COVID 19 – Vivons ensemble, vivons fâchés

COVID 19 - Vivons ensemble, vivons fâchés
COVID 19 – Vivons ensemble, vivons fâchés

COVID 19 en cette période


En cette période unique dans l’histoire de l’humanité, un virus aura terrassé bon nombre de nos chères valeurs républicaines et humanistes parmi lesquelles le Vivre Ensemble était l’une des plus fondamentales.
Le prénommé COVID 19 et ses cousins mutés n’auront pas aidé les Français à se rassembler. Bien au contraire. A croire que l’histoire de l’Homme ne soit constituée que de clivages et d’une impossibilité caractéristique à s’entendre et ne faire qu’un.

« Vous allez finir par vous aimer les uns les autres, bordel de m**** », Jesus II, le retour

Les inconnus

Car si l’on regarde dans le rétroviseur, qu’il s’agisse de la fin du 20ème siècle ou du début du 21ème, l’hexagone aura brillé par son incapacité à s’unir – l’ironie du sort voyant les français se retrouvaient lors de grandes victoires sportives jusqu’à ce que les politiques en récupèrent les contours.


Quoi de plus simple que de refuser la différence pour se confort(m)er dans un entre soi presque communautariste.
Ce fut l’histoire des travailleurs immigrés et de l’échec de l’assimilation et de l’intégration. Face à la montée du Front National, l’émergence de SOS Racisme comme bouclier incendiaire d’une France clivée en deux. Puis vint le djihadisme et l’ostracisation des musulmans. Pas d’amalgame, tous dans le même panier… jusqu’en décembre 2019.

Depuis, l’humain s’est aperçu qu’au-delà de ses aspirations politiques, économiques ou religieuses qu’ il était un mortel avant tout. Désormais, interdits les bisous et d’accolades, l’hymne est à la distanciation sociale. Comble du sort : le confiné n’aura jamais autant envié la liberté du sans abri.

Des confinements aux déconfinements, en passant pas les couvre feux à 18h, 19h voire 21h, pas facile d’être un humain serein en 2020. Et pour passer le temps, abreuvons nous en information. Du Covid en veux tu en voilà, décompte du nombre de morts : un climat plus qu’épanouissant pour tout à chacun. Mais soyons confiants, bientôt viendront les vaccins.

Puis, un beau jour d’août 2021, le Pass sanitaire débarqua avec en toile de fond, une redéfinition de l’oppression en place : un soulagement pour les musulmans vaccinés, le début des galères pour le peuple français non vacciné. Et encore une fois, place au pas d’amalgame. Tous dans le même panier, celui des complotistes qu’il s’agisse d’un individu en attente de sa seconde dose de vaccin, d’un individu n’ayant pas encore entrepris les démarches mais souhaitant passer ce cap : tous des ANTIVAX

Au-delà de la réelle dangerosité du virus – elle n’est plus à démontrer, les études scientifiques le prouvant – les retombées sociétales seront également sérieuses : elles n’auront fait que distancier un peu plus les gens les uns des autres, créant même des scissions au sein d’un même noyau : entreprises, amis et familles. Nul doute qu’il sera difficile de s’en relever et de tendre de nouveau la main- à moins d’être passée au gel hydroalcoolique- vers son prochain.

Vues : 2

Kevin BOËDARD

je souhaite mettre à profit ma passion pour l'écriture pour traiter de sujets sociétaux qui me tiennent à cœur (le handicap, politique nationale et internationale) ou encore des sujets plus transversaux sous un angle critique (dopage dans le sport, hooliganisme dans le sport etc.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *