Quand la rage de vos idéaux vous prend, elle ne vous lâche plus

troll cancel culture sjw végan

« Sentiments bruts d’un Troll sous couvre-feu … »

Chers lecteurs et amis du Journal Abrasif,

Non, je ne vous avais pas oublié, malgré le temps qui a passé depuis mes derniers « bons vœux » pour 2021. Mais, que voulez-vous, il y a des moments où, dans l’amas de brumes contradictoires, de brouillards antagonistes et de rafales de vent qui torturent mon esprit, je n’ai pas d’inspiration pour écrire proprement ce que je ressens. Alors, je préfère laisser décanter tout ça, pour mieux vous le resservir par la suite. 

C’est ce que je vais faire dans ce pamphlet trollesque. Pamphlet qui sera, encore une fois, à charge contre la « norme », mais pas que … vous commencez à me connaître.

La rage de mes idéaux me prend, depuis des années, pour concrétiser le rêve de vie auquel j’aspire tant. Chalet, terrain, nature, solitude, calme, sérénité, auto-suffisance graduelle, vous connaissez le topo. Mais voilà, alors que nous arrivons bientôt au printemps 2021, je me sens comme ce chef de guerre Troll de l’univers de Warcraft, nommé Vol’Jin, un Troll ‘Sombrelance’, un Chasseur des Brumes. Oui, mes références en littérature Fantasy, mon allégeance aux Anciens Dieux des panthéons Nordique et Celtique, ainsi que le fait d’être « marqué au fer noir » du Metal extrême jouent fortement. 

Comme un Troll, j’aime les ténèbres, le froid, la solitude, la forêt, et je n’arrive à supporter réellement mes anciennes douleurs, et à être pleinement heureux et totalement libre de ce qui m’accable habituellement, qu’en la compagnie de mes « semblables » (frères et sœurs de rêves, de cultures et d’idéaux). Odin et Freya savent qu’ils me manquent, et que je manque d’alliés et de camarades, là où je réside actuellement. 

A l’horizon, comme guettant un lointain orage dévastateur, je pressens l’avènement de centaines de nouvelles petites « tyrannies », qui après tout, pourraient être l’avant-goût de la venue d’une tyrannie pure et simple ! Comment ? Laissez-moi vous faire part de mes sentiments profonds.

Quand je parle d’une « tyrannie pure et simple », j’entends par là un ‘régime politique de type démocratie illibérale’, voire carrément autoritaire, bien pire que ce que nous connaissons en ce moment sur le plan des libertés individuelles appliquées aux « opinions dissonantes » – autrement, votre serviteur et bien d’autres seraient ‘au pain et à l’eau’ avec le statut de détenu politique, ou condamnés à l’exil, ou … morts. 

Mais quand j’évoque des centaines de nouvelles petites « tyrannies », je parle d’un phénomène bien plus diffus, bien plus lent, et ô combien plus vicelard qu’un pouvoir autocratique ou illibéral … Le genre d’attitudes, d’ « idéologies », de sacs géants fourre-tout, qui deviennent, graduellement, ‘imposés’ implicitement à la ‘société’, et qui deviennent donc … ‘la norme’, c’est bon, vous suivez ! 

Il y a autant de formes de ces petites tyrannies que de facettes de leurs meneurs, de leurs suivistes, profiteurs et autres opportunistes patentés. Si on prend par exemple l’emploi suraigu, impulsif, à tout bout de champ et sans réelle mesure du mot « bienveillance », eh bien … Cela peut devenir franchement chiant, voire excluant, et donc promettre une ‘sentence de bannissement’, à l’encontre de celles et ceux qui ne se plient pas à la « bienveillance » à tout crin et en toute occasion. 

Entre autres, une des définitions que je donne personnellement à ce terme se limite à « Vas-y, je me penche et je tousse fort ! », pour remplacer le classique et monothéiste « Si l’on te frappe sur la joue gauche, tends la joue droite ». Pour moi, dans les mots qui frappent comme dans l’action de se soumettre, de tout accepter et de tout pardonner, c’est du pareil au même, Dieu me tripote (merci mon Dieu !)

Le pire, bien évidemment, étant le côté redresseur de torts, infantilisant, réducteur, donneur de leçons, qui transpire, qui sue littéralement de tous les pores de la peau de celles et ceux qui usent et abusent du mot « bienveillance ». Et ça aussi, putain que je le combats, et par les couilles du géant Ymir, je refuse de me soumettre. Ça va, vous avez compris ? 

Je ne vais pas répéter cent mille fois, qu’en tant que Troll du Chaos ayant fait allégeance aux Anciens Dieux, au Metal extrême et à d’autres éléments culturels sentant à cent lieues la hache à double tranchant, les rituels aux cromlechs, les donjons maudits, les forêts mystiques et le sang versé par seaux entiers, je ne souscris en rien à cette « bienveillance » … devenue par certains aspects une petite « tyrannie ». Comme tant d’autres.

Ensuite, qu’est-ce que nous avons … « l’islamo-gauchisme » ! La bonne blague d’ailleurs, c’est que mon correcteur orthographique ne reconnaît pas ce terme ! Alors, pour me positionner sur le sujet, je sais bien que des « proximités idéologiques » ou des « passerelles » existent, ont existé, et existeront toujours, entre certains militants de gauche radicale, et certains « indigénistes » musulmans ayant parfois fricoté lourdement avec Dieudonné, Kémi Séba, divers leaders religieux controversés, entre autres « bienveillants » du même tonneau. Aïe, comme une obsession, voilà donc que ça me reprend sans que je ne m’en aperçoive ! « Utiliser les armes de la ‘norme’ ou de la ‘petite tyrannie’ contre elle », voilà ma réponse ! 

Ce qui est le plus dangereux, c’est que ce terme « islamo-gauchisme » soit hautement contestable, tout comme l’étaient les termes « judéo-bolchévique », « hitléro-marxiste », entre autres, et qu’il soit utilisé à tort et à travers. Mais, n’y sommes nous pas déjà, chers lecteurs et amis ?

Le grand retour de ce terme sans queue ni tête dans les médias (terme qui a vu une hausse de 50 points du cours de l’action « foutre le bololo » sur le marché d’échanges de l’Assemblée Nationale) par Frédérique « Magic » VIDAL (ministre de l’Enseignement supérieur), a rajouté de l’huile sur le feu ces derniers jours, comme si on avait rien d’autre à foutre au sommet de l’État en période de pandémie, de crise sanitaire, économique, sociale et écologique. 

Jupiter 1er lui a conseillé de ne pas jouer avec des allumettes, elle rapporte une torche et de l’essence ! Le bon plan pour capter les voix du FN, il ne reste plus qu’à foutre une perruque blonde à Gérald « Main au Cul » DARMANIN, et il fera bien une « Reichsführerin von LE PEN » tout à fait ‘présentable’ pour ceux qui ne sauront plus faire la différence !

Premièrement : les connivences entre certains militants/certaines franges de la gauche radicale et les mouvements « indigénistes » ou « afro-féministes » (pour ne pas dire « ethno-différentialistes » – quand on sait que certaines de leurs soirées étaient annoncées en « non-mixité réservée aux femmes non-blanches racisées » …) existent, oui, mais c’est là une minorité des militants de gauche radicale qui fait bien trop parler d’elle. Toute la gauche radicale ne raisonne ni n’agit pas comme ça. 

Et vu l’affection de plus en plus visible des Français pour le « brun », et leur dégoût du « rouge » ou du « vert », on ne risque pas d’avoir des ministres, voire un président pouvant réellement être défini comme un « islamo-gauchiste », un jour au pouvoir.

Deuxièmement : on ne peut plus nier que la « culture SJW », née aux USA en 2017 (voir ce qu’il s’est passé sur le campus d’Evergreen), est arrivée dans les universités en France, qu’elle a pris racine, et qu’elle y a fait des petits. J’ose espérer que ce n’est qu’une « passade », et que ce sera plus tard une période honteuse à oublier, pour la plupart des « SJW » actuels, comme l’est la mue chez l’adolescent … mais d’ailleurs, vu qu’ils sont à l’université, est-ce qu’ils ne sont pas censés étudier ? 

Devraient-ils plutôt étudier et travailler à leur avenir, au lieu de chercher, d’amplifier, de monter des polémiques et de diffamer, voire de menacer des professeurs, sur Twitter et d’autres plateformes qui sont leur « chasse gardée » ? Non ? Est-ce que j’allais insulter les gendarmes et les inspecteurs de la DRE quand j’étais en CAP de camionneur ? Bien évidemment que non !

S’il y a un acte raciste, un harcèlement sexuel, une agression sexuelle, un viol, un délit ou un crime caractérisé, ce qu’il faut faire, c’est aller PORTER PLAINTE DEVANT LES AUTORITES COMPETENTES. Je suis désolé, mais NON, un « tribunal populaire du Web » ne résout rien, et ne fait qu’aggraver toutes les situations existantes ! 

Vous aurez sans doute remarqué comme moi, chers lecteurs et amis, que les « SJW » s’identifient rarement en tant que tels, sur la voie publique, seuls. Ont-ils peur de tomber sur un os … ou sur un Troll ? A cette idée, je souris à pleines dents de voir leur panique sur leur visage alors qu’ ‘iels’ me croiseraient, et de sentir le flux de leur sous-produit de doctrine à la con les quitter pour de bon, sur le coup de la peur ! Par les forces infernales, que ce serait jouissif, Satan m’habite (… merci mon Diable !)

Seulement voilà, chez les étudiants Français actuels comme chez beaucoup de jeunes, il y a eu un récent basculement idéologique, et un basculement des luttes et des combats, du social vers le sociétal. De plus en plus de jeunes, manifestement en perte de repères et « se cherchant une identité », se sont intéressés à des sujets comme la transphobie, la non-mixité, l’hétéronormativité, … vous connaissez la suite. Et ça, tout autant que l’emploi du terme « islamo-gauchisme » tenant parfois du syndrome Gilles de la Tourette chez beaucoup d’éditocrates, c’est une ‘petite tyrannie’ en soi. 

Oui, quand une doxa force à l’emploi d’un « vocabulaire non-oppressif », et expose à la « vengeance des fragiles » celles et ceux accusés de « micro-agressions », c’est une petite tyrannie. Bizarre, venant de personnes supposées étiquetées ‘à gauche’ … Coluche dirait « Choisis ton camp, camarade ! »

Les vegans … Vous connaissez d’ores et déjà ma position sur ce sujet, chers lecteurs et amis. Comme j’ai coutume de dire, « un Troll vegan, ça n’existe pas, ou alors ça s’appelle un Elfe ». Juste pour dire que certains, dans les rangs des bouffeurs de tofu, devraient arrêter avec leur prosélytisme, avec leurs actions inutiles (aller péter la vitrine d’un boucher, gaspiller ou détruire de la nourriture que les SDF auraient apprécié, se réjouir de la mort d’un chef boucher lors d’une prise d’otages dans un supermarché, entre autres …) 

Dites-moi, vous les vegans les plus rigoristes et les plus chiants, personne ne vous force à manger de la viande, du poisson, des œufs, à porter des bracelets, chaussures, accessoires en cuir, à éviter les produits cosmétiques du commerce … Etc. 

Donc si vous voulez être ce que vous êtes et vivre en tant que tels, soyez-le, mais sans desservir votre cause en voulant « convertir ou exclure » celles et ceux qui ne sont pas des vôtres !

… En plus de tout cela, viennent les petites « tyrannies culturelles », bien évidemment, parce que « quand on vend des croûtons, il faut naturellement écouler la soupe qui va avec ! » On assiste à une culture du « vide » qui domine, ces temps-ci, plus encore sans doute qu’elle n’a jamais prospéré. Les établissements de crédits, les marchands de « rien », les médias commerciaux, se frottent les mains. 

La crise sanitaire, économique, écologique, sociale, que nous traversons, aurait dû avoir pour conséquence logique un « redémarrage » total de la machine. Ou au moins, la remise en question globale puis le démantèlement d’aspects de cette ‘société’, de la pub’, jusqu’aux ‘injonctions sociétales’, en passant par les appels à la « négociation du cerveau humain » (nécessaire étape à la fondation d’une ‘idiocratie’). 

Avec ce redémarrage du bouzin, aurait dû venir la nécessaire expurgation de toute cette « culture du flex », aux références tellement éphémères, qu’on s’entend parfois répondre « Mais ça, c’est so 2018 ! », sur le ton débilitant d’une vedette (tout aussi éphémère) de télé-réalité ou sur le ton d’une accro à Instagram, ce genre de personnes que j’ai envie d’humilier en public, de clouer au pilori de l’inculture, de la déshérence et de la négation de la dignité !

Ce n’est pas moi, ni mes amis Travellers et saisonniers en vieux camions aménagés, qui faisons des campagnes de pub’ tonitruantes pour soutenir l’industrie des vieux camping-cars et camions aménagés, ni pour promouvoir les yourtes, les chalets, les potagers, la récupération, la vie simple et sans superflu, la rusticité et le « pas de côté » nécessaire vis-à-vis de la ‘norme’ et de ses avatars … autrement dit, nous ne forçons personne à nous suivre. 

Contrairement à beaucoup, beaucoup d’autres ! La bonne blague … mais je ne ris pas, connard de « bienveillant », j’ai les lèvres gercées !

J’ai beau remonter le fil de ma mémoire, depuis que je suis Metalleux, Païen, que j’ai des loisirs ouvertement ‘démodés’ voire ‘bizarres’, que j’ai engagé un projet personnel de mode de vie différent … Je n’ai jamais été en position de vouloir « convertir » qui que ce soit à mon « idéologie », encore moins de vouloir « recruter des gens » pour mon « idéologie » (encore faudrait-il que je la définisse dans un ‘manifeste’ ou un livre, ça viendra peut-être). 

Aussi, deux choses. Je suis littéralement révulsé à l’idée que des « gens » (dont certains trouvant bien leur place dans les catégories que j’ai pourri allègrement plus haut) puissent me soupçonner ou m’accuser de raisonner et d’agir comme ça. Et je ne suis de toute façon pas en position ni de chercher le pouvoir, ni de vouloir le pouvoir … autrement que vis-à-vis de ma propre existence. Pas vis-à-vis de l’existence de tous les autres. Ni même d’un petit groupe de personnes.

J’estime que je n’ai aucune leçon à recevoir de la part des « idiots utiles du néo-libéralisme branchouille », ni aucun procès à subir face aux « décérébrés inutiles de la désaffection politique qui iront voter pour la blonde de Saint-Cloud » alors que leur patelin n’a vu des Arabes et des Africains qu’au JT de TF1, ni aucun compte à rendre aux petits fragiles de la « bienveillance » qui prônent le retour à la nature, tout en étant infoutus de se défaire à la fois de leur addiction aux jeux en réseau, et de la virtualité de leurs existences.

Oui, chers lecteurs et amis. L’orage gronde au loin, les petites tyrannies à la con se manifestent chaque jour un peu plus, en ces temps vraiment difficiles pour nous toutes et tous. Cela dit, nous sommes encore libres, il nous faut donc choisir, chacun, en pleine liberté de conscience et de son propre chef, par l’esprit critique et la remise en questions, entre trois positions.

  • Se soumettre aux « tyrannies de pacotille », en faire partie ou être un de leurs meneurs ;
  • Ne rien dire, ne rien faire, et laisser couler … ;
  • … Combattre ces petites tyrannies, tout autant que se préparer à combattre une future vraie tyrannie possiblement en gestation.

Je n’ai pas la prétention d’influencer qui que ce soit, par mes pamphlets sur Le Journal Abrasif. Pas plus que de « recruter » ou de « convertir » qui que ce soit, peu importe l’objectif. J’ai juste l’intention de m’exprimer, tel que je suis, tel que je raisonne, et tel que je m’assume au quotidien. Si des lecteurs approuvent mes propos, c’est très bien, si ça choque, ou si ça agace certains, tant pis pour leurs gueules. Avec tout ce qu’on m’a fait subir depuis 30 ans, je ne vais pas mettre une sourdine sur mon âme !

Étant donné que je ne force personne à me suivre : à tous les « bienveillants », « vegans outrés » par ma « trollitude », « SJW », « vedettes éphémères » et autres « avatars utiles du néo-libéralisme », ainsi qu’aux inévitables « défenseurs du respect unilatéral des religions » (toujours monothéistes, quel hasard, Dieu me tripote encore une fois) …

J’exerce donc ma liberté d’expression, et je suggère à ces amas hétéroclites de soi-disant « braves gens », de ne pas être ulcérés que je « remette quelque peu les choses en perspective », pour peu qu’ils soient aptes à comprendre, bien entendu. Après tout, qui donc, entre eux et moi, peu importe l’art et la manière … cherche à « imposer » quoi que ce soit à tous les autres ?

Aussi, comme Vol’Jin le Sombrelance, Chasseur des Brumes, j’ai les yeux qui portent sur l’horizon lointain, celui de l’avenir de ma propre existence, ce ciel qui porte aussi les multiples menaces qui grondent en se rapprochant. 

Et je languis ce jour de fête, ce jour de joie, ce jour de la concrétisation de mon idéal propre, pour « tenir la Forêt », pour résister, pour un idéal, pour des utopies, pour des libertés comme pour des marginalités … aux côtés de celles et ceux qui auront choisi de faire « mur de fer, de feu et de sang » avec moi. 

A savoir quelques-uns de mes derniers vrais amis … celles et ceux qui ne m’ont jamais lâché, jamais trahi, jamais déçu, et SURTOUT, qui ne m’ont jamais accusé de vouloir les « recruter » ou les « convertir » à quelque fin que ce soit. Ils se reconnaîtront.

Voilà, chers lecteurs et amis, mes sentiments bruts en ces temps de couvre-feu, d’incertitudes, de doutes, de psychose collective, de menaces, de petites tyrannies et de « début de la fin ».

Si vous partagez mes ressentis, si vous approuvez, si vous avez apprécié ce pamphlet trollesque, n’hésitez pas à me le faire savoir dans les commentaires. Et pour celles et ceux qui en viendraient à me détester, à me haïr, à vouloir ma perte, sans même me connaître … 

Eh bien, je vous laisse dans ce qui vous sert de marasme idéologique et crypto-culturel défini plus haut … à défaut, bien sûr, que vous veniez un jour me défier, mais sur mon propre terrain, pas dans les zones contrôlées par la ‘norme’.

Je n’ai jamais trahi ce que je suis au plus profond de moi. Et je n’ai aucune intention de négocier ce que je suis. Bien malvenu serait celui qui voudrait me forcer à renoncer à la noirceur de mon âme … pour quelque motif que ce soit.

Profonde Liberté à Nos Cœurs.

– Krähvenn « Sombrelance » Vërkhörr, mercenaire Troll des Clans de l’Est, en exil … et en dissidence.

Total Page Visits: 623 - Today Page Visits: 11
Krähvenn « Sombrelance » Vërkhörr.

Krähvenn « Sombrelance » Vërkhörr.

"Un Troll du Chaos en immersion dans le monde des hommes. Ses sentiments bruts, ses rêves, ses idéaux, il les assume, et quand il montre les crocs, ça n'est jamais bon signe. Ne plaisantez pas à son sujet au pied des mégalithes ... il pourrait vous faire un coup de troll-falgar." ("coup de Trafalgar" façon troll) Mon blog : =>http://dernier-bastion.eklablog.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *