Précarité : SDF en France et élections présidentielles 2022

La précarité et les SDF en France ou les élections présidentielles
La précarité et les SDF en France ou les élections présidentielles

La précarité et les SDF en France au rabais ?

Pendant 5 années avec Emmanuel Macron, le sujet sur les sans-abris est apparu lors d’une maraude un certain 18 février 2019 pour manipuler encore l’opinion publique. Cependant, les citoyens ne sont pas dupes, et ils ont dévoilé cette supercherie dès le lendemain avec cette communication maladroite. Encore un mensonge du gouvernement, mais là, c’est un mensonge du président de la République, ça fait tâche.

Encore une fois, les sans-abris peuvent crever dans l’indifférence totale de la droite, du centre, de la gauche, des extrêmes, tout le monde s’en fout royalement. Les médias aussi, ils ne s’intéressent à cette problématique qu’en hiver. Mais on sait que les sans-abris qui vivent dehors meurent toute l’année. Le collectif, « les morts de la rue« , recense chaque année les décès de personnes vivant dans les artères malades de nos villes putrides de France. C’est malheureux, écœurant, cela m’ulcère l’estomac.

La covid19, la guerre en Ukraine, les élections 2022 en France ont littéralement effacé les SDF de France et la précarité, disons le avec des maux grotesques des moins que rien, des clodos, des clochards… Pire, les villes de France ont opté pour le zéro SDF, c’est bien, je valide, mais pas avec des dispositifs anti sans-abris ou plus radicalement appelé par ma plume noire, des dispositifs anti pigeons. Vous ne me croyiez pas ? Regardez la photo ci-dessous s’il vous plait, et dites-moi que ce n’est pas pour faire fuir des villes les sans-abris, déplacer le problème en quelques sortes.

dispositifs anti-SDF
dispositifs anti-SDF

Le gouvernement prend les SDF pour des volatiles nuisibles, c’est un fait, un crime d’État, car il y a des morts chez ces personnes fragilisées par le temps, par le système, par la précarité, par la faim, par l’indifférence de beaucoup de Français. Qui n’a pas vu un SDF dans la rue sans mouvement en hiver ? Était-il mort ? Était-il sans vie ? Était-il vivant ? Avait-il besoin d’aide ou pas ? Et qui n’a pas bougé le petit doigt pour appeler le SAMU social, le 115 pour le secourir ? Ou les services d’urgence, comme les sapeurs-pompiers, le SAMU (15). Qui ? Vous vous reconnaissez peut-être ou peut-être pas. Que celles et ceux qui se sentent visés aient honte ! Gouvernement compris ! Politiciens compris !

Alors on va contrer mes pensées avec des phrases blessantes comme le fait que ces nuisibles sont contre le système et désirent dormir dehors, c’est leur vie après tout, ils l’ont choisie ainsi. Bande de pourriture ! Ces êtres humains pour certains ont besoin aussi d’un soutien psychologique, car perdus sans famille, isolés, sans emplois, souffrant peut-être de douleurs mentales et physiques. Après tout, qu’ils aillent travailler, ces faignants puisqu’ils ont juste à traverser la rue à dit macron!

Pourritures que vous êtes, pour trouver un travail après 5 ans d’inactivité dans un C.V ça ne fait pas vraiment sérieux pour un employeur frileux. Certains SDF font la manche, d’autres acceptent des petits boulots, j’en connais, ils sont rares, solides et robustes. Mais une grande majorité de morts dans la rue n’ont pas eu cette force, le courage ils l’ont, mais la volonté est écrasée par la misère, l’extrême précarité, un état de santé dégradé, l’indifférence des passants, une vie de merde, et des candidats à la présidentielle qui ne les intègrent même pas dans leur programme à la con avec des promesses qu’ils ne tiendront même pas.

Et les Femmes SDF en France ? Parlons-en ! Une minorité, dans la rue, mais une minorité n’est-ce pas aussi important qu’une majorité quand on parle d’être humain à la rue ? De plus, mourant dans la rue ! C’est rare que l’on en parle, pire, rien n’est fait, des promesses, toujours des promesses.

Femmes publiques vedettes des écrans, avez-vous déjà eu du sang de vos règles coulant le long de vos jambes en pleine rue ? Non bien sûr même pas dans vos pires cauchemars n est ce pas ?!

Diane G. Rédactrice en chef du LJA

Alors heureusement, que des bénévoles, des gens comme vous et moi, arpentent les rues pour les aider, leur offrir à manger, les assister pour trouver un logement. Ou bien alors de façon inefficace, certes, parlent d’eux dans un média franc-tireur et sans langue de bois tel que le journal abrasif ou autre.

En effet, je suis impuissant et inefficace, je ne suis que le fondateur de ce journal franc-tireur, un faible, un psychiatrisé, hospitalisé en clinique psychiatrique à l’année. Un assisté, diraient de nombreuses personnes. Oui, je regarde et offre un sourire ou un café en donnant la pièce de temps en temps à un sans-abri. Mais ce n’est pas ça qui va les aider ; alors bien sûr, je ne fais que parler et écrire pour eux, c’est inefficace, parfois même maladroit, violent et vulgaire.

Je vous demande pardon, amies et amis sans abris, pardon de ne pouvoir rien faire pour vous, je ne peux que déposer ces mots pour vous, et faire ce que je peux, c’est-à-dire pas grand-chose.

Signé, un donneur de leçons de plus.

Témoignage de Christian Page, ex-SDF

Total Page Visits: 1081 - Today Page Visits: 6

Lionel Belarbi

Tout d’abord, bienvenue à bord de mon bâtiment de guerre, la rubrique des chroniques qui piquent. La température y est tellement haute que je ne peux l’évaluer. Vous êtes invités à me signaler tous délires disproportionnés, même si j’en ferai encore plus face à la critique, car elle m’excite. Je traite et analyse des sujets et thèmes qui me font frémir de délire, j’exerce en toute impunité. Auteur bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique, je me prends toujours au sérieux, ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.