Lettre au président : je vous fais une lettre…

Lettre au président
Lettre au président

Deuxième lettre ouverte au Président de la République et au gouvernement

Monsieur le Président, je vous fais une lettre… Disait Boris Vian,

Mais cette lettre, Monsieur le Président et votre gouvernement, je me demande si vous l’avez lue….

Si vous l’aviez lue je pense que vous auriez réagi…

Vos conseillers l’ont peut être lue cette lettre mais vous Monsieur l’avez vous lue ?

Nous sommes 300000 personnes laissées au bord du chemin… Femmes, hommes, enfants, jeunes, vieux…

Certes vous avez fait des promesses ..Mais où est passé le plan Pauvreté Précarité ?

Disparu… Comme vos promesses…

Nous sommes des citoyens à part entière et non des citoyens à part… Avec les mêmes droits et obligations…

Vous ou vos conseillers, connaissez les chiffres des logements disponibles  dans le parc social.

Vous connaissez aussi le nombre de logements privés disponibles sur le marché…

Mais sachez que les agences immobilières refusent dans 90% des cas l’accès à un logement même à bas prix, même si nous avons les ressources nécessaires.

N’y a t’il pas moyens de, non pas les forcer, mais de leur mettre une obligation de location, dans le cadre du Plan Pauvreté Précarité ?

N’y a t’il pas moyen, dans le parc social, d’obliger ces bailleurs sociaux à louer ces appartements libres aux publics dits prioritaires ?

Certes il existe des réquisitions préfectorales, des actions dites DALO, mais il reste quand même 300000 personnes sans abris dans notre pays.

Qu’attendez vous pour réagir ?

Certes nous avons vu Mme Wargon assister à une maraude. Mais sinon que fait votre gouvernement ?

Des aides ont été versées, j’en conviens, mais ces aides ne remplacent pas un Toit.. un Toit pérenne…

Nous les #NousSommesLes300000 ne demandons qu’une chose…

Que des actions pérennes et concrètes soient mises en place… Pas dans un mois, ni dans 6 mois… Là, maintenant  car l’urgence est là…

L’urgence est de mettre à l’abri des citoyens et des citoyennes, qui ne revendiquent que ce que la constitution dit…

Ne les laissez pas au bord de la route… Cette route est la pire que l’on connaisse car elle est semée de tant d’embuches que certains d’entre nous finissent par ne plus pouvoir marcher et quitter ce monde…

Alors Monsieur, ainsi que votre gouvernement, agissez… Ouvrez vos Yeux, vos Oreilles, vos Cœurs. ENTENDEZ CE CRI !! Ce n’est pas un cri de colère, c’est un cri du cœur, le cri du cœur de l’un d entre nous…

Patrice NICE SDF….et journaliste indépendant…

Total Page Visits: 685 - Today Page Visits: 4

Patrice Nice (Journaliste)

Journaliste indépendant Montlucon - France - 54 ans journaliste depuis 4 ans, photographe indépendant depuis 14 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *