Pour un féminisme universel, non accusateur par Serena Davis

Le féminisme universel : Simone de Beauvoir
Le féminisme universel : Simone de Beauvoir

Féminisme universel : apologie d’une culture de la vérité.

Il y a quelques jours, un auteur m’a abordée sur le réseau social Facebook pour m’inviter à acheter son livre. Si l’intrigue de son roman est louable – il met en scène une héroïne féminine -, sa méthode est quelque peu discutable et témoigne, à la fois du chemin qu’il reste à parcourir pour faire évoluer les mentalités et des risques d’antisélection inhérents à l’étendard de la genrisation.

Je cite : « vous qui vous prétendez féministe, vous devriez acheter mon roman ».

L’auteur

J’ai longtemps médité sur ses mots. Lorsque je lis un livre ou que j’admire un tableau, j’attache autant d’importance au sujet traité qu’à l’intention de l’artiste soucieux de révéler sa vision du monde, en toute authenticité, que je partage, ou non, son opinion. Promouvoir la dignité humaine à des fins mercantiles me paraît regrettable. Nombre d’ouvrages sont produits « à la carte » pour répondre à des tendances consuméristes, sans aucun apport pédagogique. Tout ce qui est factice est, par nature, non disruptif.

« Vous qui vous prétendez féministe… »

L’auteur

Si j’avais fait preuve d’autant de mépris, j’aurais certainement répondu à chaud à ses propos un brin sarcastiques. Je n’aurais fait qu’exciter son credo. Je me serais inscrite dans une forme d’opposition. En somme, j’aurais été… aussi stupide que lui. On ne peut pas refaire l’éducation d’un homme de soixante ans. J’imagine que d’autres ont essayé avant moi et qu’ils (elles) se sont cassé les dents.

Si l’on entend le féminisme comme un ensemble de mouvements et d’idées philosophiques visant à promouvoir les droits des femmes à visée « égalitariste », on comprend que, pour faire bouger les lignes, il faut agir à double sens. Être féministe, c’est reconnaitre les qualités et les particularités liées au genre et adapter la société à accueillir, de façon égalitaire, non biaisée et bienveillante, ces différences.

Oui, cher Monsieur, je suis une féministe, non accusatrice, et je le revendique !

On a tendance à faire du féminisme une doctrine moraliste, d’opposition, qui voudrait qu’en claquant des doigts, tout se passe de la même façon, que tout soit au même niveau. On voudrait renverser les choses, marcher sur les cultures, réécrire l’Histoire. On prend les armes, on tire sur des fantômes, on se fatigue.
Plutôt que de déterrer les coupables, appuyons-nous sur les idées des générations nouvelles en puisant certaines inspirations dans les puits abondants des philosophes du passé.

 » Une moitié de l’espèce humaine est hors de l’égalité, il faut l’y faire rentrer : donner pour contre-poids au droit de l’homme le droit de la femme. « 

Victor Hugo, extrait d’une Lettre à Léon Richer

Les hommes sont nos alliés, pas nos ennemis.

Cessons de vouloir les renverser, emmenons-les dans la ronde, dansons à leurs côtés, prenons exemple sur leur audace pour nous libérer du carcan des freins psychologiques nés de subreptices stéréotypes.

« Il y a des femmes de talent : aucune n’a cette folie dans le talent qu’on appelle le génie ».

Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe.

Quant aux cons, il y en aura toujours, laissons-les où ils sont et unissons-nous dans l’art pour enseigner que la beauté est une toile universelle à dessiner au pinceau de l’égalité, dans le respect des cultures et de l’altérité.

Peignons, écrivons, chantons, sculptons, photographions dans l’authentique lumière de la vérité, à l’ombre de véreux prédicateurs, soyons riches de cœur. Et si, plutôt que de boire au philtre illusoire de la marchandisation, la culture se nourrissait de la noblesse des intentions ?

L’auteur de cet article : Le féminisme universel

Née en 1985, Serena Davis est une écrivaine inclassable, auteure de deux ouvrages récents, une comédie romantique moderne « Les chats retombent toujours sur leurs pattes » et un roman mélodramatique sur la combativité féminine « Les pendules ne sont pas toujours à l’heure » coécrit avec sa maman, Mary White.

https://www.serenadavis.fr

Total Page Visits: 51 - Today Page Visits: 7

Serena Davis

Née en 1985, Serena Davis est une écrivaine inclassable, auteure de deux ouvrages récents, une comédie romantique moderne « Les chats retombent toujours sur leurs pattes » et un roman mélodramatique sur la combativité féminine « Les pendules ne sont pas toujours à l’heure » coécrit avec sa maman, Mary White.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *