A ta santé l’artiste : Non, je ne parlerai pas de Stromae

Non, je ne parlerai pas de Stromae
Non, je ne parlerai pas de Stromae

Non ! Je ne parlerai pas de Stromae

Et de son nouveau titre santé. Si vous voulez savoir, vous allez dans n’importe quel site, dans n’importe quel journal… Oui, le titre parle des petites gens qui ne sont pas respectées ! Oui, l’artiste fait bien son boulot, à la façon Bedos : “Le métier d’artiste, c’est de faire passer au singulier des émotions plurielles. Nous sommes les haut-parleurs des anonymes.” Oui, c’est bien… Mais c’est fou, qu’il faut attendre une vedette pour se pencher trois minutes sur les petites gens… De toute façon, dans trois minutes, tout sera oublié…

Et les environ dix pour cent du personnel para médical non vacciné sera jeté dehors . Les éboueurs vont encore agacer les habitants lors de leur prochaine grève. Les fonctionnaires continuent à être des fainéants Non, je ne sombrerai pas dans cette naïveté de croire qu’une chanson va éradiquer le mépris, la prétention, l’irrespect. Stromae et d’autres peuvent chanter tant qu’ils veulent, on écoutera toujours le chant de la réussite, des personnes glorieuses. Nos stars sont Messi, Tapie, et Macron qui marque un penalty.

Personne n’apprend à son enfant que réussir sa vie, c’est savoir nettoyer des toilettes publiques, ou tenir un vestiaire, ou encore faire la toilette de Papy. Il peut faire son marketing avec son titre surprise et proche du peuple, il sera bien le gagnant. Nous aussi nous serons gagnants, car si on aime sa chanson, nous pourrons avoir bonne conscience… Cela me fait penser à cet homme violent, dangereux qui trouvait la chanson « la grenade » géniale.

Évidemment, apprécier une chanson ne veut pas dire que l’on adhère, ou même qu’on la comprenne. Sinon les titres anglais auraient beaucoup moins de succès, et certaines chansons traditionnelles seraient interdites (au clair de la lune, il court le furet…)

Voilà, à ta santé Stromaé !!!

Total Page Visits: 317 - Today Page Visits: 2

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *