Journée internationale des migrants du 18 décembre 2020

Migrants de Kyaka 2
Migrants de Kyaka 2

Migrants de Kyaka 2

Ici nous sommes à l’entrée du camp de réfugiés de Kyaka 2 dans le district de Kyegegwa l’un des grands camps des réfugiés en Ouganda, Les congolais occupent la majorité des réfugiés dans ce camp.

Tout au long de l’histoire de l’humanité, la migration a été une expression courageuse de la volonté de l’individu de surmonter l’adversité et de vivre une vie meilleure.

Aujourd’hui, la mondialisation, associée aux progrès des communications et des transports, a considérablement augmenté le nombre de personnes qui ont le désir et la capacité de se déplacer vers d’autres endroits. Il y a plus de 1,4 million de personnes déplacées résidant en Ouganda, des centaines d’organisations de réfugiés, de communautés et d’individus qui travaillent pour se soutenir mutuellement, en particulier en période de COVID-19.

Les migrants apportent leurs connaissances, leurs réseaux et leurs compétences pour bâtir des communautés plus fortes et plus résilientes. Au cours des derniers mois, les migrants ont été à l’avant-garde de la lutte contre le COVID-19. Leur travail dans les services de santé, de transport et de restauration a rendu nos vies sous confinement plus supportables. Cependant, comme beaucoup de ceux qui vivent en marge de la société, les migrants sont touchés de manière disproportionnée par le COVID-19 en raison de pertes d’emplois, d’expulsions et de discrimination.

Des millions de migrants sont bloqués, souvent sans revenu ni abri, incapables de rentrer chez eux en raison des restrictions de mobilité du COVID-19, et ils sont également confrontés à des risques accrus de traite et d’exploitation. La pandémie ne peut être utilisée comme excuse pour revenir sur les engagements de promotion et de protection des droits des migrants quel que soit leur statut juridique.

Cela ne peut pas devenir une excuse pour le recours accru à la détention, souvent dans des conditions de surpeuplement, et le retour forcé des migrants dans leur pays d’origine sans procédure régulière, dans de nombreux cas en violation du droit international. Les gens en mouvement espèrent un avenir meilleur. Il est de notre responsabilité collective de créer un monde plus sûr et plus résilient. La migration devrait être un choix, pas une nécessité, réaffirmons notre engagement en faveur d’une migration sûre et digne pour tous.

Patrick hakiza, journaliste congolais vivant en Ouganda

E-mail: patrickmakhaks@gmail.com

Tél: +256779688789 +256750091888

http://refugeejournalistsofuganga.org

Total Page Visits: 850 - Today Page Visits: 1

Patrick Hakiza (Journaliste)

Patrick Hakiza, journaliste congolais vivant en Ouganda et directeur exécutif de l’organisation » jeunes journalistes sans frontières « Kampala ouganda.

3 réponses

  1. En cette Journée internationale des migrants, saisissons l’occasion de la sortie de la pandémie pour mettre en œuvre le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, réinventer la mobilité humaine, permettre aux migrants de relancer les économies nationales et internationales et de construire des sociétés plus inclusives et résilientes. . » Secrétaire général des Nations Unies António Guterres

  2. Vous pouvez corriger avec nous..
    Au 1er paragraphe:
    Ici nous sommes à l’entrée du camp de réfugiés de Kyaka 2 dans le district de Kyegegwa l’un des grands camps des réfugiés en Ouganda, Les congolais occupent la majorité des réfugiés dans ce camp.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *