Attaque de panique et crise d’angoisses 2 souffrances différentes !

Attaque de panique et crise d'angoisses
Attaque de panique et crise d’angoisses

Attaque de panique et crise d’angoisses

Difficile de faire la différence lorsque l’on n’a pas connu les deux phénomènes que nous fabriquent notre psychisme dans des situations totalement différentes également.

1. Les attaques de panique

Surprenant de quitter son corps, d’avoir la sensation épouvantable qu’il ne vous appartient plus, un peu comme si il n’y avait plus de pilote dans un avion et que le pilotage automatique s’était déclenché !
Votre psyché a pris le pouvoir total
Les personnes qui ne l’ont pas vécu ne peuvent pas comprendre cette horreur, ce moment où le rien s’empare de vous.
Comment le définir si ce n’est en vous disant :
Imaginez qu’il n’y ait plus de planète, plus d’étoiles, plus de ciel, plus de soleil, plus d’atmosphère : plus rien !
Définissez RIEN !
Cela ressemble à un devoir de philo mais pourtant ceci explique exactement ce que ressent une personne en pleine attaque de panique.
Elle ne vous entend pas, elle parle sans vous parler puisque parler n’existe plus, ni entendre et encore moins écouter.
Le regard horrifié et dans le vide, dans ce néant décrit plus haut, son psychisme lui envoie des questions, comme un ordinateur tentant d’éviter le ‘reset’ :
Vais je mourir ? Ai je sombré dans la folie ? Suis je toujours vivante ?
Le ressenti est identique à la noyade, la personne en pleine attaque de panique peut tenter de se débattre, courir, marcher, hurler en eaux profondes et continuer à couler puisque les mouvements de survie sont perdus, oubliés, effacés, elle se débat donc et coule, coule encore.
Cet état pour les personnes autour d’elle peut ne durer de quelques minutes mais pour celle qui est dans l’épouvantable tornade, le temps a disparu et elle ne reviendra à elle que par un phénomène déclenchant de ‘rassurance’ qui n’appartient qu’à elle.
Elle restera pourtant en apnée et dans un abrutissement total comme si elle venait d’échapper à l’apocalypse, son apocalypse !

Ce qui est spécifique à cet état est qu’il surviendra toujours aux mêmes endroits où mêmes conditions, ou circonstances où et quand il est apparu la toute première fois, là est la distinction première avec la crise d’angoisse.

Sachez que si vous en avez souffert une fois de nouvelles attaques sont non seulement possibles mais fortement probables, de plus, le caractère génétique est un terrain non négligeable, je pourrais dire même une piste à suivre car si dans votre famille, votre mère, père, ou grands parents ont souffert de la même chose ils auront sans aucun doute trouvé la manière soit de les éviter, soit de les faire cesser de suite.
Elles peuvent et pourront disparaître durant des mois, des années et puis d’un coup et simplement parce que votre psychisme aura repéré un moment, un endroit, une circonstance quasi similaire une attaque surviendra avec toujours comme prémisse cette impression de chaleur dans la nuque.
Cela peut être : dans un supermarché spécifique devant un rayon spécifique, dans un restaurant devant un plat spécifique, dans un parc idem… etc…
Le fait d’être seule ou plutôt sans la personne que votre psyché a choisie comme point de retour et d’encrage est un phénomène déclenchant, cela pouvant être un parent ou un conjoint cette ancre devant de par le fait assumer de l’être au point parfois du plus mal ne pas pouvoir s’éloigner à plus d’une distance que votre souffrance aura définie et en restant continuellement en contact avec vous.


Il s’agit fréquemment de la personne qui vous a vu partir et revenir de cet état et qui est donc devenue pour vous l’indispensable, l’unique !
Ce qui reste extrêmement douloureux sont les questionnements  :
La peur de l’attaque de panique en est elle le déclencheur où est elle pire que l’attaque ?

Bien sur, un terrain anxieux favorise l’apparition de cette percussion c’est pour cette raison que j’en viens à parler des crises d’angoisses.

2 – Les crises d’angoisses

Beaucoup moins invalidantes certes mais douloureuses, les crises d’angoisses sont plus fréquentes, d’ailleurs qui n’en a jamais connues ?
Les crises d’angoisses ont elles des causes définies souvent liées à une ou des craintes :
– Un  examen à passer, un entretien d’embauche, monter dans un avion-un ascenseur… Le retard d’un être aimé, etc…
Elles s’accompagnent souvent de tremblements, de palpitations, de transpiration excessive et font bien sur craindre les cas les plus graves comme une crise cardiaque car elles s’accompagnent également souvent de douleurs thoraciques qui en fait ne seront qu’une courte atteinte au plexus solaire.
La personne en pleine crise d’angoisses sera capable de s’exprimer et d’exprimer son ressenti qui sera bien entendu la peur, contrairement à la personne en état de panique.
Respirer dans un sac en papier pourra aider à calmer la crise d’angoisse mais à ne jamais pratiquer sur une personne en état de panique qui ne ferait qu’aggraver les choses.
Elles peuvent aussi s’accompagner de la peur de se mutiler dans certains cas très spécifiques.

3 – Les causes, les ennemis, les traitements

Je ne saurai trop vous conseiller de consulter un thérapeute afin d’évacuer ces souffrances et surtout d’en trouver la cause, vous serez étonné d’ailleurs de constater que par exemple un abandon de quelques minutes lors de votre petite enfance pourra être à l’origine de vos attaques de panique !
L’abandon est un nid privilégié par toutes les formes d’angoisses des plus simples aux plus extrêmes tant pour l’abandon que pour les crises.
Bien sur, questionner son entourage sur les retours génétiques est important.

Pour ce qui concerne les ennemis, le premier est notre alimentation n’oublions pas que notre ventre est notre deuxième cerveau et que tout ce qu’il peut stocker de mauvais aura une répercussion sur nos ressentis et l’expression ‘avoir la boule au ventre’ est bien l’exemple que cela ne date pas d’aujourd’hui. Tentez de remarquer quelle est votre état d’esprit ou votre humeur lorsque vos intestins dysfonctionnent (diarrhée ou constipation) c’est étonnamment parlant !
N’oubliez donc pas l’existence des probiotiques et leur côté indispensable.
L’alcool est souvent un refuge pour les personnes angoissées mais un ennemi certain car si son effet est effectivement anxiolytique sur le moment, il est on ne peut plus anxiogène lors de la descente ceci provoquant malheureusement l’alcoolisme en tentant d’associer un bien pour un mal encore plus douloureux.
Il en est de même bien entendu pour toutes les substances appelées illégales.

Les traitements :

Attention à la grosse artillerie pour laquelle l’on est tenté d’opter lorsque la souffrance est grande !
Certains psychiatres ont la main lourde et votre médecin traitant est plus souvent apte à vous soulager sans forcer la dose d’autant plus s’il est votre médecin de famille.
Les médecines alternatives ont également de très bons résultats, comme l’acupuncture et bien suivre pour cela la liste des officiants https://acupuncture-medic.fr/

Ne consulter jamais un acupuncteur au hasard ou au bouche à oreilles sans la vérifier.

L’homéopathie, la naturopathie, l’aromathérapie sont aussi des alliés à ne pas négliger mais évitez toujours l’automédication.
Pour ce qui concerne les attaques de panique, après avoir admis qu’il s’agit d’une maladie comme une autre comme il en est du diabète, il vous faudra parfois aussi accepter non pas de prendre systématiquement des benzodiazépines à moins que cela vous soulage réellement ce qui est souvent le cas mais en très petites doses mais surtout et au moins toujours en avoir sur vous afin d’éviter que la surprise vous prenne en mal et en otage.
JAMAIS de prises sans consultation et surtout sans dialoguer régulièrement avec votre médecin à ce sujet.

diane journal abrasif

Diane [Auteure]

Femme psy - Auteure - Présidente d'une association luttant contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Ma plume peut être aussi corrosive que compatissante selon l'actualité. Acide où humoristique selon mon humeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *