Edito 3 – Appels à témoignages et urgences

Le journal abrasif à besoin de vous !

J’ai mis de l’eau dans mon pastis, non, pire, du coca, un édito 3 fois moins corrosif pour l’estomac mais toujours aussi abrasif et qui ne mâchera certainement pas ses mots. Vous êtes prévenu ^^ Bienvenue sur le seul Webzine à 100% sans publicités et à 300% gratuit, sans langue de bois et franc-tireur.

Nouvelle semaine, nouvelle orientation, nouveaux projets, bref, beaucoup de travail en perspective, nous sommes débordés ; et c’est tant mieux, nous aimons travailler car nous sommes de vrais passionnés bénévoles, je le rappelle.

Nous accueillons une nouvelle rédactrice, Aurélie B., qui a la prose facile pour témoigner de choses très durs, comme la précarité extrême.

La peur abyssale qui étreint les cœurs éteints et se révèlent à la vie dans la rue, nous rappelle à la psychanalyse des portions de trottoir. En effet les femmes à la rue se dévitalisent, les pensées deviennent moroses, les peurs dans le cœur et la violence de ceux qui ferment leur porte-monnaies et leur cœur. Alors se retrouver seul face aux portes de l’abnégation dans la rue est un précipice à vaincre. Il faut ensevelir les violences faites aux femmes, qui sont rédhibitoires. Il reste la manche pour toute respiration dans cet univers particulier. Les autres se bagarrent autour d’elles pour rester en vie pour survivre. Battons nous pour réaliser leurs rêves.

Aurélie B. du journal abrasif

Elle prépare un article sur la vie des sans-abris, je suis sûr qu’elle sera à la hauteur car elle l’a vécu et agira en tant que rédactrice de terrain, comme tous les membres de l’équipe du journal abrasif.

Le journal n’a que 30 jours d’exercices et il est déjà pris au sérieux par de nombreux lecteurs, parfois boudé pour son côté corrosif, mais on a fait des efforts sur la vulgarité. Pardon, j’ai fait des efforts auprès des suceurs, je ne les insulte plus, je les ignore. Qu’ils aillent tous quand même se faire (gros mots) et (gros mots) plus un petit café. J’adopte l’auto-censure à présent ; ça reste quand même une belle brochette d’enculés ! Merde ! Je m’excuse ! J’ai dérapé une fois de plus.

Je lance un appel à témoignages pour le journal sur les sujets invisibles comme l’handicap et le polyhandicap, la précarité extrême, et si vous avez d’autres sujets à nous proposer, n’hésitez pas à contacter la rédaction ; le journal des oubliés sera vous recevoir et vous comprendre. N’oublions pas, l’équipe est composée d’oubliés du système et surtout de terrain, oui, ça fait beaucoup d’oublis tout ça 😉

Il faut à tout pris nous aider à relayer cet article sur la grossophobie c’est un sujet qui me tient à cœur, moi-même obèse. La discrimination des obèses doit cesser !

Aussi, ce sujet sur les Femmes SDF de France premières oubliées de notre pays, d’après un avis très personnel. C’est un fléau national et une crise sévère à éradiquer. La lutte contre les #ViolencesFaitesAuxFemmes doit se rattacher à la cause de lutte contre les violences sexuels et de tout genre que doivent subir ces Femmes SDF.

Voilà, j’espère que vous allez bien, prenez soin de vous et de vos proches pour les fêtes et toute l’année. Une pensée aux personnes seules qui subissent la précarité en silence sans jamais se plaindre. Plaignez-vous, hurlez, que l’on vous entende, faites du bruit, criez votre souffrance, ce n’est pas une honte, c’est vitale. J’ai connu cette situation et j’ai failli en mourir à cause de mon silence.

Il faut alerter les urgences pour sauver ces personnes seules toute l’année. Il n’y a que les Sapeurs Pompiers à appeler, c’est triste aucunes compagnes de sensibilisation n’existent, à ma connaissance, à ce sujet. Ou alors, je ne les entends pas, c’est très grave. Les seuls numéros d’urgences :

Le 115 également pour les personnes sans abris. Qu’elle galère de rassembler tous les numéros d’urgence, une heure que je cherche sur les moteurs de recherche.

Total Page Visits: 231 - Today Page Visits: 1
Avatar

Lionel Belarbi

Sur ce blog je traite et analyse des sujets d’actualités qui me font frémir de délire, sans avoir un avis journalistiques ou autres, j’exerce en toute impunité.Écrivain bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique.Merci de me signaler les photes d'orthographes, elles sont nombreuses et je m'en excuses par avance.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de