Les oubliés des Khmers Rouges au Cambodge

khmers rouges enfants

Les Khmers Rouges par Aurélie B.

Une symphonie de couleurs au départ de leur ville d’origine, ils ont étaient déportés pour vivre l’enfer. Les routes contemplées à pieds par autant de déportés avec des vêtements en couleurs. Puis le troc des bijoux, puis des vêtements pour avoir un peu de riz et du poisson, quelques instants pour dompter la vérité atroce.

Les gens se déplaçaient jusqu’au camps où la famine, la privation, les maladies, plus de nouvelles de leurs familles, ils résistaient passivement : attendre la délivrance de ce dénie de la réalité en se raccrochant aux bribes de travail, (pour du riz et du poisson) avec cette velléité contre nature des Khmers Rouges de vouloir empoisonner leurs cerveaux de slogans en étant réduits à l’esclavage. Les enfants du peuple.

Les quelques révolutions du Cambodge ont été écrasées dans un bain de sang et beaucoup de gens sont morts, le tiers du pays, des millions de morts, un vrai génocide dans des camps de concentration en 1975. N’oublions pas en leur mémoire les enfants du Cambodge.

Tu vivras, mon fils par PIN YATHAY

L’extraordinaire récit d’un rescapé de l’enfer Khmer Rouge.

Tu vivras, mon fils par PIN YATHAY
Total Page Visits: 480 - Today Page Visits: 5
Aurélie B.

Aurélie B.

La prose m'accompagne dans toutes mes réflexions sur le monde des oubliés. J'exerce avec fierté sur le journal abrasif.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de