Manifestation intersyndicale du 5 octobre 2021 à Paris

Manifestation intersyndicale 5 octobre 2021
Manifestation intersyndicale 5 octobre 2021

Manifestation intersyndicale Paris

Une manif … pour un bug mondial ?

Une manifestation intersyndicale aura lieu mardi 5 octobre 2021 à Paris, pour « l’emploi » et contre la précarité. La réforme de l’assurance-chômage est particulièrement ciblée.

Mais non ! Rassurez-vous, les syndicats n’appellent pas au bug, tout va bien. Les syndicats font leur boulot, ils revendiquent. Ils revendiquent du mieux sur les salaires, les protections sociales. Vraiment, tout va bien. Ensemble, nous allons demander (en grognant un peu quand même !) au patronat et à son régulateur le gouvernement d’être plus gentils avec nous tous.

La société tourne comme avant. Le capital dirige, les ouvriers travaillent et le gouvernement assure le maintien de l’équilibre… vraiment tout comme avant. D’un autre côté, on ne peut pas un jour vénérer un patron licencieur et le lendemain remettre en cause l’importance du patronat ; voyez de ce côté, vraiment rien ne bugge.

Il y a bien le problème du chômage, avec moins d’indemnités, certains risquent de bugger. Oui, c’est malheureux… mais nous sommes solidaires, nous cotisons… et puis c’est la crise… et puis, certains sont bien contents de profiter des allocations…

Zut ! Voilà que j’entre dans le problème du vrai et du faux chômage, et certains sont des spécialistes pour faire le tri. Regardez tous les posts sur les réseaux sociaux qui dénoncent les « abuseurs ».

Ah, oui ! Assurément la société ne bugge pas, elle sait choisir pour nous : elle désigne les ennemis, les faignants, les étrangers. Elle désigne les amis : les patrons-vedettes, les patrons qui vont prendre soin de nous, ces politiciens qui ont tous les bonnes idées pour que ça aille mieux !

Où cela ne va pas, où ça bugge… C’est chez Mark Zuckerberg« Après plus de six heures de panne, manifestement causée par un problème technique, les quatre réseaux sociaux et messageries de la firme de Mark Zuckerberg sont à nouveau accessibles aux internautes ce mardi matin. ». En Chine, aussi, ça déconne : « Un spectacle de drones a rassemblé 5 000 spectateurs en Chine, vendredi dernier, dont une majorité d’enfants. Avant l’incident. »

Des dizaines de drones sont tombés sur la foule.

Et il y a aussi le climat qui bugge, Marseille sous l’eau, les poubelles non ramassées (suite à la grève) bouchent les égouts et échouent à la mer.

Bien sûr aucun rapport entre les dysfonctionnements mondiaux et notre bel équilibre social… ?

Juste une idée, le bug technique démontre que tout système est faillible, le bug climatique nous prouve que notre équilibre social n’est qu’un leurre. … Alors peut-être serait-il bon d’organiser le bug !

Au lieu de demander au patron ou de le mettre sur un piédestal apprenons à s’en passer. Organisons-nous sans technocrates, sans actionnaires. Faisons bugger ce système bien huilé. Cela existe déjà, dans l’économie solidaire, dans certaines coopératives.

Le pouvoir ne se demande pas, il se prend. J’aimerais (dans mes rêves) que nos énergies, pour râler, pour nous diviser soient mises au service de systèmes réfléchis où on pense humain et planète. Faisons bugger les productions inutiles et finalement destructrices. Dans son livre « L’homme est un accident » (Éditions Belin) Enki Bilal explique l’importance de la « planétologie »

« La prise de conscience qui doit être la nôtre est celle que j’appelle une « planétologie ». Je préfère ce terme à celui d’écologie, car il dit plus immédiatement le défi auquel nous faisons face et à la posture au monde que nous devons adopter : la défense de la planète tout entière. La planétologie, c’est pour moi l’idée selon laquelle la planète doit être l’étalon avec lequel on juge toute idée ou toute action. Cela nous concerne tous, sans exception. Je l’ai dit à l’instant, la planète sera notre juge de paix… »

Oui, il y a urgence à faire bugger le système, il ne s’agit pas d’une révolution, mais de construire, partout autrement, au regard des intérêts de la planète (donc de l’homme). Faire entreprise autrement, faire politique autrement, faire société autrement.

Le système actuel est un paradoxe : nous le pensons unique, salvateur et la planète nous le démontre, il est sans issue.

Son équilibre tient à des riens : une panne de logiciel, des populations obéissantes, un virus… nous pouvons penser encore quelques années que nos revendications salariales, que nos hommages, que nos votes conserveront notre confort. Mais comme le dit Bilal, « l’homme est un accident » … Pourrions-nous en faire une opportunité ?

Total Page Visits: 38 - Today Page Visits: 1

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *