Hidjab Hijab : Un voile sur la liberté de penser : Réflexion sur le hijab libérateur…

Hidjab Hijab
Hidjab Hijab

Hidjab Hijab : Un voile sur la liberté de penser

Vous l’avez sans-doute repéré, le Conseil de l’Europe a lancé une campagne « maladroite » retirée rapidement. Faut-il hurler avec l’extrême-droite, se taire, risquer d’être un islamo-gauchiste ? j’avoue qu’en première impression, j’en perds mon latin. (est-ce la langue adéquate ?)

Rappel des faits :

« La liberté dans le hijab » : le Conseil de l’Europe retire sa campagne controversée.

Une campagne célébrant la diversité par le slogan, «la liberté dans le hijab», lancée la semaine dernière par le Conseil de l’Europe, a déclenché une vive polémique en France, conduisant mardi 2 novembre l’organisation à faire machine arrière. À l’origine de ce faux pas, la reprise d’un discours militant, et la marque d’une institution qui n’intègre pas toujours la diversité des valeurs.

La croix

Aussitôt, les communiqués n’ont pas manqué :

« L’islam est l’ennemi de la liberté. Cette campagne est l’ennemie de la vérité », Éric Zemmour, probable candidat à la présidentielle, dénonçant un « djihad publicitaire ».

« Cette communication européenne en faveur du voile islamiste est scandaleuse et indécente », Marine Le Pen.

Le slogan est issu des fiertés pro-hijab.

Le slogan « liberté dans le hijab » est plus largement adopté par un mouvement né en 2013, avec la création de la journée mondiale du hijab, célébrée en principe le 1er février.

Que peut signifier cette campagne ?

Sur la majorité de la France, cette diversité affichée est incompréhensible. Notre système prône l’intégration, ce qui signifie qu’il existe un modèle commun, et que le nouveau venu doit y prendre sa place, donc accepter les codes. Chez nous contrairement aux pays anglo-saxons qui prône le communautarisme, le couvre-chef des policiers est identique pour tous, les caissières IKEA n’ont pas le hijab anglais.

Officiellement, on refuse que les signes religieux empiètent sur la vie publique, je dis officiellement, car je rappelle que l’Alsace et la Moselle sont toujours sous concordat, que certaines cérémonies religieuses bénéficient des honneurs de la République … Etc.

Donc, par réflexe très défensif de la laïcité, la campagne n’est vue que sous l’angle religieux, et non pas de la diversité.

Il est vrai que cette campagne sur la diversité dans toutes ses affiches ne proposent que deux aspects : des femmes en tenue « occidentale » et avec le hijab. J’aurais préféré par exemple des hommes en pantalon, short, kilt, robe, soutane, djellaba, kimono, pagne… Alors la réflexion aurait été simple ; « venez comme vous êtes ». Oui, à la diversité, je me moque des habits, des couleurs, seul l’humain m’intéresse.

Mais dans ce cas précis, l’aspect religieux est indéniable, et le slogan est : « La liberté dans le hijab » .

La liberté est dans la diversité…

Ayant vécu à a Réunion, j’ai vu le brassage des religions, des traditions. On fête avec toutes les populations : z’arabes, chinoises, les Malbars …

Vous pouvez croiser dans une rue de ST Paul une jeune-fille très peu vêtue en compagnie d’une autre fille avec un hijab, à l’ombre d’un minaret, dans une boutique malbar…

Les chapelles, les temples, les mosquées se côtoient, et quand vous passez de l’un à l’autre, vous veillez à ne pas rouler sur un sac plastique empli de malheurs, sac déposé selon le rite vaudou.

Je suis profondément athée, mais toutes ces religions ne m’ennuient pas, ne m’agressent pas… Elles sont pour moi des expressions culturelles.

J’ai eu à gérer une cantine, pour éviter les contrariétés, on enlève le porc et le bœuf, il reste donc le poisson et le poulet…

Mais au restaurant, ou chez soi, on peut absolument manger selon ses préférences.

L’intelligence de la Réunion est qu’il n’existe pas de système dominant.

À bien regarder, ici, nos réactions sont guidées par une question : « À qui le pouvoir ? »

La guerre des religions.

Je ne pense pas que la liberté passe par le hijab, ni par la soutane ou le crucifix. La liberté ne passe pas non-plus par l’interdiction du hijab, de la soutane ou du crucifix. La liberté, c’est une bataille permanente pour vivre et s’exprimer comme on le souhaite. La liberté, c’est le droit d’emmerder dieu et d’être avec une amie qui porte un hijab.

La bataille pour la liberté, c’est délivrer les gamines afghanes vendues pour nourrir une famille, et la liberté, c’est de traiter les curés pédo-criminels par le droit commun et de condamner les institutions complices.

Cette campagne est, pour moi, inexplicable… En France. Évidemment, elle fait les choux gras de l’extrême droite, et donc en fin de compte, par polarisation de notre vie politique, les affaires des socio-démocrates ….

Je ne vois pas ce que nous avons à gagner dans ce conflit…

Total Page Visits: 249 - Today Page Visits: 2

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *