Moi, ça me travaille ! Éradiquer le chômage ?

Éradiquer le chômage ?
Éradiquer le chômage ?

Éradiquer le chômage ?

Notre Président déclare« Nous sommes un pays qui travaille moins que les autres… Il nous faut avoir un pays qui produise davantage. »

Désolé, je suis en colère ! Je ne peux supporter ce genre de phrase. Que le Président dise « l’économie a un souci, les industries souffrent d’un manque de productivité » ou « la productivité du capitalisme français est insuffisant face à la concurrence »… Je veux bien, je ne supporte pas le nous.

Le nous, ce sont toutes les personnes épuisées au travail, les millions de chômeurs, les exclus… Toutes ces personnes qui ne décident rien sur la productivité de leur entreprise ou de leur pôle emploi.

Le temps de travail ne peut pas être une variable d’ajustement économique et être notre responsabilité.

Par exemple, en 1980, la sidérurgie française a eu la brillante idée de jeter en préretraite les ouvriers de 50 ans et plus. Résultat : divorces, suicides dépressions . À l’époque, j’étais fils d’un salarié concerné, et président d’un centre social. Je me souviens de ces hommes qui ont perdu leur place sociale. En parallèle, mes anciens potes, qui avaient choisi la sidérurgie, étaient licenciés.

Les patrons font ce qu’ils veulent, ils organisent un management qualité zéro défaut, se font un fric monstre, puis jettent les salariés…

Et je refuse à travers cet exemple, et des millions de licenciements économiques de ce pays d’entendre la responsabilité s’étendre sur NOUS.

Je ne discute pas des chiffres, je m’en moque, je n’ai aucun accès pour réaliser plus ou moins pour nos chers employeurs.

Je crie juste au scandale, le Président des Français ne peut laisser entendre que le peuple français ne travaille pas assez !

S’il existe des problèmes, allons voir du côté des actionnaires, pas des ouvriers.

Et si tout ça et pour critiquer les trente-cinq heures, la retraite à 62 ans. La ficelle est grosse. Accuser tout le monde pour les problèmes du capital. Non, ce ne sont pas les acquis sociaux qui posent problème, mais votre gestion. S’il faut travailler plus, pourquoi ne pas éradiquer le chômage ?

Total Page Visits: 169 - Today Page Visits: 5

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *