Plainte envers l’APAJH95, Service des tutelles, pour négligence du dossier L.B

Mis à part le remboursement des 2400€, M. L.B anonyme, à tout obtenu. Il donne un exemple de frappe pour faire valoir ses droits de majeur protégé.

Voici son histoire
juge des tutelles curatelles

Lettre à Madame le Juge des tutelles

Je me permets de vous écrire pour déposer une plainte envers le Service des tutelles qui est en charge de mon dossier depuis Mars 2017. En 2015, l’équipe médicale et sociale du pôle de santé mentale, les Oliviers, de Beaumont/Oise, m’a très fortement recommandé d’accepter une mise sous protection par l’APAJH95, Association pour Adultes et Jeunes Handicapés du 95260 Beaumont/Oise.

Lors de mon premier rendez-vous avec ma curatrice référente, Mme Ana F. (Déléguée à la Protection des Majeurs), j’ai débuté notre entretien, et ce, immédiatement, en exposant mes problèmes de gestion de mon budget. Je lui ai expliqué que je ne savais pas gérer mon argent et qu’il m’était difficile de contrôler mes achats compulsifs lors de mes phases maniaques (je suis atteint de graves troubles de l’humeur (Bipolarité)). J’ai également parlé de mon surendettement majeur.

Je lui ai donc demandé, en urgence, de bloquer tous mes comptes : AAH et compte bancaire, tout en me laissant la somme de 40€ par semaine. J’ai énuméré mes besoins vitaux : produits de toilette, transports en commun, coiffeur, laverie, vêtements, cigarettes, activités, loisirs, sorties thérapeutiques. Ce budget de 40€ par semaine était très juste, mais je ne voulais pas plus.

J’ai donc insisté pendant 3 mois auprès de Mme Ana F., pour bloquer tous mes comptes et ne me virer sur mon compte bancaire que la somme de 40€ par semaine. Nos entretiens téléphoniques, nos rendez-vous, ne tournaient qu’autour de cette demande urgente. sic « BLOQUEZ-MOI LES COMPTES EN URGENCE, MME F., EN URGENCE, JE VOUS EN PRIE. » Bien évidemment, après 3 mois de dépenses intensives de ma part, j’ai tout liquidé jusqu’au dernier centime.

Achats compulsifs majeurs, crises de boulimie récurrentes (dépenses extrêmes en nourriture), besoin anormal de dépenser l’argent le jour J du virement de mon AAH. J’étais dans une détresse absolue, une dépression abyssale en alternance avec des phases maniaques démoniaques.

J’ai donc posé la question à ma curatrice référente sur le fait qu’elle n’avait pas bloqué mes comptes ; sa réponse fut d’un manque de professionnalisme édifiant. sic « Je vous ai fait confiance, M. B. » Pour avoir assez d’argent pour garder ma dignité, ma propreté, j’ai donc demandé à Mme Ana F. un virement sur mon compte postal. Malheureusement, il n’y avait plus d’argent sur ce compte, même pas de quoi payer ma mutuelle d’un montant de 520€.

Je lui ai également demandé de m’assister dans mes démarches administratives pour mon titre de transport (passe navigo, toujours en attente), mon dossier de surendettement (aucune nouvelle), ma mutuelle (j’ai dû la menacer de déposer plainte pour négligence au sujet de mon dossier.), de ma demande de logement (compromise, puisque j’ai dépensé tout mon argent), mes graves problèmes de dentition, etc…

L’équipe médicale, sociale et de mesure de protection ont réussi à me culpabiliser sur le fait que c’était moi qui avais dilapidé mon argent (en toute connaissance de cause !!!). Je suis outré et complètement perdu, Mme le Juge. Une autre faille dans mon dossier : je ne sais plus qui est en charge de mon avenir, de la gestion de mes comptes, DE MA PROTECTION.

Ma référente est Mme Ana F., qui a passé la main, de façon partielle, à Mme G. (service mandataire judiciaire a la protection des majeurs (MJPM)), qui m’a complètement abandonné (plus aucun contact avec cette personne). C’est donc le Directeur du service technique MJPM de L’APAJH95 qui répond à présent à mes requêtes.

M. G. est le seul contact qui me reste, il est a l’écoute et me laisse rarement dans le besoin ; mais surtout, il m’informe de toutes les démarches effectuées par l’équipe du service de protection. Cependant, je ne trouve pas normal qu’il faille trois collaborateurs pour gérer un dossier (mon dossier). Cela affecte les relations, déjà très difficiles, avec mes interlocuteurs en charge de ma protection (sommaire).

Aujourd’hui, je suis obligé de me battre pour défendre mes droits auprès de l’APAJH95. Avoir un minimum d’argent, 50€ par semaine (très difficile car mon budget ne me le permet pas, d’après M. G., alors que je touche 800€ d’AAH par mois d’après Mme G.). Je suis dans le flou le plus complet au niveau de la situation de mes comptes, j’ai donc demandé tous mes relevés bancaires et AAH, pour savoir exactement ce que fait ma curatrice avec mon argent. (toujours en attente).

Il paraîtrait qu’une collaboratrice de M. G. (Directeur de L’APAJH95) m’a contacté à ce sujet. C’est erroné, je n’ai jamais eu de courrier, mail, ou une conversation sur ce thème avec les personnes qui gèrent mon dossier. Je suis désemparé, Mme le Juge, et dans un état de haine, de désappointement, de déséquilibre mental, d’angoisse, de peur ainsi qu’un sentiment d’abandon à mon égard.

A ce jour, Mme le Juge, je fais appel à vous pour solliciter votre aide et me diriger dans mes démarches judiciaires. Je ne me laisserai pas emporter dans des procédures sans fin, mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir et utiliserai mes dernières ressources intellectuelles pour obtenir gain de cause.

Suite à l’inconscience de Mme F. pour avoir fait confiance à une personne gravement malade mentalement (moi) alors que je l’avais alertée sur mes phases de pulsions quasi suicidaires et dépensières démesurées, j’exige un remboursement de trois mois d’AAH, soit 2 400€, et un budget de 100€ par semaine pour mes différents achats : vêtements d’hiver (je n’ai plus rien), produits de toilette, produit d’hygiène, coiffeur, transports, outils de travail (je suis écrivain et ne gagne pas d’argent.

En effet, mes royalties me servent à rembourser les frais d’envois de livres pour mes lecteurs. Ainsi, je ne dépense rien, et ne gagne rien non plus. L’écriture est un de mes hobbies).

Je demande également un budget pour :

  • Ma consommation en tabac que j’ai réduite au maximum, car même avec 100€ par semaine, je ne m’en sors pas.
  • Un crédit pour les sorties thérapeutiques proposées par la clinique de P. dans le 77.
  • Le remboursement de tous mes déplacements, hébergements, dans le cadre de mon travail d’informaticien. Je ne gagne pas d’argent, car je suis en auto-formation pour mon projet de reprise d’activité professionnelle.
  • Le remboursement de mon ordinateur portable premier prix d’une valeur de 299€. Ce n’est pas un achat compulsif, mais dédié à mon travail d’écrivain, à mes démarches administratives que je peux faire sur internet, à tenir un agenda et un cahier de mes dépenses (budget), à créer mon association pour personnes malades physiquement et mentalement via le web.

Pour résumer, je ne demande que la somme de 100€ par semaine pour mon budget ; je sais que ce sera très difficile de subvenir à tous mes besoins, mais aujourd’hui, je sais gérer mon argent. J’ai tellement souffert, Mme le Juge. De plus, les 100€ par semaine que je demande, laisse à mon équipe de protection 400€ pour mettre de l’argent de côté sur mon compte bancaire afin d’acquitter les factures de ma mutuelle, de mon passe navigo (que j’attends toujours), des procès-verbaux (amendes) SNCF et RATP (je n’ai pas d’argent pour payer les transports en commun, malgré mes multiples demandes de budget déplacement pour démarches administratives URGENTES)

Je vous présente, Mme le JUGE, toutes mes excuses pour cette bouteille à la mer, mal rédigée, écrite dans l’urgence, mais je ne suis plus suivi par Mme Marie D. (assistance sociale de mon secteur 95 Beaumont/Oise). Je ne peux donc plus être aidé dans mes démarches. Seuls Mme L., assistante sociale de la Clinique de P. (77) où je suis actuellement hospitalisé et le Docteur R. du château de P. (77) sont à mon écoute. Malheureusement, ils ne peuvent pas m’aider sur ce plan, car c’est à mon équipe de secteur de m’assister. Équipe devenue fantôme, plus de contacts, malgré mes relances. Comme je le redis, Mme le Juge je me sens abandonné.

Je me suis exprimé avec toute mon authenticité ainsi qu’avec ma volonté d’être compris, et je vous remercie infiniment de m’avoir lu.

Dans l’attente d’une réponse favorable, selon votre emploi du temps qui, je sais, est bien rempli, et dans l’espoir d’obtenir un rendez-vous, Mme le Juge, je vous prie d’agréer, avec tout mon respect à votre égard, mes salutations les plus sincères.

Fait à J.

Le 14/11/2017

M. Lionel BELARBI Oup’s !

Total Page Visits: 260 - Today Page Visits: 2
Avatar

Lionel Belarbi

Sur ce blog je traite et analyse des sujets d’actualités qui me font frémir de délire, sans avoir un avis journalistiques ou autres, j’exerce en toute impunité.Écrivain bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique.Merci de me signaler les photes d'orthographes, elles sont nombreuses et je m'en excuses par avance.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Lionel Belarbistefany Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
stefany
Invité
stefany

as-tu eu une réponse à cette lettre?