Comment voulez vous que les patients aient confiance en la psychiatrie quand les soignants ont constamment tout pouvoir sur les malades, qui perdent leurs droits ?

Je vais donc donner mon propre exemple, qui illustre bien la situation.

Un jour j’avais planté des choses dans un bac improvisé (j’étais passioné de plantes) et c’était gardé dans un endroit pour l’emporter quand je sortirais le soir même

J’ai fait une crise d’angoisse (avec le contexte expliqué jusqu’à présent et les médicaments un peu donné au pif, faut pas s’étonner) pour je sais plus quoi et on m’a isolé, puis on m’a menacé de jeter mon bac si jamais je ne me calmais pas, en sachant que J’ANGOISSAIS quand on jetait des choses !

Mais quelle riche idée ! (10 ans d’études hein)

Heureusement qu’il n’a pas été jeté, car sinon ça se serait peut-être transformé en angoisse chronique (iatrogène donc, tout ça parce que les soignants ne trouvent rien de mieux pour soigner dans beaucoup de cas que d’aller exactement dans le sens inverse des besoins des patients, y compris biologiques !)

J’ai déjà été privé de repas, de boire (!!!) et même de sommeil…

Ils sont d’ailleurs allés jusqu’à retirer tout matelas, couverture, fauteuil dans un service pour m’empêcher de dormir une demie heure et ont fini par me mettre en isolement sans matelas (!!!) directement par terre sur le sol froid… et devinez quoi? j’ai dormi assis par terre tellement j’avais sommeil ! (en sachant que la veille ils n’avaient pas de problèmes avec le fait que je dorme la journée, ni après cette histoire d’ailleurs, et que la privation de sommeil est bien une méthode de torture)

genre, que je dorme 30 minutes juste avant le repas, ça leur pose problème ?

Genre ils ont fait des études de médecine pour en arriver à priver les patients de sommeil (j’aurais pu être narcoleptique) mais aussi de repas (les fois où je supportais pas quelqu’un à ma table, en, bien sûr, prenant soin de me laisser au sol et me dire que ma bouffe était jetée, au lieu de juste me mettre à la table à côté, à un demi mètre)

Et les fois où ils m’ont empêché de boire quand j’avais soif ?

Et les soignants qui laissent les patients s’agresser entre eux du moment que cela ne les touche pas….

Bref, on se demande parfois qui sont les malades !

Synthèse, sources pour approfondir le sujet de la Psychiatrie

Voilà, on a prouvé que la psychiatrie était une Fake med, non seulement bien souvent peut utile (EN DEHORS DE LA MEDICATION HEIN) mais en plus, dans pas mal de cas, dangereuse à cause de leur pratique !

On a prouvé avec des témoignages, articles, études, et c’est pas fini, voilà des sources pour approfondir le sujet

Tout bêtement ma pétition où se situe mon témoignage principal

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-cessez-les-abus-psychiatriques-arrêtez-les-internements-forcés

Le témoignage de ben166661 (désolé pour la qualité vidéo) qui raconte son histoire, certes rare (malgré que j’en ai vu une demie douzaine en 6 mois des témoignages similaires, avec preuves accablantes) mais suffisamment courante pour qu’on s’y intéresse et change les choses

Psychiatrie, le grand naufrage (comme si ça avait flotté un jour pour les raisons expliquées dans cet article) de Pièces à Convictions !

Un fonctionnaire se fait interner par le préfet car… C’est un opposant au préfet ! (Si si)

https://www.lepoint.fr/faits-divers/interne-a-la-demande-de-son-superieur-le-prefet-libere-par-la-justice-19-08-2019-2330502_2627.php

Genre, ça fait un peu dictature si un préfet peut enfermer en psychiatrie ? La France est l’un des derniers pays à le faire…

Sinon il y a aussi l’enfermement par les proches, les psychiatres, l’internement des mineurs SANS Vérifications contrairement aux adultes, bref c’est du n’importe quoi !

Plus de sources sur mon thread twitter et des vidéos preuves

bien sûr pleins d’autres sources sont dispersées dans l’article, dans chaque catégorie !

L’exemple de Lionel Belarbi, comme quoi il y a peut-être quelque chose à sauver (bonus)

Lionel, l’administrateur de ce site donc, a été enfermé en psychiatrie, et ça c’est TRES MAL PASSE, Sauf dernièrement, ou il est a la Clinique de la borde, qui considère ses « patients » simplement comme des pensionnaires, ni comme des patients, ni comme des malades…

Il y a qu’à voir sa chambre, on dirait qu’il est chez lui, ça ne ressemble pas à une chambre d’HP !

ce genre de concept doit être étendu mais ce n’est pas le cas !

Aussi, Lionel dit qu’il serait sûrement mort si il n’avait pas été mis en soins sans consentement, et je le crois là dessus (4 personnes au total, des patients donc concernés, m’ont dit rétrospectivement comprendre et accepter qu’ils aient été enfermés, contre quelques dizaines pour l’inverse, donc contre l’enfermement)

Donc, pour des cas comme Lionel, il suffirait de faire des directives anticipées justement, le patient ne va pas être en « incapacité de décider » (soi disant) 24/24 !

Comme ça, avec les directives anticipées, tout le monde est content, pas de soins réellement sans consentement mais on sauve ceux qui veulent l’être !

voilà, c’est la fin de ce document, Signé @AspergerDefense !

Total Page Visits: 461 - Today Page Visits: 11
Asperger Défense #Antipsychiatrie

Asperger Défense #Antipsychiatrie

Autiste asperger en lutte contre les soins sans consentement, pro-choix, et souhaitant, non pas fournir un simple avis comme généralement c'est le cas sur les réseaux sociaux, mais des analyses plus rationnelles et nuancées.

4
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
⋔ntipsyAsperger Défense Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Asperger Défense
Invité

et, STOP AUX SOINS SANS CONSENTEMENT !

Asperger Défense
Invité

La psychiatrie est une FakeMed, la meilleure solution serais de mettre en place, en guise de système de santé mentale, la neurologie et la pharmacologie
Comme ça on est dans de la vrai science

⋔ntipsy
Invité
⋔ntipsy

Très bien l’idée des directives anticipées, en plus ça responsabilise tôt les plus jeunes.

Asperger Défense
Invité

C’est très probablement la meilleure solution pour aider des gens et que chacun puisse décider de sa vie !