Élections présidentielles 2022 : Si tu n’as rien à dire, trouve-toi un ennemi !

Élections présidentielles 2022 Anne HIDALGO
Élections présidentielles 2022 Anne HIDALGO

Élections présidentielles 2022

Ce matin, Mme la Maire de Paris s’en prenait à l’homme sombre, candidat potentiel aux élections présidentielles. Je n’ai entendu que ça de son intervention, car les journalistes n’ont repris que cet extrait. « il faut faire le buzz », c’est cela l’actualité… un spectacle, un mauvais spectacle.

Je n’ai aucune opinion sur la candidate, et je ne m’intéresse pas au candidat potentiel, ce que je constate, c’est que le show politique se base toujours et encore sur la polarisation. La politique se présente par un camp de bonnes personnes contre un camp de mauvaises personnes. Le camp trouve à chaque fois sa valeur dans la dénonciation de l’autre camp, le principe est « je suis bon, car l’autre est mauvais ».

Mon enfance a été bercée par la polarisation gauche/droite. C’était simple pour moi…la gauche était gentille, la droite méchante. Des preuves ? à gauche, il y avait mes parents, leurs amis, la classe ouvrière, tous les prêtres que je côtoyais … à droite les patrons, le fric les CRS qui tapaient allègrement sur les gens de gauche. Mon enfance s’est inscrite dans les luttes sociales, j’ai appris que ne pouvait pas accepter ce monde d’exploitation, de mépris.

Sincèrement, je trouve encore que mes sentiments étaient honorables, qu’aujourd’hui encore, ils me portent. Certaines idées, telles que l’autogestion, la démocratie permanente restent des espaces de création…mais Mai 1981 est arrivé.

Avant, nous avions bien vu que la gauche avait pour leader un ex-membre de l’extrême droite, que le Psu avait perdu son âme… mais on était toujours dans ce raisonnement simpliste : gentils à gauche, méchants à droite.

Je ne refais pas l’histoire, il a fallu peu de temps pour réaliser que le pouvoir n’est pas aux idées, mais au fric, que le pouvoir corrompt.

J’ai eu mon expérience, j’ai travaillé avec des élus importants et j’ai pris des leçons : un scandale local éclate, le politicien de droite s’est servi dans les fonds de formation pour les jeunes en difficultés, mon élu de gauche me dit : « Le con, il s’est fait prendre, nous, on aurait fait pareil, mais on aurait su se cacher… »

C’est la période gauche caviar, avec les faux emplois, les fausses factures et surtout les mensonges … (je ne parle pas de rumeurs.)

Merci, à tous ces escrocs, j’ai appris que le discours, la politique ne sont qu’un service du pouvoir, et le pouvoir n’est au service que de lui-même.

Pourtant, le papi Marx l’avait déjà dit « l’économie est déterminante, sur l’idéologie et la politique . »

Dans le film Tuche 3 (Tuche président.) une scène est remarquable, le Président Tuche découvre qu’il n’est qu’un employé du capital, du CAC 40… Parodie pleine de sens (au passage, vous pouvez relever la référence culturelle bien différente.).

Tout cela, non pas pour dire « tous pourris », mais ce ne sont pas les clivages politiques qui feront avancer notre monde. Dans son dernier livre, Michel Rocard relève que les avancées sociales sont toutes dues à la société civile…

La simplification politique, c’est aussi le mythe de l’homme « omnicompétent ». Interrogez n’importe quel personnage politique, il a un programme qui répond à toutes les questions. Les programmes, chacun le sait ne sont que des promesses…

Personne n’a des capacités d’expertise dans tous les domaines. Pour ma part, ma carrière dans l’action sociale m’autorise à formuler des avis sur la question sociale, mais je suis incapable de produire un plan économique, une stratégie vaccinale… Etc.

Il serait intéressant, non pas de clamer des réponses rassurantes et simplistes, mais de faire confiance aux personnes impliquées pour orienter les choix. Par exemple, en action sociale, les populations « paupérisées » connaissent mieux que moi, les besoins et les urgences. Pour se diriger, ne cherchons pas des super-héros, des vedettes, mais des principes humanistes, des lignes de conduite.
En 1948, 58 Etats ont ratifié la Déclaration universelle des droits de l’homme, cet accord humaniste, écologique, « planétologique » est sans doute le plus beau socle de réflexion partagée. 

L’idée : pas de programme, le projet d’avancer ensemble !

Total Page Visits: 67 - Today Page Visits: 1

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *