Balance Ton Infirmière

infirmière

Un amour d’infirmière

Kheira est une infirmière de 45 ans. Elle a le même prénom que ma défunte mère et les mêmes origines. Kheira et ma mère sont originaires d’Oran, d’un petit village au doux nom de Mediouna.

Je ne fais pas de transfert avec cette infirmière, même si elle me rassure comme une mère. Elle a beaucoup d’autorité et elle sait la gérer parfaitement en fonction du tempérament de chaque patient.

De temps en temps, Kheira dépanne les patients qui n’ont pas les moyens de quelques clopes après le déjeuner. Un patient calme et respectueux peut espérer beaucoup d’elle : une conversation, un passe-droit, dans la limite du raisonnable. Pour conclure, c’est la plus humaine des soignantes de jour, elle est parfaite. Il ne faut pas que j’oublie de mentionner que la majorité des soignants sont aussi professionnels et fort sympathiques.

Les connasses et trous du cul représentent une minorité. J’ai beaucoup de respect pour ces femmes et hommes qui travaillent aux Noisetiers ; ils encaissent fort.

Total Page Visits: 1754 - Today Page Visits: 4

Lionel Belarbi

Tout d’abord, bienvenue à bord de mon bâtiment de guerre, la rubrique des chroniques qui piquent. La température y est tellement haute que je ne peux l’évaluer. Vous êtes invités à me signaler tous délires disproportionnés, même si j’en ferai encore plus face à la critique, car elle m’excite. Je traite et analyse des sujets et thèmes qui me font frémir de délire, j’exerce en toute impunité. Auteur bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique, je me prends toujours au sérieux, ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.