Les hommes et les femmes SDF et sans-abris mènent-ils le même combat ?

Femmes SDF
Femmes SDF

Si vous ne voulez pas lire car trop long, allez signer au moins la pétition en bas d’article !

NDLR

Première Partie par Lionel Belarbi (Fondateur du journal abrasif)

Une femme SDF s’est faite violée derrière mes yeux

Je suis sans domicile fixe depuis 2011 o j’ai perdu mon logement qui était en fait un Squat. Je n’ai jamais connu la rue, du moins pour un long séjour. Alors on me dit que je parle pour ne rien dire car je ne suis pas un homme de terrain. Désolé, je n’ai pas mon certificat de rue, j’ai cependant un diplôme d’extrême précarité. Pain sec et eau du robinet, j’ai dégusté ce repas de prince (quand on a faim) plusieurs années en alternance. En effet, je n’avais pas le courage de faire la mendicité, la manche. Trop fier étais-je ? Surement… Trop…

Les présentations faites, je vais donner mon point de vue pour les femmes SDF. Je m’y connais très bien, car j’ai eu 4 femmes, (non pas en même temps connard), qui ont vécu de très long séjour à la rue. Sans défense, elles ne dormaient pas la nuit de peur de se faire violer.

Ce sont toujours les mêmes anecdotes qui reviennent à table. C’est un peu comme Juliette ou les malheurs de la vertu du Marquis de Sade, leurs histoires. Viol, vol, violence, la règle des 3V. Si tu es une femme à la rue, que tu as faim et que tu veux un toit, il faut alors accepter de se faire baiser. Ce ne sont pas mes mots, ni mes maux, ce sont ceux d’une de mes ex-petite amie qui a une sacrée expérience de la rue.

J’ai oublié mon point de vu. En fait, on me dit souvent que j’en fais trop pour les Femmes SDF ou sans-abris et qu’il y a les hommes aussi. Alors de une, on en fait jamais assez pour les femmes, pire, on les oublie. Je pense que mon argument pour détruire l’adversaire lors d’un débat à la Schopenhauer est assez coupant, cassant, voire destructeur et grinçant.

La date – le 3 / 9 / 19 – a été choisie pour rappeler le numéro de téléphone dédié aux femmes victimes de violences, le 3919.

Ce service national, baptisé Violences Femmes Info, a été créé en 2009, et a traité 53 255 appels en 2018. 98 % des appels reçus concernent une victime femme, et dans 98 % des cas l’auteur de la situation est un homme.

Je ne connais pas les hommes SDF, j’ai qu’un ami sur internet, donc je ne peux pas me prononcer à ce sujet, j’y connais rien. Par contre les femmes SDF, je maîtrise. J’ai des histoires à faire tomber la France, du moins son gouvernement. Parce que chez eux, c’est pas très net non plus, les violences faites aux femmes y sont présentes. Parole de femmes violées… En fait, les femmes SDF, c’est tout un réseau d’histoires courtes ou trop longues qui s’entremêlent, et quand elle tombe sur un homme, un vrai, gentil et doux, c’est confidence pour confidence.

Sauf que parfois, ça va trop loin, voici une histoire. Mon ex-femme, qui a connu également la rue et les hospitalisations d’offices en hôpital psychiatrique, a été victime d’un viol dans le 95 à Persan-Beaumont. Un coin chaud où il ne fait pas bon se balader seule la nuit quand on est une femme.

Je précise, j’insiste sur les femmes, car il n’y a jamais eu d’hommes victimes de viol recensés par les gendarmes dans ce quartier d’enculés où les poulets de flics foutent la paix aux dealers de salopes qui ont perdu leur unique couille dans un potage du Kebab du coin… écœuré ! Sans compter les clochards drogués et violents avec leur canette de bière maximator à 3€ 10 fois par jour.

Ma femme est sorti la nuit vers 23h00 pour aller acheter des cigarettes chez l’arabe du coin sans mon consentement, je lui ai interdit de sortir seule la nuit pour la protéger, peut-être un peu trop ou peut-être pas assez. J’ai les larmes qui coulent putain de merde, pourquoi je ne l’ai pas accompagné. Si j’avais su qu’elle se ferait violer, je l’aurai attaché sur le lit gentiment. Le violeur l’a tabassé et l’a forcé à le sucer.

Elle est revenue paniquée, sans vouloir porter plainte chez les enculés de gendarmes qui l’avaient catalogué de schizophrène, car connu de l’hôpital psychiatrique de Beaumont. Le pire ? C’est qu’elle le connaissait très bien, que c’était même un ami à moi. Mais en voyant mes yeux injectés de sang avec mon couteau japonais de 20 cm de long, elle a refusé de me donner son nom pour m’éviter la prison ferme. Elle m’a sauver la vie. Aujourd’hui encore, 5 ans plus tard, je ne sais toujours pas qui est ce monstre.

Alors oui, je suis féministe jusqu’au sang, parfois extrême avec les hommes. Pour moi, il y a une minorité d’homme visible en bonne santé mentale et équilibré, le reste, ce n’est que machistes, sexistes, violences, des déchets quoi.

Je pense que je vais perdre beaucoup d’amis, de potes, de followers, d’abonnés sur mon journal abrasif… Et bien je m’en fous. Je suis conçu pour dire ce que je pense avec les circonstances que cela provoque.

Dieu est une Femme.

Sinon, un peu plus léger, je suis bien sûr pour la gratuité des protections hygiéniques pour les femmes, mais pas pour les hommes, non, il ne faut pas déconner non plus.

Femmes SDF
Femmes SDF

Deuxième Partie par Aurélie Baylaud (Porte-Parole du journal abrasif)

Femmes SDF en danger de mort

Une femme seule et isolée est contrainte de dormir dehors ou de se prostituer. Mais le pire c’est quand une bande d’alcooliques veulent l’haranguer pour être un protecteur. La solitude de l’ennui peuvent les pousser au suicide.

Les bandes organisées de SDF peuvent être très violentes : des bagarres sont fréquentes et parfois même se terminent à coups de couteaux. On est très loin de l’émancipation de la Femme. Leurs appels aux secours nous bouleversent, il faut sauver ces femmes qui sont à la bannière de la société.

Beaucoup d’entres elles si elles ont des enfants se réfugient dans l’alcool et la drogue. Elles doivent faire encore plus attention à leurs rencontres. La plupart d’entres elles sont d’une grande empathie et communient avec la légèreté de l’être.

Elles sont confrontées à toutes sortes d’hypocrisies :

1) La guerre contre l’état qui les rend esclaves de la rue.

2) Le proletariat leur permettrait une survie dans la société.

3) Les échanges avec les gens permettent de prodiguer du réconfort contre l’exclusion en général.

L’exigence est de provoquer chez les gens, de voir les pauvres objectivement, la lutte des classes est terminée. C’est pourquoi nous demandons au président de la république Emmanuel Macron de verser des fonds de solidarités supplémentaires en s’organisant pour faire des pétitions.

Les femmes moins fortes que les hommes à la rue rendent la critique conditionnelle du gouvernement qui ont toutes les clés en main, un substantiel regard de maquereau à propos de leurs déconvenues.

Une chanson dit « à coup de livre je franchirai les murs », mais une bibliothèque vivante pour la rue est bien peu de chose. Comment dire à celui ou à celle qui est dans la détresse financière que le monde peut les reclure à l’exclusion ? Il n’y a pas deux solutions, c’est la mort ou sortir de la drogue, l’alcool et de la rue, mais encore une fois à quel prix?

Femmes SDF
Femme SDF

Troisième Partie par Lionel Belarbi et Aurélie Baylaud :

Les Femmes SDF, premières oubliées de France ?

La peur abyssale qui étreint les cœurs éteints et se révèlent à la vie dans la rue, nous rappelle à la psychanalyse des portions de trottoir. En effet les femmes à la rue se dévitalisent, les pensées deviennent moroses, les peurs dans le cœur et la violence de ceux qui ferment leur porte-monnaies et leur cœur. Alors se retrouver seule face aux portes de l’abnégation dans la rue est un précipice à vaincre. Il faut ensevelir les violences faites aux femmes, qui sont rédhibitoires. Il reste la manche pour toute respiration dans cet univers particulier. Les autres se bagarrent autour d’elles pour rester en vie pour survivre. Battons nous pour réaliser leurs rêves.

Aurélie B. du journal abrasif

Parmi les oubliés de France (Femmes SDF, Hommes SDF, personnes en difficulté mentale, et physique, Handicap, PolyHandicap, personnes en situation de précarité, et j’en passe beaucoup trop) ; Personne ne sera oublié sur mon blog, chaque semaine je relaierai l’information des gens comme moi, en difficulté et qu’importe le thème.

Aujourd’hui je me tourne vers les femmes SDF.

J’aurais préféré que ce soit mon ex petite amie qui a connu la rue qui écrive ce texte, ou ma mère (Paix à son âme). Avec cette article, je veux faire un maximum de bruit pour ces femmes de la rue sans domicile fixe et abris. Alors toi, qui est une femme enfermée dehors, je t’invite sur mon blog qui ne fait pas dans la dentelle à t’exprimer et même raconter les horreurs vécues.

Je diffuserai ton texte sur les réseaux sociaux et je m’acharnerai pour que le sujet soit relaye en masse afin que cela devienne un thème bruyant que mêmes les sourdingues volontaires entendront. En effet, je suis webmaster et référenceur, je connais les moyens de faire connaitre une page internet sur le WEB. Bien que j’ai arrêté d’exercer, pour vous mesdames, je vais reprendre la barre et faire en sorte que votre article soit dans les premières positions des moteurs de recherches tels que Google. Pourquoi ? Les médias internet sont aussi important que les médias télévisés ou la presse écrite et autres.

On doit multiplier les témoignages sur internet car beaucoup trop de Français ignorent ce très grave problème. Il y a urgence.

Le combat se fait partout sur le terrain, à la télévision, sur les journaux, sur internet.

Vous souhaitez écrire un texte qui représente les Femmes SDF, d’une à quelques pages. Choisissez des thèmes qui vont alerter les Français, n’ayez pas peur des maux, ici il n’y aura pas de censure sur mon blog. Pour m’envoyer votre texte merci de me contacter sur mon adresse mail : contact@lejournalabrasif.fr

Vous souhaitez aider avec vos petits moyens qui peuvent être énormes, alors signez et relayez cette pétition en urgence :

Le quotidien d’une femme SDF consiste à fuir les multiples agressions dont elle est victime. Ceci n’est pas une vie.
Chaque nuit elle risque de nouvelles agressions physiques et sexuelles.

Sarah Frikh
Femmes SDF

Monsieur le Président, vous avez fait de la cause des femmes une priorité de votre quinquennat. Les femmes SDF sont doublement vulnérables pour être femme et SDF. Nous vous demandons de mettre en place dès 2018 des centres d’accueil dédiés pour leur offrir sécurité, dignité et leur apporter l’accompagnement spécifique nécessaire pour affronter leur trauma.


Cliquez ici pour signer : change.org/femmessdf <– Merci

Cet article attend un correcteur, si vous voyez des fautes merci de les signaler à contact@lejournalabrasif.fr

Total Page Visits: 1960 - Today Page Visits: 14
Avatar

Lionel Belarbi

Sur ce blog je traite et analyse des sujets d’actualités qui me font frémir de délire, sans avoir un avis journalistiques ou autres, j’exerce en toute impunité. Écrivain bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique. Merci de me signaler les photes d'orthographes, elles sont nombreuses et je m'en excuses par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *