Pierre Barachant : Fracture – Chimère autobiographique

Pierre Barachant : Fracture - Chimère autobiographique
Pierre Barachant : Fracture – Chimère autobiographique

Pierre Barachant : Fracture

Pierre Barachant : Fracture - Chimère autobiographique
Pierre Barachant : Fracture – Chimère autobiographique

D’une rive à l’autre, du monde de l’enfance, au monde des adultes.

Pierre Barachant avait laissé un commentaire à la suite à un de mes articles sur l’enfance. Il disait que ce n’est pas facile de se reconstruire, et parlait de son livre « Fracture ». J’ai commandé le bouquin, et je m’attendais à un récit douloureux, un de plus, qui décrit l’impossible violence .Je me suis trompé, cette chimère autobiographique n’est pas dans les larmes mais dans l’espérance.

Une histoire en puzzle.

L’auteur ne raconte que des parties de son enfance. On découvre ses parents, le séminaire, et des flashs où il se fait mal, où il tient la main d’une gamine. En fait, arrive un moment où dans son écriture, Pierre Barachant n’attache plus d’importance à la narration. Il a trouvé sa paix, et même s’il existe des épisodes douloureux, même s’il décrit parfois le monde cruel des adultes, le souci de l’auteur dépasse l’aventure du gamin de onze ans, pour devenir celle de l’homme aujourd’hui. D’ailleurs il annonce la couleur en quatrième de couverture :

« Pierre Barachant est né et, après mûre réflexion, ne le regrette finalement pas. Il a planté des arbres, écrit des livres et fait des enfants. Il n’a donc pas raté complètement sa vie. A propos de Fracture : Ne me dites jamais que l’enfance est la plus belle période de la vie »

Le trajet vers l’essentiel.

L’auteur reprend son âme d’enfant, ses questions souvent sans réponses, ses douleurs aux doigts taillés au taille-crayon, ou à sa peau meurtrie aux coups de ceinture, et regarde ce qui a pu le sauver. J’ai choisi une de ses réponses :

« Je n’ai jamais dit que le fou c’est moi. Celui qui s’est enfermé dans son monde idéal où il peut être tout ce qu’il n’est pas.

Je n’ai jamais dit que l’écriture est venue m’arracher in extremis à la folie.

Je n’ai jamais dit que la folie m’a tiré sans cesse par la manche, s’interposant et m’empêchant d’écrire.

Et que j’écrivais pourtant.

Pour la tenir loin.

Ou peut-être l’ai-je dit. Mais qui m’a entendu ? D’ailleurs ce qui est dit ne compte pas. Alors je l’écris.

Je l’écris pour l’entendre. Écrire est une quête de son. »

Pierre Barachant : Fracture

Un livre pudique, poétique et philosophique.

Écrire est une démarche courageuse, on se livre aux lecteurs, mais pire, on se livre à soi-même. Quand un auteur déroule sa vie, c’est pour la comprendre, pour se dire « elle a un sens ». Dans une certaine mesure, cette introspection est thérapeutique, sociologique, scientifique, et peut échapper à la littérature, à l’art. Pierre Barachant fait de son récit une œuvre belle, et universelle, une pièce de littérature. Ses questions, ses silences, ses regards sont ceux de chacun.

L’art n’est-il pas ce langage unique et universel à la fois ?

Total Page Visits: 210 - Today Page Visits: 1

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.