Débat : Quand la politique sombre dans la télé-réalité…

Débat second tours 2022
Débat second tours 2022

Débat second tour 2022

Ce n’est pas une surprise, le grand débat d’entre les deux tours a opté pour une forme de spectacle, entre combat sportif et jeu, les deux présidentiables ont causé.

Le spectacle

Des ressorts classiques …

La bataille des chiffres, c’est faux ! Voici les vrais chiffres… puis nous avons eu également des petites phrases assassines, des reproches stériles … vous ne parlez pas de ça … dans le temps vous avez dit ça…

Bref, du jeu qui n’apporte rien, qui ne rend personne plus intelligent, et qui réduit la politique à un sens de la répartie.

Des attitudes charmantes …

Ça aussi, cela fait partie des classiques, tous les deux ont usé de séquences émotions, ils se sont approprié la souffrance des pauvres, des handicapés, des enfants.

Des attitudes méprisantes …

Des moues, des regards refusés, des sourcils levés, une posture de rejet de l’autre…. Dans le mépris apparent, Macron a honoré sa légende.

Le débat absent…

Ils ont parlé fric, Europe, environnement, sécurité, éducation, immigration … et ils n’ont rien dit. Ni l’un ni l’autre. Rien de ces miettes ne forme un projet. Ce n’est pas parce que l’on défend l’Europe, que l’on définit l’Europe de demain, dans le monde de demain. Ce n’est pas en se battant sur de primes factuelles ou pérennes que l’on définit la place des travailleurs … ce n’est pas en mettant plus de maths que l’éducation est prise en compte …

Le seul point où on peut percevoir un projet, c’est sur le positionnement sur le voile, sur la lutte contre les islamistes … du vrai facho, pur jus.

Moralité …

Pas de surprise, une téléréalité, avec des personnes sans intérêts, mais surtout une absence totale de projet de société, une absence de réflexion. La politique n’est qu’un jeu de questions/ réponses très éloignées des préoccupations réelles …l’avenir des hommes et de la planète. 

Avatar photo

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

1 Response

  1. Les féminicides abordés, sabordés très vite je trouve. Pour les personnes handicapés, ça vite était balayé. Mais bon, un débat assez sage (trop ?).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.