Fernando António Nogueira Pessoa l’aurait dit…

Fernando António Nogueira Pessoa
Fernando António Nogueira Pessoa

Fernando António Nogueira Pessoa

-« Pour moi cette indifférence est une chance, car j’ai le cœur amoureux ». Lisbonne est rempli de belles couleurs ! Tata Lisbonne. Tonton Bordeaux, la flamme, cul contre cul, fesses contre fesses, tu as bien changé ! Kérosène, mon père. Ben Harper : » Tout pitit ! ». Bien mon salaud : moi aussi, je veux jouer. Vous les indiens d’Amérique, vous nous avez appris un jeu rigolo ! C’est différent que les pommes de terre polonaises. Mon petit, le tout c’est de ne pas mourir. (HALTE A LA TORTURE !) Tu peux m’appeler mon père, si tu le désire, (je fais en effet l’âge de ma soutane !). J’ai peur comme une autruche. Ma défection. Ma colère. On me l’a avaler, cette santé, bon dieu ! (Je prends encore mes graines, je ne comprends pas, vois-tu Scarabée…) Je suis une licorne, à cela il n’y a rien à dire.

Fesses contre fesses, derrière contre derrière… Nous luttons ! Des gens aussi inintéressants n’ont rien à faire devant une caméra !! Il faut le leurs dire, peut-être qu’ils auront hontes ! Mais au fait, dans cette histoire française a laquelle je n’ai rien compris… Y A-T- il un nationaliste ? OUI, MOI ! (La nuit des longs couteaux, cette fois, c’est les autres !))  

MON TOUT… EST UNE BOULANGERIE ! AH ! Combien de fioles avant de faire connaître la souffrance de la solitude ( ?!). On a ramassé Baudelaire gisant sur la chaussée ; mais tout est là, messieurs-dames ! Mais oui !! Vous vous vous ne savez pas ce que vous avez fait, n’est-ce pas, monsieur Mélenchon ? On meurt comme des ventres ! EH ? AVEC DIEU, NOUS AURIONS PERDUS ! AUX ARMES CITOYENS ! Barrez-vous pas trop tôt, qu’on sache ce qu’est une sale tête, gens inintéressants, va ! Méchants hommes ! CONTRE LE GENOCIDE MEDICAL ET L’ESPRIT SHINTOÏTE. AUX ARMES CITOYENS ! Eh ? Lacan, facho ! Qu’ils se méfient, ces gens-là, la corde n’est pas loin ! (La nuit des longs couteaux, 2011/2015.) Qui a décidé la mort de Schumacher, le pilote de formule un ? Quelle prétendance, pour inventer ce mot !…

Moi, pédophile ?! Là, on se fout de la gueule de qui, dans ce pays ? Je n’écoute jamais les impubères, (ceux et celles qui se rasent le sexe). J’voulais une porche, mea culpa, encore une fois. Encore une histoire de kérozène…

john and roy

John & Roy

Ancien ouvrier, pensionnaire à la clinique psychiatrique de la borde (malheureusement) depuis 19 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.