Développement durable : « Le développement n’a rien de durable, économisez votre cerveau pour autre chose ! »

Développement durable Greenwashing
Développement durable Greenwashing

Modèle Amish ou pot de peinture verte ?

Le développement durable

Chers lecteurs et amis du Journal Abrasif, me voici décidément diablement productif, quasiment keynésien (ahah), imaginez donc, deux textes trollesques pondus la même nuit ! Ah, mais quand l’inspiration vous prend aux tripes, elle ne vous lâche pas, elle vous tient, « et si elle te tient la main à la Saint-Valentin, vivement la Sainte-Marguerite ! » Sans parler de « Sainte-Thérèse, qui rit … dans la Corrèze ! »

Je vais donc me faire un plaisir de dégoiser, assez longuement comme à mon habitude, sur un sujet qui me hérisse le pelage à chaque fois qu’il revient dans l’actualité, sur les réseaux « sociaux », ou partout ailleurs, c’est à dire … Partout, sauf chez les Amish. Très habile comme pirouette, donc voici venu le temps, non pas ‘des rires et des chants’, mais de démonter et déglinguer bien joyeusement le « développement durable ».

Depuis des années (je crois que c’est apparu en 2006 …), on peut voir, en bandeau sous les pubs concernant les entreprises et services de fourniture d’énergie (pétrole, gaz, électricité, panneaux solaires, éoliennes, « primes à l’isolation », …), la mention suivante, je cite, « L’énergie est notre avenir, économisons-la ». Euh … Je m’abstiendrais de tout parallèle avec nos voisins Danois, Norvégiens, Suédois ou Finlandais pour cette fois, sinon pour dire que, contrairement à eux, nous avons bel et bien en France notre bon quota d’abrutis confirmés qui font tout pour justement, ne pas économiser l’énergie.

Et ça, on le constate sans trop d’efforts : il suffit de voir la véritable passion qu’ont les propriétaires de certains genres de voitures à bien laisser tourner leur moteur pendant 20 minutes avant de l’arrêter une fois garés, ou de partir pour de bon sur la route. Vous aurez compris, chers lecteurs et amis, que je ne parle pas dans ces lignes des heureux possesseurs de Ford Transit camping-car modèle 1986, de VW Coccinelle (les originales !), de Citroën 2CV, de Renault 4L, de Peugeot 505, de Land Rover Series II ou encore de Volvo 244 break modèle 1984. 

Non, car quand on roule avec cette génération de véhicules au quotidien, on consomme suffisamment de carburant pour savoir quand il est nécessaire de couper le contact ! Ayant été propriétaire d’un Bedford CF230 de 1978 … j’ai connu ça bien comme il faut. A 14 litres aux 100 km, pour ce genre d’engins … Bon.


Mais, la catégorie des ‘autodébilistes’ que je veux pourfendre ici a plutôt le cul bien vissé dans la « norme » (encore elle …), c’est à dire les « propriétaires » (… et les crédits ?) de gros monospaces « familiaux », de SUV « grimpe-trottoirs », de « ludospaces » en mode « parce que la famille s’agrandit », flambants neufs ou presque tous les 3 à 5 ans. Il est vrai que le carburant est réellement peu cher à la pompe ces temps-ci, me dis-je avec cynisme … Mais attendez, ce n’étaient pas les mêmes qui, pendant deux ans, ont mis un gilet jaune sur leur pare-brise, ou bien de part et d’autre de la bouillie qui leur sert de cerveau et/ou de réceptacle à merguez et à mauvaise bière ? Ah, Dieu me tripote … merci mon Dieu !

Les mopettes criardes et trafiquées, ainsi que les « crevettes » au guidon, qui se la jouent « pilotes » pour s’éclater en discothèque avant de s’éclater … tout court, vous savez depuis mes débuts de rédacteur sur LJA ce que j’en pense. Donc, on ne peut pas dire que la France, sa population et ses gouvernants, soient un tant soit peu conscients de devoir consentir à des aménagements concrets, et de se préparer à l’inévitable réalité, à savoir celle qui définit que le mode de vie actuel basé sur le pétrole abondant et relativement « bon marché », connaisse une fin à court ou moyen terme. Ça fait beaucoup de conditionnel, dites-moi ! Oui, je vous l’accorde. 

Mais le « développement durable », c’est quoi au juste ? Eh bien, ni plus ni moins l’idée absurde que la croissance économique infinie est bel et bien vraie, par l’idée de l’incitation à la modération aux accents ouvertement infantiles, assortie à la « condition du paiement vert » (j’y reviendrais ci-dessous), dans un monde aux ressources fossiles limitées. Voir « Pic de Hubbert », du nom d’un chercheur Américain qui avait défini un pic de la production maximale de pétrole exploitable, et la courbe descendante qui suivait, allant irrémédiablement aux dernières gouttes.

Et c’est là que ça devient intéressant : le « développement durable » permet non pas la prolifération des lapins de garenne (‘développement du râble’ … bon, je sors), mais bel et bien les actions absurdes, comme « replanter dix arbres à chaque grand prix de Formule 1 » (!), ou encore une « taxe carbone » pour les véhicules neufs les plus polluants (… et ne plus les commercialiser du tout, ça vous est passé par la pensée ?), ou bien un « timbre vert » pour la Poste (… je vous rappelle que 80% du courrier en France est transporté par camion, le reste par avion, et que le TGV Postal a été mis au rebut), voire des « zones à faible émission » avec vignettes de différentes couleurs (ce qui fait que, si on en a les moyens, on peut toujours se pavaner en Bentley ou en Ferrari au pied de l’Arc de Triomphe, mais plus du tout en Simca 1000 ou en Renault Estafette !) … 

En ce qui concerne le logement, donc des maisons ou des appartements, c’est encore un autre bouzin. Pour les indéfinissables « pavillons bien comme il faut » comme pour les immeubles de l’habitat urbain (ça va, lâchez donc Urbain, il a vraiment mal à l’entrejambe …), c’est une surenchère de pubs vantant les « dernières techniques d’isolation de combles », les « rénovations à 1 € avec les aides du gouvernement » (… et mon cul, c’est de l’Elfe ? Non, c’est du Troll !), les superbes « fenêtres et baies vitrées double vitrage nouvelle génération », les tout nouveaux « poêles à granulé » qui coûtent un bras et une jambe parce que les chaudières au fioul neuves vont être bannies dans deux ans … 

C’est, à mes yeux qui en ont tant vu qu’ils en sont devenus sombres, ni plus ni moins qu’un véritable bourdonnement propagandiste d’incitations à « mieux s’isoler » (donc à payer plus pour payer moins ?), et bizarrement, ça ne semble choquer personne (à part nous et les objecteurs de croissance), ça ne heurte surtout pas celles et ceux qui, dans le même « esprit » que celui qui les « tient en laisse par la norme », maudissent et souhaitent la rue à tous les habitants de yourtes, de chalets, de mobilhomes, de tipis, de caravanes, de camions aménagés … par l’absurdité qui dicte que les habitats légers et alternatifs « dérangent » ! Attendez, les possesseurs d’habitats légers, mobiles et alternatifs ne font pas la queue pour prendre des crédits … c’est peut-être ça qui « dérange » le plus. Non ?

Juste une réflexion personnelle, tant que nous ne sommes pas encore en dictature … pardon, pendant qu’on peut encore réfléchir et s’exprimer : à quoi ça sert de faire payer des taxes supplémentaires aux automobilistes, dont les pires spécimens gaspillent le carburant en même temps qu’ils râlent sur les prix à la pompe, si c’est pour déferrer et foutre sous de l’herbe 7000 kilomètres de lignes ferroviaires parfaitement réhabilitables (pour les voyageurs comme pour le fret) ? 

A quoi ça sert de houspiller les possesseurs de voitures anciennes (de collection ou non), qu’ils conduisent tous les jours par choix et par passion, ou à défaut de pouvoir (ou de vouloir !) se plomber de crédits pour « acheter du neuf » ? Pour « vivre avec son temps » ? J’aimerais bien « vivre avec mon temps », mais j’ai peur de ne pas être assez con !

A quoi ça sert de mentir éhontément, pour ce qui concerne la « rénovation énergétique » des bâtiments, la pose de chaudières « nouvelle génération », les « normes énergétiques du bâtiment », si c’est pour devoir traiter avec des équipes d’ouvriers incompétents et négligents, bâclant leur boulot, employés par une entreprise qui disparaît « corps et biens » après avoir encaissé le « magot vert » … tout en continuant à pourrir allègrement les habitants et défenseurs des habitats légers et alternatifs, avec option « on vous envoie l’hélico de la gendarmerie ou les drones pour vous surveiller » ?

A quoi ça sert de vouloir « verdir » tous les aspects de notre mode de vie actuel, y compris pour les produits alimentaires, quand on se rend compte par exemple que des pots de café instantané en grains vendus par la grande distribution sont emballés et expédiés … depuis la Pologne, par la route ? 

A quoi ça sert de barber les gens avec le « développement durable », alors que la Chine et d’autres pays dits « émergents » produisent toujours 80% des vêtements, matériels électriques et électroniques, produits et composants informatiques (smartphones inclus), jeux et jouets, meubles, objets de décoration, et que les rares « initiatives Françaises » en la matière, sont totalement hors de prix ? Une paire de chaussettes à 50 €, ou un pull à 320 €, je suis désolé, c’est NON ! Même s’il y a « bleu blanc rouge » dessus.

Et que dire des « rengaines à messages » du même tonneau, alors même que l’on continue, sans que personne ne s’en insurge, à importer des haricots verts du Kenya ? Pourquoi ne pas les cultiver à Arpajon ou à Langres, bordel ?

A quoi, alors, sert le « développement durable » au vu des faits réels et des comportements définis plus haut ? A RIEN DU TOUT ! Sinon à générer des « taxes écologiques » dont on ne peut ni constater, ni contester l’utilité prétendue, parce que, avant de paraître « écolo », ça fait surtout les gros gros biffetons, avec lesquels ces enfoirés du patronat, du CAC40, des médias de masse et tous ces rapiats de milliardaires qui ont donné des millions pour une cathédrale victime d’un coup de chaleur (mais rien pour les gens à la rue …), peuvent bien se torcher le cul sans choper de furoncles. Même l’armée pourrait faire du « développement durable », au point où on en est, ça choquerait qui ?

Car ce sont, il faut le dire, des biffetons « écolo ». Et c’est là même tout ce qui sert de leitmotiv au néo-libéralisme, dans ce qu’il a de plus détestable : son hypocrisie de première classe. Ayez ? C’est ça, ce que j’ai nommé la « condition du paiement vert » ! ‘Eh dis donc, machin, paye donc, et voilà, tu seras écolo !’

« En voilà une idée qu’elle est à la con », comme pourrait si bien dire Coluche !

Ma solution, mes idées, face à ce qui nous apparaît comme du gâchis monstrueux ? Chers lecteurs et amis, je vous encourage à faire « le Kamasutra de l’Ensauvagement dans le modèle Amish » ! Oui, oh OUI, Dieu me turlute (merci mon Dieu) !

Vivez simplement, dans la rusticité, apprenez à bricoler, à réparer, à cultiver, à récolter, à récupérer, et si vous le pouvez, ne foutez plus ni les pieds ni les roues dans les « zones contrôlées par la norme » … Élevez des bestioles (des poules, des biquettes, des lapins … là est le vrai ‘développement du râble !’), faites votre vie simplement, et en-dehors des sentiers battus. Nul besoin de SUV pour ça, un Citroën C15 passe partout !

Vous verrez très vite, et sans rencontrer une grande opposition, que tous les arguments pour vous bidonner grassement et sans limite des inepties (définies par décrets ministériels comme ‘socialement acceptables’) du « greenwashing », du « développement durable », les prétendues garanties d’un « avenir » aux seuls bénéfices des néo-libéraux à tendance réactionnaire et/ou autoritaire, vos arguments de fendage de gueule, eux, continueront à connaître la croissance. 

La croissance des vannes, des blagues, des discours ‘troll’ (libres de droits !), pour brocarder les blaireaux et fustiger les « idiots inutiles » de la vraie-fausse écologie, cette croissance-là, elle a de l’avenir, c’est moi qui vous le dis !

Ménagez vos cerveaux pour autre chose, chers lecteurs et amis. Pour vos loisirs simples et décalés, pour votre bien-être psychologique et psychique (inutile de basculer dans l’éco-anxiété … je sais que ça peut être dur), pour faire des trucs qui vous plaisent réellement. Pour créer, pour imaginer, pour rêver, pour écrire, pour lire … y compris les pamphlets nyctalopes de votre Troll préféré, si vous aimez ça !

Et surtout, pour vivre vraiment, le plus loin possible de ces pubs, véritables pourvoyeurs de conneries toujours calquées sur le même modèle de « famille parfaite » avec des enfants blonds aux yeux bleus du style « clip de pub Sunny Delight », dans des pavillons ou des baraques au style « pré-apocalypse », le paquet complet, 5 écrans plats, la « machine à pain », le « robot multicuiseur », les smartphones aux prix délirants dans tous les coins, la prise spéciale (… en location) pour recharger la voiture électrique « du futur », alors qu’on vous conseille toujours avec la même voix faussement « bienveillante » ‘d’économiser l’énergie car c’est notre avenir …’ et naturellement, le tout va avec les crédits dans le cul, comme les marrons dans la dinde ! 

(Oui, je sais, la comparaison ci-dessus est carrément ordurière, aussi je prie le syndicat des châtaignes de l’Ardèche, ainsi que le fan-club de Nabilla, de bien vouloir m’en excuser platement !)

Donc, le « développement durable » est coupable, et encourt donc la réclusion en recyclage statique dans une fosse à vidanges de toilettes sèches pour l’éternité, mais son avocat vous en convaincra mieux que moi.

– Krähvenn « Sombrelance » Vërkhörr.

Total Page Visits: 1052 - Today Page Visits: 1

Krähvenn « Sombrelance » Vërkhörr.

"Un Troll du Chaos en immersion dans le monde des hommes. Ses sentiments bruts, ses rêves, ses idéaux, il les assume, et quand il montre les crocs, ça n'est jamais bon signe. Ne plaisantez pas à son sujet au pied des mégalithes ... il pourrait vous faire un coup de troll-falgar." ("coup de Trafalgar" façon troll) Mon blog : =>http://dernier-bastion.eklablog.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *