Le Lithium pour le paradis des fous ?

Lithium Qwanturank

Le lithium est l’élément chimique de numéro atomique 3, de symbole Li. C’est un métal alcalin, situé dans le premier groupe du tableau périodique des éléments.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithium Qwanturank

La fin du Lithium

Saloperie d’élément chimique détourné pour les patients psychiatrisés souffrants de troubles bipolaires. C’est la classe car Kurt Cobain a écrit une chanson au doux nom de Lithium ! Dont je ne vous écrirai pas les Lyrics, c’est pas chic ! Enfin, la chanson est quand même une aubaine pour qui sait l’écouter. Mes « moi je », ont décidé de me faire RAPE ME MY FRIEND de Nirvana pour écrire ce texte de Complètement-Barge-Intercidéralo-Comiquement-Barré (Une CBICB).

Fuck Lithium

Il me tue a petit feu, je le transpire par l’anus, c’est une belle merde scato-gène et anxiogène. J’ai essayé de le sniffer, mais c’est l’enfer des narines. WTF ! Il sniffe ses médicament ?! J’encule le Lithium et toute sa famille de thymorégulateurs qui me tirent vers le sombre bas, me coulent, roucoulent, salopes !

Paradis sans molécule

Depuis l’arrêt de ce traitement médicamenteux, j’ai vu mon humeur sombrer pendant une semaine, mais avec des effets ascensionnels exceptionnels. La puissance, la toute puissance, Dieu est mort et Dieu est sous ma cuisse ; Salope !

Je vois les cimes des montagnes sombrer et rougir tellement que je suis dans une hauteur infinie et confortable. J’ai poussé la chansonnette pour mon amie incorrigible.

« RAPE ME ! RAPE ME ! MY FRIEND ! RAPE ME ! RAPE ME ! AGAIN ! »

Lithium par ci, Lithium par là, c’est devenu fun d’être Bipolaire. Fuck ! C’est une maladie de merde, comme toutes les autres d’ailleurs. Ils sont tous bipolaires chez les stars, pendant que nos petits moyens versent du sang en larme majeure.

J’ai décidé de ne plus être maniaco-dépressif-pharmacodépendant, ni même Bipolaire de TYPE 1. Les montagnes russes, c’est dans mon caractère connard ; je vis à l’extrême haut et bas dans ma vie, c’est comme ça, je suis ainsi. Mes délires ? Je les opère seul ou accompagné pour terminer en HP. Deux, trois bonbons, roses et blancs puis une piqûre dans le cul et roulez jeunesse ! Les voyages forment l’esprit et la toute puissance. Les séjours fond grossir et nous déforment.

« RAPE ME ! RAPE ME ! MY FRIEND ! RAPE ME ! RAPE ME ! AGAIN ! »

La toute puissance c’est la jouissance de l’esprit ; j’éjacule des maux de mots pour faire dans la démesure totale.

Je ne suis pas malade et je le revendique. Vos médicaments m’ont déformé, affaissé, courtisé, détroussé, maltraité, démoli, ramolli, ravioli… Allez enfermer vos politiciens mégalomanes à deux francs six sous bandes de connards. Les soins sous contrainte ? Ce n’est pas mon problème, je ne suis pas malade, je suis juste affaibli par vos cachets, cachés, cachetés, cachetonnés. Qui est le fou, vous ou vous Docteur ?

C’est à moi de choisir mon traitement, je me connais mieux que vous pauvre mou. De la haut que la terre est petite avec votre chemise ouverte sans cravate. Vous me tuez, vous me suicidez de façon acide et amer, chimique et chimérique, que vous êtes caustiques les blouses blanches de Maison Blanche. A travers votre soleil se cache la sombre nuit de mes cauchemars, je paye vos factures à l’année, vous me devez donc le respect et l’empathie, connards de second couteau.

Je termine ma lettre morte avec vos peurs de devenir la terreur des journaux pas beaux. Votre cachette, votre planque sont découvertes et exposées à ce moment par vos fous. Nous gagnerons la guerre des boutons roses en brisant votre névrose. Jusqu’ici tout va mal connard ! Mais demain nous seront femelles et mâles dominants, tandis que vous, vous serez larbin pour nos petits déjeuners servis à la chambre 8.

Le https://qwant.club/

Total Page Visits: 608 - Today Page Visits: 2
Avatar

Lionel Belarbi

Sur ce blog je traite et analyse des sujets d’actualités qui me font frémir de délire, sans avoir un avis journalistiques ou autres, j’exerce en toute impunité.Écrivain bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique.Merci de me signaler les photes d'orthographes, elles sont nombreuses et je m'en excuses par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *