[Franc-Tireur] Le candidat mystère ?

Le candidat mystère ?
Le candidat mystère ?

Le candidat mystère ?

C’est une stratégie mal connue, l’intrus, le faux celui qui par sa présence permet à un pouvoir de prendre le contrôle. Visite de la stratégie du Mystère :

Le client Mystère.

Celui-ci est plus connu, vous pouvez même vous faire recruter. Il s’agit de réaliser en tant que client une opération commerciale, de passer aux caisses d’un supermarché avec un produit mal étiqueté par exemple, d’aller au rayon bricolage pour choisir l’article spécifique à votre salle de bain, ou encore de réclamer, car votre steak tartare est froid.

Le but est de contrôler la qualité d’un service, l’honnêteté, l’accueil, la rigueur… C’est un outil de contrôle patronal. Le salarié doit donc se méfier en permanence, l’employeur a le droit d’être vicieux, c’est le jeu « ma pauvre Lucette ».

Les clients mystères ne sont pas nécessairement professionnels, ils sont juste « ordinaires » et « chiants. »

Nouveau ; le patient Mystère

« De faux patients pour tester les agents : scandale à l’hôpital

La direction de l’hôpital de Brive a embauché deux acteurs pour évaluer le personnel, rapporte « La Montagne ». Une initiative mal perçue en pleine épidémie.

Par lepoint.fr »

Les faits se sont donc passés à Brive, la direction de l’hôpital a donc payé deux comédiens pour vérifier la qualité de l’accueil. Un comédien, un peu trop zélé, a mis le service psychiatrie en champ de bataille, et a nécessité l’appel des forces de l’ordre. Il a par conséquent dévoilé son rôle et sa mission.

La direction confirme, les syndicats sont outragés.

Deux réflexions :

• On le sait, on l’a vu au paragraphe précédent, le contrôle patronal est sans états d’âme. Le patron s’accorde la duplicité comme outil. Maintenant, le service public entre dans le jeu. À quand le faux « cas social », le faux enfant à placer », le faux mort du Covid ». On a déjà connu le faux flic, le faux éducateur pour des raisons journalistiques, et les résultats ont été parfois utiles à tous. Dans cette situation, il ne s’agit pas de défendre le citoyen, mais d’exercer une fonction employeur : le contrôle ; non seulement ce n’est sans doute pas une période facile, mais je déplore que la fonction publique est officiellement pilotée par des personnes malsaines.

• Dans cette aventure, il s’agit de deux comédiens qui ont utilisé la technique du théâtre de l’invisible. À l’origine ce théâtre était utilisé à des fins révolutionnaires. Le principe était de jouer sans se déclarer comédien une scène pour faire réagir le peuple : une arrestation, une dénonciation… L’effet escompté était de préparer les personnes à sortir de leur torpeur. Cette technique a été importée chez nous, et utilisée par exemple pour dénoncer les agressions sexuelles : main aux fesses, racolage de gamines… Un aspect qui me gêne, c’est que dans ce que je partage de la déontologie du comédien, je sais que cet art est potentiellement dangereux et je l’utilise avec un sens éthique. J’ai été piégé une fois par une de mes équipes, et je ressens encore le mal-être généré. Dans un stage, lors d’un temps collectif, une fille se plaint de visites nocturnes, puis une deuxième… Et un garçon avoue. Dans ma peau de directeur, je sais que je dois gérer, mais franchement, je ne suis pas à l’aise. Je commence mon travail… Et soudain un panneau « théâtre de l’invisible ». Avant de rire, j’ai maudit toute mon équipe. Le théâtre de l’invisible sert aussi pour les exercices de prises d’otages. Les forces de sécurité tombent sur une folle, un terroriste planqué… Ici, le théâtre de l’invisible ne servait aucune libération, au contraire !

L’utilisation du client mystère et du patient mystère servent au contrôle, servent à renforcer le pouvoir en place, mais on a fait mieux : le candidat mystère.

Le candidat mystère.

Vous allez penser, pourquoi mystère, tout le monde connait son nom ?

Dans les exemples précédents, le mystérieux personnage sert à révéler les réactions, les travers, les dysfonctionnements. Pour Monsieur Z, le système est identique. On crée un candidat, pas candidat, puis candidat qui prêche contre les étrangers en étant étranger, défend Pétain en étant gaulliste, veut rallier les femmes en ayant les propos les plus machistes… Etc.

Normalement, ce candidat n’est pas crédible, mais il permet de libérer les réactions les plus primaires : un jeune partisan disait « j’avais honte de mes idées, maintenant, j’ose les exprimer », un plus âgé rêvait de remettre en « ordre le pays », puis une dame disait « non à l’intégration, oui à l’assimilation. » (principe d’effacer tout particularisme)

Le candidat Mystère permet de révéler les horreurs qui se trament…

Pour l’électeur défenseur de la démocratie, pour celui qui défend une France humaniste, c’est très clair. Ce sera ou l’homme en gris avec ses moisissures, ou Macron avec sa protection républicaine. L’équation est simple…

Le candidat Mystère aura rempli sa fonction, il dénoncera les dérives, et permettra au patron d’asseoir son pouvoir.

C’est à vomir…

La haine de l’extrême droite, les stratégies politiques, le jeu des médias… La politique…

Moi, non plus, je ne voterai pas.

Avatar photo

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.