Avanti Populisme ! Valérie à la manœuvre….

Avanti Populisme !
Avanti Populisme !

Avanti Populisme !

« Oui être Français, c’est avoir un sapin de Noël, c’est manger du foie gras, c’est élire Miss France et c’est le Tour de France parce que c’est cela la France. »

@vpecresse

#Pecresse2022

La déclaration de la candidate autour du foie gras anime l’actualité, on commente, on se moque, mais est-ce une erreur tactique ?

Le parfait respect des règles du populisme !

Dans un article précédent, je citais le livre passionnant de Gérald Bronner « apocalypse cognitive » (PUF), dans le chapitre « l’avenir ne dure pas si longtemps », il explique le populisme : « Le type de représentation politique du populisme est donc protéiforme, mais repose invariablement sur trois piliers qui sont : l’hypostase de l’idée d’un peuple homogène, la volonté qu’il exerce son droit sans médiation enfin par symétrie, la malfaisance consubstantielle des élites ». Dit autrement, le populisme, cette démagogie qui flatte les peuples se constitue d’une lecture très approximative de la sociologie (les hommes, les femmes, les Français…), d’une idée que le « bon peuple » possède le bon sens, qu’il est souverain et enfin que les décideurs sont des mauvaises personnes…

Dans l’intervention de Pécresse , tout y est : elle définit le Français, qui ne peut être végétarien par exemple, le bon sens du bon peuple, « c’est ça la France », et enfin sans les nommer elle attaque les affreux écolos qui refusent le foie gras aux banquets officiels, qui sauvent les sapins, refusent le tour de France… Etc.

La manœuvre est habile !

D’abord, on va parler d’elle, elle crée l’événement… Et comme l’information fonctionne par l’évènement, elle a raison.

Elle flatte énormément de personnes… Les amateurs de foie gras, les admirateurs des miss, les amateurs de cyclisme.

Elle envoie les verts dans une image de puristes coincés et impopulaires.

Enfin, elle amène le débat sur le non-débat, l’image, la proximité ….

Vous pouvez évidemment vous moquer… Mais chaque raillerie conforte son image. Bien joué Valérie.

« Valérie Pécresse raillée après ses propos sur le foie gras »

Raisonnement par l’absurde…

En mathématiques, on utilise parfois le raisonnement par l’absurde pour valider ou invalider une proposition. Essayons la déclaration de la candidate.

Au début, il s’agit d’une décision de maires écolos « plus de foie gras aux réceptions officielles », donc s’opposer à cette idée revient à imposer le foie gras… À quand les manifestations pour que nos nouveaux seigneurs se gonflent le ventre de produits chers ! J’entends déjà le peuple crier « du homard, les crevettes, y en a marre ! », dégouté du pâté, le foie nous sauve », « on n’est pas con, on veut des œufs d’esturgeon ! »

Il faudrait donc dénoncer les élus qui refusent le luxe.

Oui, les élus doivent dépenser pour l’apparat. … En fait, toute la question est bien l’apparat des communes. Le scandale est que des élus municipaux pensent gérer autrement que dans le luxe, les habitudes.

Mais de quoi se mêle Valérie, les élus en question rendront compte devant leurs électeurs.

Ces décisions ont des fondements, à discuter. Que ce soit la bientraitance animale, l’environnement ou la politique culturelle, on peut tout de même imaginer qu’en France, le débat est possible… Ce n’est pas du populisme que de revendiquer le droit démocratique.

La vraie question…

Une période dans ma carrière, j’étais Chef de projet dans le cadre de la politique de la ville, avec le maire, un type très bien, nous avons mené des actions porteuses de sens et réussies. Un jour, il m’a dit : « Tu sais tous les ans, rien qu’en fleurissement de la ville, je dépense tes trois années de politique de la ville ».

Oui, la question est la satisfaction des électeurs. J’ai vu des personnes réclamer, car il n’y avait pas de guirlandes de Noël dans leur rue. J’ai entendu des personnes satisfaites des feux d’artifice du 14 juillet : « C’est un bon maire, bien dynamique ».

Voilà le vrai souci, ce qui paie, c’est l’image populaire.

Les maires verts choisissent de se battre contre les aspects populaires, ils sont téméraires… N’ont-ils pas d’autres combats ?

Oui, les miss France, je trouve ça nul, oui, le tour de France, je m’en fous… Mais on s’en moque, ce n’est pas un débat.

Quand on lutte contre ces travers on apparaît avec l’autorité du censeur, du puritain. Ce n’est pas en disant aux personnes qu’ils ont tort qu’ils iront vers autre chose.

Démontrons une autre culture, démontrons une autre gastronomie, démontrons une autre gestion… Créons l’ÉVÉNEMENT.

L’attitude critique heurte, beaucoup de personnes cherchent juste à être confortées dans leurs plaisirs, même leurs petits plaisirs : voir un cycliste ou une jolie fille sourire. C’est triste… Et alors? ce qui est plus triste c’est de décider pour les autres.

« Le peuple » n’est ni intelligent ni sot, il est ni victime du conditionnement médiatique, ni innocent… Car l’idée même d’un peuple est une aberration.

Il existe des personnes qui demandent leur place au soleil.

Désolé, mais Valérie Pécresse ne s’est pas trompée dans sa manœuvre…

Total Page Visits: 274 - Today Page Visits: 1

David Lerenard

Une vie de travail et une vie de nomade, environ trente emplois et autant de lieux d'habitation dans toute la France, des rencontres multiples et intenses. Sociologue, Directeur d'action sociale auprès de demandeurs d'asile, de jeunes en rupture sociale, de personnes handicapées et de différents services d'aide à la personne, l'auteur n'a cessé de fouiller les aventures humaines dans un seul souci, nourrir la confiance en soi de chaque âme en errance. Finalement heureux de se définir en clown aux bulles de savon, il cultive les lumières fugitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *