Dossier WOKE : Citoyens résistons au Wokisme !

Citoyens résistons au Wokisme
Citoyens résistons au Wokisme

Citoyens résistons au Wokisme !

Depuis quelques années, vous avez remarqué que le monde change et cela semble s’accélérer. Cela va du simple remplacement de mot – peut-être utilisez-vous désormais le mot « genre » au lieu du mot « sexe » – jusqu’aux émeutes en bas de chez vous en passant éventuellement par une obligation, a votre travail, de suivre une formation ou de vous exprimer en écriture inclusive.


Il est désormais normal pour vous de voir paraître un article dénonçant une nouvelle fois une dérive de la « gauche woke », allant de la simple altercation verbale au meurtre en passant par la perte d’emploi, et ceux sur des journaux courants tels que L’Express, Marianne, Le Monde, Le Journal abrasif, Le Point ou encore Le Figaro.
Mais comme une majorité des Français, vous n’y comprenez rien ? Ce n’est pas grave, petit tour d’horizon de l’idéologie woke.

« Woke », Quézako ?

Le mouvement woke vient au démarrage des USA, pays de la liberté, et signifie que l’on est réveillé face aux injustices de la société tels que le racisme, l’homophobie ou encore le sexisme.
Ce terme a été utilisé par les militants eux-mêmes pour se qualifier et a été popularisé par le mouvement Black Lives Matter (on y reviendra plus tard) pour définir leur militantisme, mais de nos jours il est utilisé comme analogue a l’expression « Social Justice Warrior », a savoir un militant adhérant aux théories de l’intersectionnalité et de la déconstruction et étant généralement très agressif.

Quelle est la base de leur idéologie ?

L’intersectionnalité

Contrairement a une idée répandu, le wokisme (l’idéologie auquel adhèreraient les wokes) n’est pas une théorie d’extrême gauche complaisante avec l’Islam (« Islamo-gauchisme »), ou du moins pas exactement.
Les deux principaux piliers du wokisme sont la déconstruction et l’intersectionnalité.


L’intersectionnalité est la théorie selon laquelle plusieurs discriminations se croisent chez une même personne, par exemple une femme noire pourrait être victime d’une « oppression » (discrimination a l’emploi et au logement, contrôle au faciès…) à la fois parce qu’elle est de sexe féminin et de couleur noire ; un homme transgenre homosexuel serait ainsi discriminé à la fois parce qu’il est transgenre et homosexuel, sa transidentité et son homosexualité entrant alors en « intersection », d’où le terme.

La déconstruction


Cette théorie peut paraître plutôt logique dans le cadre des discriminations comme on les conçoit (et certains exemples historiques ou statistiques ont tendance à valider ou réfuter l’intersectionnalité), mais selon l’idéologie woke, les discriminations sont systémiques : le monde entier (aussi bien l’Etat que les entreprises et associations et même chaque individu) en est coupable, quelque soit ses actions, car nous aurions tous « internalisé » des biais discriminatoires à l’encontre des femmes et des minorités, ces biais guidant notre perception du monde et nos interactions sociales.


Ainsi, lorsque vous parlez de la pluie et du beau temps avec un Noir, la question n’est pas de savoir si c’était raciste, mais comment ça l’était, selon la sociologue Robin DiAngelo.

Les SJW, couramment appelés « wokes » dans les médias, ne paraissent pas être dangereux pour nos démocraties. Après tout, ce sont deux-trois pelo drogués a l’écriture inclusive et a l’intersectionnalité qui n’ont que Twitter dans la vie, non ?
Et bien, si seulement. Je souhaite appeler aujourd’hui tout mes concitoyens a résister au wokisme, qui est loin d’être une minorité bruyante sur les réseaux.

Citoyens résistons au Wokisme
Citoyens résistons au Wokisme

Le « wokisme », pas qu’un délire passager des jeunes sur la Toile

Le mouvement des Social Justice Warrior, le Wokisme, n’inquiète pas grand monde, en raison de la faible adhésion et de la faible compréhension du public moyen de cette idéologie (et pour preuve, la majorité des Français ne connaissent pas encore des termes comme la cancel culture ou le privilège blanc c qui est une bonne chose).
Cependant, il a bien des impacts dans la vie réelle, et ce, au-delà des quelques universités Américaines : Au Québec, le gouvernement est désormais contraint par la justice de ne plus genré ses articles de Loi, et au Royaume-Uni, le gouvernement prend des mesures contre la cancel culture.

Plusieurs grands journaux, comme le Figaro, l’Express, le Journal Abrasif, Sputnik News ou encore Marianne parlent désormais régulièrement de cette idéologie et de ses impacts. Vous avez sûrement remarqué que vos films et séries préférés vous font désormais la morale, que de plus en plus de marques changent les noms et l’affichage de leurs produits, et pourquoi pas de leurs employés, tandis qu’il est désormais courant de voir des dénonciations publiques de tout les noms comme la dénonciation publique de professeurs « islamophobes » sur les murs d’une université a Grenoble, moins de six mois après la décapitation du professeur d’histoire-géographie Samuel Paty.

Ce n’est pas qu’un problème pour le mâle-blanc-hétéro-cisgenre

Les wokes, un problème de mâle blanc cisgenre hétérosexuel ? Loin de là. En effet, tandis que les mâles blancs hétérosexuels et cisgenres se contrefichent de l’idéologie woke qui ne changera pas leur quotidien, les LGBT et les personnes de couleurs subissent de plein fouet cette idéologie : ça va des simples menaces physiques envers des personnes transgenres pour un simple désaccord a une véritable hécatombe d’Afro-Américains a cause des manifestations Black Lives Matter, environ 3 000 morts.

Les termes « woke » et « wokisme » remplacent petit à petit le terme de « SJW » dans les médias pour décrire ces militants virulents, manichéens et sectaires qui pullulent sur la Toile, mais aussi dans les universités et, de plus en plus, dans la vie quotidienne.


Cependant, il y a énormément d’idées reçus sur ce mouvement, qu’il faut absolument éradiquer pour combattre le wokisme en tant que dérive sectaire à part entière.
Le « wokisme » est le nom donné récemment a l’idéologie des SJW (car, oui, ils ont une idéologie à part entière) et le terme « wokistan » fait référence au monde des SJW.
Mieux connaître le wokisme pour mieux le combattre : c’est parti !

« La première victime du wokisme est l’homme blanc cisgenre fragile ! »

Citoyens résistons au Wokisme
Citoyens résistons au Wokisme

L’idée reçu principale qui ressort lorsqu’on pense au wokisme et aux SJW, c’est que la principale et même la seule victime de cette mouvance sera l’homme blanc hétérosexuel cisgenre.
Sauf que… c’est faux, au contraire même.


Connaissez-vous Black Lives Matter ? C’est un mouvement aux revendications antiracistes en apparence, mais cachant de nombreuses dérives. Ce mouvement est à l’origine de la propagation du terme « woke ».
Suite a la mort de George Floyd, un Afro-Américain écrasé par le genou d’un policier (une véritable bavure policière donc) de gigantesques émeutes ont eu lieu au pays de la liberté, entre Mai et Août 2020. Certaines métropoles comme Minneapolis ont littéralement démantelé leur police (faudrait qu’ils changent le nom de leur ville alors…) et cela a causé un véritable chaos.

Mais pourquoi je parle de ça ? Parce que ce mouvement a causé une hausse de +30% des homicides dans une trentaine de métropoles américaines, et on estime que 82% de ces victimes sont noires. Un calcul rapide montre que 3000 Afro-Américains de plus que la « moyenne » annuelle ont été tués a cause de la hausse de la criminalité créée par le mouvement Black Lives Matter. (source)


Au delà de Black Lives Matter, il est dorénavant courant que des militants LGBT+ ou féministes se fassent harceler par les wokes, et que des femmes, des gays voir des transgenres se fassent menacer de violence physique voir tabassés en pleine manifestation en raison de leurs positions jugées « problématiques » par les wokes. Ainsi, l’oppression des minorités causés par les wokes s’ajoutent aux discriminations « classiques » de ces mêmes minorités ; tandis que l’homme blanc hétérosexuel et cisgenre, lui, n’est victime que d’une minorité des meurtres, des suicides et des problèmes causés par cette idéologie en général.

« Le wokisme n’est présent que sur les réseaux sociaux : ça n’existe pas dans la vie réelle ! »

Une autre idée reçue bien ancrée dans les mentalités est que le wokisme n’est présent que sur les réseaux sociaux, que ce n’est qu’une minorité bruyante et que ça va passer.
Cependant, c’est faux et il est dangereux de croire le contraire. Vous n’avez pas remarqué un changement dans votre vie quotidienne ? Ça va de votre série télévisée qui se met a vous faire la morale a votre université bloquée pour une obscure affaire de discrimination systémique qui n’existe pas.
Des produits qui changent de nom comme l’Oréal, des pancartes féministes qui ne parlent plus de féminicides, des gens qui évitent certains mots…


Le wokisme a d’or et déjà investi la vie quotidienne, aussi bien aux USA qu’en France. C’est ainsi que des associations sérieuses comme le Planning Familial se mettent a parler de « personnes qui menstruent » et a légitimer l’excision, que certains hôpitaux bannissent des termes tels que « lait maternel »…


Dorénavant, même les gouvernements prennent la menace de la cancel culture au sérieux : Aujourd’hui, plus d’une conférence sur 1500 a été annulée au Royaume-Uni en raison des opinions de leurs intervenants, cela peut paraître peu, mais rapporté a l’échelle du Royaume-Uni, c’est énorme. C’est pourquoi le gouvernement prend maintenant des mesures contre la cancel culture ! Et ils ont raison de s’inquiéter : il y a eu des cas d’arrestation a domicile et de mise en garde a vue pour ne pas avoir correctement nommé des transgenres !


D’ailleurs, l’illustration de cet article démontre que le wokisme est très loin d’être confiné aux confins du Web. Elle montre un défilé de la GayPride 2020 où sont séparés les personnes « racisées » des personnes blanches, et où il est écrit « ACAB ».
Enfin, les Blacks Blocs, manifestants casseurs très présents pendant les manifestations des Gilets Jaunes, sont d’un courant proche du wokisme (anarchisme révolutionnaire et antifasciste) même si ils n’en sont pas issus directement.

« Le wokisme, c’est du gauchisme progressiste ! C’est les LGBT ! »

Citoyens résistons au Wokisme
Citoyens résistons au Wokisme

Pour une fois, je vais démonter un mythe de droite (voir d’extrême-droite) : le wokisme n’a rien a voir avec le progressisme et la gauche. ils n’ont rien en commun avec les militants féministes et LGBT. Les militants conservateurs n’utilisent pas le terme « SJW » et préfèrent amalgamer le wokisme au progressisme en général pour des raisons politiques évidentes.


Au contraire, ce terme est très souvent utilisé par des gens de gauche, voir des militants féministes et LGBT+ qui en ont marre de voir leurs luttes réduites a néant par les wokes et leurs faux-combats, a tel point que le #PasEnMonNom a été créé à l’occasion de la GayPride 2020. Bien que le terme « SJW » ai des origines floues et que peu de militants se qualifient eux-mêmes de ce terme, le terme « woke » a été inventé par les wokes eux-mêmes et popularisés par Black Lives Matter, ce n’est donc pas un terme provenant tout droit de l’extrême droite.

Pour la gauche, si certains partis politiques de gauche et d’extrême gauche adoptent les principes wokes, les wokes rejettent a peu près tout les partis politiques !
En effet, il ne faut pas oublier que les wokes sont anarchistes et pensent que la société complète, y compris vous et moi, est en proie a des biais oppressifs envers les minorités et a une tendance a catégoriser tout opposant a droite ce qui ls empêche d’être politiquement représentés, mais cela ne les empêche cependant pas d’avoir une influence dans la sphère politique via l’effet de masse et via les associations et les universités (oui, encore…).

Enfin, il faut savoir les marxistes-léninistes et même certains anarchistes rejettent les wokes, en les traitant de bourgeois ! Certains groupes sur Twitter et Discords, composés en grande majorité de militants d’extrême gauche, se positionnent contre les wokes et se livrent a des « raids humoristiques », tout en produisant des mèmes a leur sujet.


Total Page Visits: 464 - Today Page Visits: 5

The Perturbator

"Les GJ et autres mouvements sociaux réagissent par l'émotionnel Je vais donc réagir par le rationnel"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *