Le gaie savoir ou l’évolution technique humaine, par John & Roy

gaie savoir
Le gaie savoir

Chapitre I du gaie savoir

(Début offusquent). Impossible de violer cette femme pleine de vice, qui sort, tranquille, du commissariat. Non, mais regardez ça ! La base de cette société, c’est la prostitution généralisée. Beaucoup de gens sont aussi révoltés que moi. La trappe. J’attends dans une quinzaine d’années un putsch militaire. On verra. Ce que je dis est neutre, sans aucune intention. Nous avons gagné la seconde guerre ! Mon cul ! Prolétaires de tous les pays, unissez-vous, car nous n’avons pas été prévu au programme (Monnaie de singe, là aucun doute).

Blaise Pascal a dit ceci : « Que tout les malheurs des hommes vient de ce qu’ils ne savent pas rester chez eux. » Donc – monnaie de singe – je vous plains. Réfléchissez un peu… Il n’y a plus que l’armée qui compte, vous savez très bien pourquoi.

Je dis la vérité ! Vous ne comptez plus que pour vos pièces. Ah ! ah ! Filou, va ! Je vous l’ai dit : j’en ai marre de vous. Le monopoly et le pâté en croûte. NOUS N’AVONS PLUS RAISON ! Vous allez au café, vous demandez une prune. Tac, vingt ans ! Quo vadis ! Ah ! Le Christ à dit « Celui qui n’est pas pour moi est contre moi ». Nous sommes trois. (Elle me tirait des noyaux de prunes dans les yeux.)

J’explique simplement : ma surdétermination au travail… C’est l’intégrale de Bruckner. A présent, peu de gens savent qu’en 1968 le journal libération est apparut…. En ayant opté pour l’autogestion. (Ça n’a pas duré longtemps.) Un mot du docteur Oury : »La surdétermination » au travail. Dans ce cas, on peut enfin parler de bloc-notes. La poésie est éternelle.

Chapitre II du gaie savoir

Trois mois pour monter un gratte ciel, voilà ce que disent les chinois; je l’ai lu dans « L’express ». Il se passe de drôles de choses là-bas… Au bas mot ! Trois autoroutes par mois. Vous, vous dites « oui » puis « Amen ». J’voudrai bien savoir ! Faut-il connaitre Emmanuel Kant pour cela ? Plus l’alphabet chinois ? Oui. Oui oui oui ! Pensons à l’Afrique à présent. Nous allons être évincés pour le parking Africain. Je suis très sérieux. C’est bien fait ! On est cuit à cause de vous, là. On est cuit à cause de la Sécu, etc… Ça va pas faire quinze années, « à moins d’un conflit loupé ».

Moi, je dis cela car je suis inquiet. Pas de travail, pas d’argent. Une crotte par repas. En plus – ce que je n’arrête pas de dire – nous n’avons plus raison. C’est le fait de dire quelque chose de vrai ! C’est tout. Vous ne savez pas… (Les toilettes deuxième porte à gauche.) Le bruissement des wagons, ça rend fou au bout de trois heures, mon vieux. NOUS N’AVONS PLUS RAISON.

« Le désert des tartares » de Dino Buzatti, ou bien Malaparte : « Kaputt ». Je m’étais arrêté en cours. Des « grumeaux » de pages blanches, c’est tout. C’est l’Image. La photocopieuse en trois dimensions. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le nerf de la guerre. Comprenne qui pourra ou qui voudra comprendre. Filou, va ! C’est la solution.

Total Page Visits: 1477 - Today Page Visits: 43
John & Roy

John & Roy

Ancien ouvrier, pensionnaire à la clinique psychiatrique de la borde (malheureusement) depuis 19 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *