Réponse à « on ne naît pas mec » de Daisy Letourneur

« on ne naît pas mec » de Daisy Letourneur
« on ne naît pas mec » de Daisy Letourneur

On ne naît pas mec de Daisy Letourneur

J’aime pas les mecs !

Pas beaucoup d’alternatives …

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais quand je lis un livre qui critique et répertorie les comportements sociaux, à chaque étape, je me dis : « ce n’est pas moi, je n’agis pas comme ça. » Ainsi je parviens à me supporter, et trouve que je ne suis pas un sale machiste, un sale exploiteur, un sale pollueur, un sale pervers narcissique, un sale con ….

C’est sans doute le plaisir que procure ce genre de bouquin. Parfois, je suis un peu égratigné, j’accepte qu’il reste des points à améliorer, mais je m’en sors bien (enfin, je trouve). Là, le filet est plus serré, l’auteure était un mec avant d’être une nana, elle a connu des deux versants, elle sait de quoi elle cause, alors elle ose tirer juste.  Ainsi, elle dresse une série de descriptions pas très flatteuses des mecs, et on peut quelquefois sentir le vent du boulet.

Le vrai mec…

Le vrai mec est un concept nébuleux, mais tout le monde sait de quoi on parle : l’alpha mâle, le macho. Il est beau gosse, il est couillu, queutard viril. Comme l’écrivait un masculiniste français notable : » J’ai une bite de 20 cm, une femme magnifique et un salaire d’ingénieur ».

  Ça c’est facile, nous sommes tous loin de ce modèle. Peut-être tout simplement car nous n’avons pas les moyens, ni le matériel nécessaire. Mais idéologiquement, nous avons compris, le cliché est éculé, même si parfois une petite voix nous dit « aller, soit un mec, mec. »

Le jeu continue avec les descriptions de la démarche, de la façon de s’asseoir, de se raser (ou pas), de ne pas pleurer, de se mettre en danger, de polluer en emmerdant tout le monde, de ramener un max de pognon. Elle est chiante Daisy, on marche comme on peut, mais moi je fais attention de ne bousculer personne je peux même serrer les jambes pour ne pas prendre toute la place, oui, j’aime rouler vite … et alors ? mais j’essaie de pas polluer, pour le fric, il fallait bien… et je suis un être très sensible !

L’homme lent à mûrir …

Elle n’a pas tort quand elle décrit les jeunots qui à vingt ans ne savent pas faire la vaisselle ou cuire des spaghettis. Oui, on a tendance à rester un peu plus longtemps par ruse, par paresse, et pour faire plaisir à maman qui ne veut pas lâcher son précieux !

Mais, vous le savez Daisy, après la pression est terrible. Être un homme, être un père c’est énormément de responsabilités, il faut tout assumer, il faut sécuriser son entourage. La charge mentale vous connaissez ? … oui, vous en parlez. Ok, vous avez encore raison quand vous vous nous réduisez à deux émotions : colère ou non colère. Nous sommes binaires, et cela ne simplifie rien

Les nouveaux pères

Là, vous vous moquez un peu. Vous dites que cela n’existe pas vraiment. D’accord, de mon temps on débutait, j’ai tout de même changé mes mômes et donné le biberon. Et, j’ai connu le copain d’un copain qui a arrêté de travailler pour éduquer ses gosses. Ça vous bouche un coin !

L’homme et la bande potes : l’homosocialité.

Ok, on a tendance à être bien entre mecs, pour dire des conneries, pour faire du sport, pour picoler, c’est mieux. Ce n’est pas vrai, je déteste les ambiances de mecs, je n’ai que des amies.

Vous dites après qu’on a peur d’être pédés. Qu’on a le souci permanent de ne pas perdre la face, de jouer la confiance en soi, d’être fort… Mais a-t-on le choix ?

Les hommes gentils, et les méchants….

Tous dans le même sac, la gentillesse serait une marchandise, un apport dans les transactions… parfois, mais pas toujours.

Ensuite vous critiquez les harceleurs, et autres abrutis qui ne comprennent pas le sens du mot non, ces cons qui choisissent la violence. Nous sommes d’accord, je ne tenterai pas le moindre humour.

L’homme féministe, l’homme déconstruit …

Daisy, vous poussez le bouchon un peu loin. Il n’y a plus de place pour quiconque.

L’homme féministe est en fait un prédateur, et le déconstruit un paumé ou un dragueur.

Alors nous sommes foutus ?!

Sérieusement …

J’aime bien votre livre, et votre regard acerbe est juste. Moi là-dedans ? mais je m’en moque, j’essaie juste d’être un humain et d’avoir des positions humanistes … le bénéfice de l’âge, beaucoup de tensions sont oubliées …

Pour acheter le livre :

https://www.editionsladecouverte.fr/on_ne_nait_pas_mec-9782355222023

« on ne naît pas mec » de Daisy Letourneur
« on ne naît pas mec » de Daisy Letourneur
Avatar photo

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.