Campagne présidentielle : proposition du candidat Eugène Z

Campagne présidentielle
Campagne présidentielle

Campagne présidentielle « Les handicapés dans les centres ! »

La recherche de la perfection…

Dorénavant, je baptise l’homme en gris Eugène Z, en référence à la théorie de l’eugénisme : « L’eugénisme peut être désigné comme « l’ensemble des méthodes et pratiques visant à sélectionner les individus d’une population en se basant sur leur patrimoine génétique et à éliminer les individus n’entrant pas dans un cadre de sélection prédéfini ». Il peut être le fruit d’une politique délibérément menée par un État. Il peut aussi être le résultat collectif d’une somme de décisions individuelles convergentes prises par les futurs parents, dans une société où primerait la recherche de l’« enfant parfait », ou du moins « indemne de nombreuses affections graves » Wikipédia.

Non, il n’a pas été au bout des idées, il n’a pas repris les théories nazies.

Pour mémoire :

« Entre 1939 et 1945, environ 300 000 malades et handicapés mentaux ont été assassinés sous couvert d’« euthanasie » dans les territoires allemands. Les opérations baptisées « Aktion T4 » et « Aktion 14f13 » constituent les aspects les plus connus de cette politique. Cet article retrace l’historique de la théorie des « vies indignes d’être vécues », décrit son application radicale et meurtrière du temps du national-socialisme dans le Reich allemand et dans les territoires occupés, distingue les différentes formes de mise en œuvre du programme d’« euthanasie », rappelle qui furent ses acteurs et leurs motifs, et s’efforce de préserver la mémoire des victimes. »

Gerrit Hohendorf, 17/11/2016 article publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Non, ce qu’Eugène Z exprime, c’est que l’inclusion scolaire n’est pas une bonne chose, en tout cas pour les situations les plus lourdes (à définir…).

Cette pensée que l’inclusion serait à réguler, émane d’une conception où il y aurait les personnes valides et les autres, et que les accompagnements scolaires doivent être séparés.

Le handicap est depuis très longtemps « mis à l’écart ». Les établissements se sont multipliés dans des châteaux entretenant ainsi des patrimoines privés, et des associations bien grasses.

Et ces établissements à la campagne permettaient de cacher ces êtres difformes et baveux. Depuis toujours en France, le Handicap fait partie des choses honteuses, et la dissimulation allait de soi.

L’inclusion scolaire est récente, elle date de 2005. J’ai le souvenir d’un établissement dont j’ai pris la direction en 2009, ou aucun jeune n’était scolarisé à l’extérieur. Un an après, malgré le diagnostic « c’est impossible », ils ont tous retrouvé partiellement ou complètement le chemin de la scolarité ordinaire, avec de réels succès.

On cache par la géographie, on cache par les mots, d’ailleurs, il n’y a plus de handicapés, il y a des personnes atteintes de handicaps…

On préfère ne pas voir le handicap, car soyons honnêtes, souvent, c’est moche, souvent ça freine la progression des gens valides, car c’est triste. Dans une société à la recherche de la perfection, les personnes handicapées font tâche .

Enfin, l’idée eugéniste fait aussi son chemin, « ils ne peuvent pas être heureux », il aurait mieux fallu qu’il meure….

Et l’idée suprême « ils ne servent à rien ».

Éloge de l’inutilité !

Il y a maintenant pas mal d’années, j’étais à l’enterrement d’un de mes cousins myopathe. Le curé dans son sermon a expliqué à ses ouailles que Daniel (mon cousin) nous avait appris à tous l’humilité, l’empathie et l’amour.

C’est beau, mais c’est absurde.

Mon cousin Daniel, ou son frère Roland n’ont servi à rien. Mon petit-fils Axel (trisomique et autiste) a beau être passionnant, généreux ne sert à rien. Mais rassurez-vous, vous qui lisez ces lignes, vous ne servez à rien. Et moi, qui écris ces lignes, je ne sers à rien.

Je trouve criminel de réfléchir en terme d’utilité pour un être humain. C’est ainsi que l’on a créé le noir esclave, la femme soumise, l’homme bon père de famille…

J’ai déjà du mal avec la notion d’animal utile et animal nuisible, mais je refuse totalement cette distinction pour les humains.

Soyons inutiles, notre valeur n’est pas notre contribution, mais notre existence. La logique de l’utilité même avec de belles intentions conduit au nazisme.

Il n’y a rien à comprendre, juste à accepter, et savoir que la forme humaine prend des millions de formes différentes, et qu’aucun droit céleste ou économique ne donne le droit de faire un tri.

L’exclusion des handicapés, des anti vax, des retraités, des cons et des homosexuel.les. Les tris sont simplement intolérables… Au nom de rien, juste la vie.

En fin d’article, regardez Michel Petrucciani s’éclater sur son piano, cet homme inutile nous offre la beauté du monde.

Eugène Z n’est pas seul…

Il propose une exclusion de plus, mais dans cette bataille élective, c’est un concours des exclusions : quartiers sales, anti vax, migrant.es, chômeur.ses, vieux.eilles, handicapé.es, femmes…

Qui nous parle d’être citoyen du monde ?

Avatar photo

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.