L’optimisme, faute de mieux

L’optimisme, faute de mieux
L’optimisme, faute de mieux

L’optimisme, faute de mieux

Il s’agit de deux petits livres de moins de 80 pages chacun, ils sont différents et similaires, ils émanent d’une volonté vitale : garder l’espoir.

Réveillons-nous …

Honnêtement, ce n’est pas très aisé de vouloir se réveiller après la lecture de ce bilan de notre Terre fait par Edgar Morin. Armé de son analyse de la complexité, l’auteur décrit une planète en crise, avec un progrès qui ressemble plus à une fuite en avant, une autodestruction imbécile, semblable au pilote d’une voiture qui accélère face au mur qui termine la route.

« Ainsi, la crise de l’humanité, qui est à la fois thanatologique (portant en elle une menace de mort), écologique, économique, civilisationnelle, historique, est pour toutes ces raisons conjuguées une crise anthropologique portant sur la nature et le destin de la condition humaine. »

C’est ainsi que l’avant dernier chapitre se conclut, avant qu’Edgar Morin libère un petit chapitre plus « optimiste ». Je mets ce mot entre guillemets, car l’espérance est en fait l’observation du poids de l’incertitude.

« La pensée hégémonique se fonde sur une conception de la rationalité limitée à la logique aristotélicienne, qui croit en son adéquation absolue à la réalité et exclut tout contradiction comme absurdité ; elle obéit au paradigme qui impose de voir l’univers en objets isolés de leur contexte ou en éléments séparés les uns des autres »

L’auteur nous invite alors à une réforme de la pensée où nous apprendrions à concevoir les liens entre la nature et la société : « il s’agit d’abandonner le rêve prométhéen de la maîtrise de l’univers pour aspirer à la convivialité sur Terre ».

 Cette réflexion, cette philosophie nous appellent à œuvrer pour une « politique pleinement humaniste ».  Plus qu’un rêve, l’auteur en explique la nécessité absolue. « Le renoncement au meilleur des mondes n’est nullement le renoncement à un monde meilleur. »

C’est un réveil qui invite à remonter ses manches, il faut faire autrement, penser autrement, il faut « établir une communication vivante et permanente entre les singularités culturelles, ethniques, nationales et l’univers concret d’une Terre-patrie de tous ».

Le chemin de l’espérance …

Je vois dans ce livre une suite logique du précédent, l’auteur aidé des écrits de Stéphane Hessel propose des réponses « de gauche ». Ils ne décrivent pas des solutions « clés en main », mais des orientations. Pardonnez -moi cette crise narcissique, ce manifeste a plusieurs similitudes avec mes propositions dans le cadre de ma campagne présidentielle (voir mes articles précédents). Il s’agit de modifier notre approche collective, de penser ensemble et différemment.

Je vous propose quelques thèmes développés par les auteurs, afin de vous donner envie de découvrir ce manifeste.

Une politique du bien vivre… Rien à voir avec une utopie irréaliste, mais une orientation générale « il nous faut favoriser tout ce qui va à l’encontre de multiples dégradations causées à la qualité de l’air, de la nourriture, des eaux, à la santé et au climat »

Au-delà de cet aspect écologique, les auteurs élargissent leur conception :

« Le bien-vivre suppose l’épanouissement individuel au sein de relations communautaires. »

La revitalisation de la solidarité Les auteurs conçoivent en particulier des Maisons de la Fraternité et d’instituer un service civique de la fraternité.

La remoralisation …Avec la création d’un Conseil d’Etat éthique.

L’économie plurielle… « En matière d’économie, nous promouvons une économie équitable, sociale et solidaire au sein d’une économie plurielle… qui englobe l’économie capitaliste et ses multinationales, mais en refoule progressivement la sphère…

En France, l’économie plurielle se préoccupera de développer les petites et moyennes entreprises, l’économie sociale et solidaire, le commerce équitable, l’éthique économique. »

Éducation … « Nous devons aussi effectuer une réforme profonde en vertu du principe formulé par Rousseau dans l’Emile : « Je veux lui apprendre à vivre. » »

Et d’autres idées… Réforme de la politique et revitalisation de la démocratie… La culture esthétique…

Le manifeste n’est pas « le programme commun », il est une base de réflexion, une invitation à l’intelligence collective. Il serait assurément plus productif pour notre société que les querelles politiciennes qui remplissent notre quotidien !

Les trois principes d’espérance.

Ces trois principes sont énumérés en fin de « Réveillons-nous ! ». Quand je les ai lus, je les ai réduits à de petites choses. Un peu des gadgets qui permettent de conserver le sourire, peut-être un peu triste.

Réflexion faite, je pense qu’ils sont essentiels, ils forment les indicateurs des changements, les leviers de l’histoire.

Le premier principe est «  de miser sur l’improbable ».  Il ne s’agit pas de miracles ou de calamités, mais de faits que nous ne pouvions pas anticiper.

« Le deuxième principe d’espérance se fonde sur les possibilités et la créativité de l’esprit humain », l’humain a des capacités encore insoupçonnées pour détruire ou résoudre…

« Le troisième principe se fonde sur l’impossibilité de durer à l’infini pour tout système qui transformerait la société et les individus en machines » …Ou « l’inexorable désintégration ».

Je vous invite à repenser tout système à la lumière de ces trois principes, systèmes politiques, mais aussi systèmes sociaux, systèmes familiaux, systèmes personnels.

Vous verrez, ils ouvrent des brèches.

Avatar photo

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.