Angoisses et idées noires [Poèmes en Prose III]

Angoisses et idées noires
Angoisses et idées noires

Angoisses et idées noires

Je vous ai tant désiré, sans angoisses et idées noires, mes douces amies. Pour un flirt, avec vous, j’aurais donné ma poudre de perlimpinpin aux anges, gardiens de ma stabilité. Ce soir, je veux faire le grand saut, bandes de salops ! Je ne sais même plus à qui vendre mon âme, avec quoi me pendre. Fendre la carotide de ce corps fétide et meurtri pour que le sang coule, coule et saoule mes esprits de gauche à droite et de droite à gauche. Je vous vois ! Je vous subis !Voici ma récompense de trop vous avoir demandé et attendu, mes nobles fées. J’ai mal, arrêtez tout, j’ai mal, oubliez-moi ! Je suis pourtant à cent gouttes de vous !

Vous me pourrissez ! Vous me tordez de douleurs, je deviens fou, j’ai envie de vous, sans tous ces loups autour de moi qui vont me rendre complètement folle ! Je deviens folle, telle une nonne, qui vit son premier orgasme de maux, rouge sang ! S’il vous plait !

Arrêtez tout, maintenant, c’est un ordre ! Je vous l’ordonne expressément ! Ou je me tranche littéralement !

Vous n’êtes que deux moins que rien et vous ne valez pas plus cher qu’une poule aux œufs de bronze ! Bandes de premières catins dépucelées par le premier valet puceau de mes songes !

Je vous méprise, je ne vous tolère plus, il faut vraiment penser à vous retirer de moi, mes très chères catins.

Putain, j’ai mal, ne voyez-vous pas ma souffrance ? Ne ressentez-vous pas mon mal-être ? J’ai le thorax perforé par mes angoisses, je me roule par terre d’agonie. J’ai l’esprit noirci, obscurci, ramolli, pourri, meurtri par vos sbires.

Pitié, arrêtez, arrêtez, arrêtez tout ! Maintenant et tout de suite, je veux que tout cela ne soit qu’oubli, je vous demande, par la présente d’en terminer avec moi !

Mes dieux ! Mes déesses ? Où êtes-vous ? Qui êtes-vous ? Êtes-vous mort ? Alors, répondez !

Me voilà faire le rouleau de printemps, d’été, d’automne et d’hiver, à terre. Je roule et je m’agite comme un toxicomane qui n’a pas sa dose d’héroïne, si maline, si féline. Je veux ma dose de benzodiazépine, de quétiapine, de cocaïne, même coupée à l’aspirine. Mettez toutes ces substances en poudre, que je les aspire avec mes narines pour ne plus me relever, me réveiller.

Mon doux malin, mal honnête, faites de moi votre proie prioritaire. Prenez mon âme en échange d’un seul instant, même très court, de répit. Je veux souffler ! Espèce rare d’enculé ! comprends-tu ? Raclure de latrine ! Allez ! Va te faire foutre par Dieux ! Oh ton gode ! Oh ton gode ! Oh ton gode ! Oh ton gode ! Tu m’as trigaudée !

Foutez-moi la paix ! C’est le jour de paye ! Je vais fêter mes douleurs avec du sang qui va jaillir de ma carotide rigide ! Voulez-vous gouter à mon nectar ce soir ? Je vous l’offre contre un moment de répit ? Je vous donne même en mariage mes deux plus belles putains de nuit ou de jour. Elles connaissent très bien l’amour ! Je vous le garantis sur facture écrite de ma plus belle plume.

Humez mon rouge, comme il est bon ce tanin du matin. Contemplez-vous la couleur de ce bonheur offert par mes libérateurs ?

Total Page Visits: 274 - Today Page Visits: 1
Avatar

Lionel Belarbi

Sur ce blog je traite et analyse des sujets d’actualités qui me font frémir de délire, sans avoir un avis journalistiques ou autres, j’exerce en toute impunité.Écrivain bipolaire à la plume corrosive, poétique, parfois humoristique ou tragique, mais toujours authentique.Merci de me signaler les photes d'orthographes, elles sont nombreuses et je m'en excuses par avance.

2 réponses

  1. Avatar Isabelle VELEX dit :

    Trop noir pour moi, je me souviens de cette phrase sans me souvenir de son auteur : » pour moi l’art même s’il part du sombre doit tendre vers la lumière » et c’est ce qui me manque dans ce poème….

    • Merci beaucoup pour votre visite ! Votre remarque va droit au but, j’ai d’autres douces flèches à mon arc 😉 Je vous laisse chercher afin d’avoir la surprise avec le mot poème ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *