La rubrique des chroniques qui piquent XXII

J’ai fait un rêve, par Lionel B.
J’ai fait un rêve, par Lionel B.

La rubrique des chroniques qui piquent XXII

J’ai fait un rêve, par Lionel B.

Plus elles ascensionnent et plus elles défoncent vos plafonds en béton pour s’élever vers des cieux encore jamais explorés. Se mettre à genoux n’est pas leur bataille, tendre ne serait-ce qu’une seule joue n’est pas leur philosophie de combat, elles attaquent et n’essuieront aucun de vos coups. Vous cognez d’abord et parlez ensuite, alors elles vont inverser la donne et vous enfoncer six pieds sous terre, il n’y aura ainsi pas besoin de discutailler.

Vous n’êtes plus les Rois de ce monde, les fous vous ont bouffé avec les Dames et leurs chevaliers. Tergiversez autant que vous le souhaitez, elles ne perdront pas leur temps en balivernes et elles vous ridiculiseront sur la place de la république.

Les hommes sont pourris, je n’aime que mes amis et les princesses sur cette terre envahie par un cancer généralisé. Je suis cependant optimiste, seule Gaïa l’emportera sur cette tare humaine qu’est l’humain. La victoire sera féminine, elles apporteront santé, honneur et bonheur dans un monde de brute qui disparaitra.

Je me réveille avec sursaut et sueur, tout ceci n’était qu’un rêve irréalisable sans que je me donne de la peine à l’ouvrage. Écrire un livre sur les guerrières de cette planète et le transmettre à la vierge Marie, car Dieu est mort.

Total Page Visits: 401 - Today Page Visits: 2

Lionel Belarbi

Tout d’abord, bienvenue à bord de mon bâtiment de guerre, la rubrique des chroniques qui piquent. La température y est tellement haute que je ne peux l’évaluer. Vous êtes invités à me signaler tous délires disproportionnés, même si j’en ferai encore plus face à la critique, car elle m’excite. Je traite et analyse des sujets et thèmes qui me font frémir de délire, j’exerce en toute impunité. Auteur bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique, je me prends toujours au sérieux, ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.