Hommage en poésie aux morts de la rue

Morts de la rue
Morts de la rue

Hommage aux morts de la rue sur le journal abrasif, vous êtes invités à nous envoyer vos textes, poèmes dédiés aux sans abris morts dans la rue.

623 morts en 2021 – 535 morts en 2020 – 531 morts en 2019 – 612 morts en 2018 – 510 morts en 2017 – 82 personnes en ce début d’année 2022. Cette journée rend hommage aux victimes de la rue, le Journal Abrasif leur est consacré à partir de cet instant dans un profond recueillement. Que tous ces êtres humains reposent enfin en paix sans peur des lendemains.

Un rendez vous est organisé par le collectif les morts de la rue, aujourd’hui à 13h15 place Stalingrad. Près de la Rotonde. Marche silencieuse pour les 623 morts de la rue. Et dépôt de fleurs aux buttes chaumont devant la liste de leurs noms.

Les poèmes dédiés aux morts de la rue

Le beau et le clochard

Écoutez ce nocturne mélodique au son triste
Je vais vous raconter l’histoire de ce clochard
Qui meurt tous les jours très tôt ou trop tard
Avec ce beau froid très généreux qui persiste

Ce besogneux a vécu son histoire sans toit
Enfermé dans sa prison cérébrale de carton
Dégustant son riche repas qui vaut dix fois
La bombance des bobos de la tour D’Argent

Le chemineau s’est fait tuer pour une timbale
Deux francs précisément, pour une douleur
Térébrante et un sol en rouge pour couleur
Vous n’entendrez plus « t’as pas cinq balles »

Damoiselles, damoiseaux ce bal est vibrant
Enterrement de la vie d’un homme ce jour
L’épitaphe n’aura de sens que pour les vivants
Les cryptes débordent, mieux vaut le four

Sur ces quelques pieds, je ne sais plus danser
Les vers de ce requiem ne servent qu’à ronger
Cette mort de Dédé n’est que le premier jet
D’une longue suite d’épopée aux cœurs serrés

JE SUIS COMME JE SUIS
Jacques Prévert 

Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Quand j’ai envie de rire
Oui je ris aux éclats
J’aime celui qui m’aime
Est-ce ma faute à moi
Si ce n’est pas le même
Que j’aime chaque fois
Je suis faite comme ça
Que voulez-vous de plus
Que voulez-vous de moi

Je suis faite pour plaire
Et n’y puis rien changer
Mes talons sont trop hauts
Ma taille trop cambrée
Mes seins beaucoup trops durs
Et mes yeux trop cernés
Et puis après
Qu’est-ce que ça peut vous faire
Je suis comme je suis
Je plais à qui je plais

Qu’est-ce que ça peut vous faire
Ce qui m’est arrivé
Oui j’ai aimé quelqu’un
Qui quelqu’un m’a aimée
Comme les enfants qui s’aiment
Simplement savent aimer
Aimer aimer
Pourquoi me questionner
Je suis là pour vous plaire
Et n’y puis rien changer. 

Proposé par Annick
Total Page Visits: 2431 - Today Page Visits: 2

Lionel Belarbi

Tout d’abord, bienvenue à bord de mon bâtiment de guerre, la rubrique des chroniques qui piquent. La température y est tellement haute que je ne peux l’évaluer. Vous êtes invités à me signaler tous délires disproportionnés, même si j’en ferai encore plus face à la critique, car elle m’excite. Je traite et analyse des sujets et thèmes qui me font frémir de délire, j’exerce en toute impunité. Auteur bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique, je me prends toujours au sérieux, ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.