De la contention psychiatrique au menottage de la police

la contention
la contention

Attention, certains propos, vidéos, images peuvent choquer.

NDLR

Définition de la contention :

Les contentions dites physiques (ou bien mécaniques) : souvent appliquées sur un radiateur (ou une chaise) lors d’une mise en garde à vue d’un individu par la police dans un commissariat (oui, elles existent aussi), sur un fauteuil ou dans un lit pour immobiliser un patient en psychiatrie.

Les contentions que j’appellerai chimique ou médicamenteuse obtenues par des médicaments psychoactifs administrés à des (humains).

Les contentions architecturales, chambres d’isolement, cellules de dégrisement, cellules de prison, etc…

La contention psychologique et autre moyen d’entrave psychique.

La position du mouton (définition personnelle) : menottage mains bien serrées derrière le dos d’un individu par un policier ou un gendarme, pour le placer sur le ventre dans un panier à salade (un véhicule de police).

La contention maternelle, une des plus horrible que j’ai connu. Pieds et mains liés par des collants pour immobiliser un enfant afin de lui apprendre l’heure en le frappant avec un martinet.

J’en ai encore un wagon, mais inutile de toute les citer.

La contention en générale :

De toutes les douleurs que j’ai connues, violence physique extrême, angoisses excessive, dépression majeure, suicide, agression, viol, c’est bien la contention mécanique en psychiatrie ou en réanimation qui a provoqué en moi une souffrance démesurée, disproportionnée, et les synonymes ne manquent pas. Pourtant, j’ai une forte expérience des types de contentions, de la violence en générale, enfant battu laissé parfois presque mort par une mère complétement folle et malade mentale. Mais sans réfléchir, la psychiatrie est celle qui m’a fait le plus de mal.

Ce ne sera pas un article qui sentira la rose, bien au contraire. Comment peut-on attacher un être humain ou un animal en le laissant moisir psychologiquement avec des angoisses extrêmes, sans compter les douleurs physiques que cela occasionne.

J’ai toujours proposé aux adeptes de la contention mécanique et chimique de réaliser une expérience de groupe en s’infligeant ces procédés barbares. Le refus d’obtempérer, pardon, de jouer le jeu est quasi, voire toujours présent dans la discussion et les arguments sont toujours les mêmes. La contention nous sert à protéger le patient contre lui-même et les autres.

Je réponds souvent que c’est aussi une façon pour eux d’avoir la paix et de pouvoir jouer à candy crush saga, j’exagère, ou à discuter avec leurs amis sur Facebook ou draguer une, je me censure, sur un site de, je me censure aussi. J’ai promis d’être modéré sur le journal abrasif, alors pas de mots grossiers.

J’exagère toujours, bien sûr que la contention a une certaine efficacité pour le patient dans le cadre, non je mens… D’ailleurs, quand je bloque sur un sujet aussi sérieux, je fais appel à notre rédacteur John & Roy et lui pose quelques questions :

Qu’est-ce que la contention mon cher ami John & Roy ?

C’est d’après moi la répression ou la punition (ou même les deux en même temps)

Pourquoi ?

La seule raison d’une contention, c’est une mesure de précaution

Tu donnes donc raison aux soignants ?

Pour le soin, mais uniquement le soin d’un patient. Dans le cadre uniquement de leur profession. Pour toutes les professions salariées, les soignés ou les soignants. D’ailleurs, ce que l’on appelle antipsychiatrie n’est que la liberté totale (Qui tient compte des lois tout simplement).

La contention
Total Page Visits: 548 - Today Page Visits: 3

Lionel Belarbi

Sur ce blog je traite et analyse des sujets d’actualités qui me font frémir de délire, sans avoir un avis journalistique ou autres, j’exerce en toute impunité. Écrivain bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique. Merci de me signaler les fautes d'orthographe, elles sont nombreuses et je m'en excuse par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *