Réflexions après la grève des éboueurs et l’intérêt pour les minicentrales nucléaires…

La grève des éboueurs
La grève des éboueurs

Nos chers déchets… La grève des éboueurs

La grève des éboueurs est très riche d’enseignements… On découvre comment une grève de salariés bloque une ville, puis participe à une catastrophe environnementale et… permet de découvrir comment les services publics sont pris en otage par les partis politiques (guerre droite-écolo qui permettait de choisir les lieux bloqués) et enfin comment cette même grève conduit aux extrêmes anti-démocratiques : la réquisition du personnel.

Avec humour, c’est en fait l’histoire « des organes » racontée par Roland Magdane : tout le monde croit commander, mais en fin de compte, c’est le « trou du cul » qui a le dernier mot. La connerie n’est pas mortelle, la constipation si !

Je suis désolé de l’image, car en aucun cas, je veux donner une image péjorative des éboueurs. Lors des confinements, en particulier, ils ont montré leur utilité, leur courage, leur dévouement… mais la société méprise ses déchets et tout ce s’y rapporte.

Collectivement, nous avons une approche « bourgeoise » de la saleté. Nous consommons, et nous prenons un immense plaisir à multiplier les objets, à étaler nos biens, nos nourritures. Qu’importe la forme, le conditionnement… On consomme, même des bananes sans peau emballées dans du plastique. Comme consommer c’est détruire, nous jetons et… nous avons l’impression que les déchets disparaissent… par enchantement.

Nous tirons la chasse d’eau, mais nos excréments existent toujours. Nous avons des décharges… mais les ordures envahissent les mers, et des pays pauvres comme l’Inde. Nous produisons aussi de belles fumées qui remplissent nos poumons…etc.

Rien ne se crée, tout se transforme. Une molécule de matière sur Terre reste sur Terre, même si elle change de forme …

J’ai le souvenir que dans mes premières leçons de « systémie », on découvrait de produits induits, souvent des déchets, en tout cas des résultats non voulus, mais réels.

Pour comprendre, nous pourrions prendre l’exemple du corps humain, comme Roland Magdane, mais je vous propose celui de la voiture.

Une voiture est faite pour emmener des personnes d’un point A à un point B, le résultat escompté est le transport, mais la voiture produit bien d’autres choses. De la chaleur par exemple, le moteur thermique chauffe, tant mieux en hiver, dommage en été. Mais le moteur, lui, il s’en fout, il chauffe…et il a fallu inventer le refroidissement, sinon le moteur meurt. Le système est auto-agressif. La voiture produit des gaz, qui parfois rendent la vie impossible… la voiture est hétéro-agressive . Au passage, amusez-vous à boucher votre pot d’échappement, le moteur s’éteint . On retombe sur l’histoire de Madgane, c’est l’échappement qui a le dernier mot !

La voiture produit plein d’autres choses, des systèmes économiques, des systèmes légaux et fin de compte des épaves pour décorer le paysage Corse …

Résultat, pour qu’un système soit viable, il faut l’envisager dans tous ses aspects, les flux entrants, et les flux sortants.

Je sais que Versailles n’avait pas de toilettes, mais cela ne me fait pas rêver.

Alors , être responsable, citoyen, c’est sortir de ce comportement infantile, « on verra bien après ». Il s’agit en effet de valoriser nos déchets. Et beaucoup d’efforts sont faits ; il s’agit de valoriser les emplois liés aux déchets. Il s’agit encore d’anticiper, de se refuser les consommations sauvages, destructrices…

La grève des éboueurs de Marseille montre combien il est vital, pour tous, de prendre en compte « nos chers déchets » …

Et Aie ! Trois fois Aie !!!

« Le plan France 2030, qui sera présenté le 12 octobre comprend le financement de mini-réacteurs SMR, des petites installations pour lesquelles les Français ont pris du retard face aux Etats-Unis, à la Chine et la Russie *

« Le Monde »

Voilà après l’arrêt du nucléaire notre Président va lancer le « mini nucléaire » … Mais pour le grand nucléaire, ou le mini- nucléaire … ON NE SAIT TOUJOURS PAS TRAITER LES DECHETS…

Et puis on s’en fout, c’est le problème des trous du cul de l’avenir !!!

• On peut noter dans cet article le style particulier qui oppose les Français (personnes) à des Etats (institutions) … C’est un outil utilisé pour créer la confusion, cela s’appelle les « LOVISUH » (logiques vivantes supra-humaines). Les Français auraient  un comportement commun ? Je vous promets un article sur le sujet….

Total Page Visits: 46 - Today Page Visits: 6

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *