La renaissance de l’industrie : Dans les filets

La renaissance de l'industrie
La renaissance de l’industrie

La renaissance de l’industrie

La renaissance aurait fini par connaître une stupeur, sans l’industrie : LE DRAGON ! Vous savez de quoi je parle ! A la place… L’industrie et la destruction massive. Pauvres cons ! Il n’est cependant nullement dit qu’on fasse l’expérience de la débauche généralisée. Non. LE DRAGON ! (Construire…) La Franc-maçonnerie. Ta gueule ! L’avenir est aux sectes et aux pillulues… En attendant le Dragon.

Vous êtes fous, et ce n’est pas votre faute ! Le Dragon existe pour soulever des pierres de plusieurs tonnes ; nous avons tous et toutes une amnésie à ces sujets-là, car, eh ! il faut aussi construire le temps et les époques… ! (« Kramer contre Kramer » ; « C’est Mozart qu’on assassine ».) LE DRAGON ! La guerre n’est pas une foutaise, messieurs-dames. Le dernier mot est pour la zone deux… Et en dernier lieu : DONS AUCUNE GUERRE N’EST POSSIBLE, ECRAN TOTAL !

J’étudie le dragon attentivement sur des sketchs pornographiques ; ouf, deux heures pour reprendre mon sang froid. Des bigoudis ! C’est fort ça, j’expose le serment psychiatrique : la lycanthropie. Ah ! (pour moi.) Le prétexte. Pauvres cons ! Vous avez réveillé le Dragon, bon ; moi j’étudie les fables de La Fontaine. Si on vous dit : -« Une partie de jambes en l’air ? » DITES DRAGON, et, priez-les, franc-maçon ! Kramer contre Kramer… LE DRAGON ! Bonne chance, les enculés de la gueule ! ça brule dans les testicules.

Pour moi, c’est une mise en bière sans adios ! Mais le dragon… Vous voyez ? Comprenez bien que sans médicament, une bretelle est toujours aspirante : autos, pantalon, etc. ! Adios ! Nous ne sommes pas d’accord. « O saison, O château ». Prenez, vous aussi vos médicaments. C’EST INEXCUSABLE ! « Si c’est un homme ». Remember… Eh, eh ! Holà ! Holà ! (enfin, où je voulais en venir), eh ! LE GRAAL est là ; quand c’est dans l’estomac, le mâle sent encore le plaisir des gouttes d’or, (vos médicaments) … Symboliquement (bien sûr). (Et là) Faites attention au Dragon et à la FRANC-MAÇONNERIE. À la zone deux ! 

Nous voulons du travail, c’est clair ? (Je réanime les fluides, les trouillards). Maman, le travail ennoblie l’homme. Nos verges ne se ressemblent pas, mais DIEU a fait les femmes. La Franc-maçonnerie, la lycanthropie, calcule la « grande bagarre », (et je cligne de l’œil, tellement c’est gros !).

CELLE QUI EST MATURE JOUERA

AU DEMON, ET CELUI QUI N’EST PAS            

MÂTURE NE POURRA PAS JOUER AU               

DEMON. LA, VOUS AVEZ COMPRIS ?             

Y’A INTERET, SINON, C’EST LES FLIC.            

ALORS QUÊTE DE HARICOTS !

J’ai dépenser 150 000 francs en cafés noisettes, Gaspard de la nuit. Les danses arboricoles ? Connais pas… Alors salle PLAYEL, ou salle GAVEAU ? Plus !! Pensez-donc. J’ai cette pensée constante en moi : Le dragon et le Franc-maçonnerie ! 

Arrêtez la haine, s’il vous plait, ce n’est pas comme cela qu’on agit, là, les plénipotentiaires. Mais, ne bougeons d’où nous sommes, on verra bien ! J’ai découvert le dragon en souffrant volontairement dans mon entre-jambe… Quelle puissance !!

Total Page Visits: 32 - Today Page Visits: 3

John & Roy

Ancien ouvrier, pensionnaire à la clinique psychiatrique de la borde (malheureusement) depuis 19 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *