Alcoolisme : Le revers des amis buveurs.

alcoolisme alcool

A l’orée de la contemplation d’un verre dans un bar où se retrouvent seuls et désarmés des gens alcooliques. La déception qu’on peut trouver dans la solitude chez soi ou ailleurs afin de combler ce rictus, mais on peut être insolemment seul, même au milieu de beaucoup de personnes.


C’est pourquoi dans la foule des anonymes que l’on peut rencontrer parmi la foule solvable, a mi-temps par l’alcool prosélyte de foudre en pleine guerre contre soi-même que sort des gens qui peuvent aider et guérir. Il faut saisir les mains tendues.

La solitude comme une fondrière du temple du corps et de l’esprit farouche et tardive, innocence retrouvée pour quelques heures de paysages printaniers élucubratif qui peut virer a l’hystérie.

Prosélyte paysage d’odeur et de suavité de l’alcool. Comment contribuer au besoin dans ce mirage glacé des vapeurs des cocktails ?

La fleur de l’extase pour qui sait s’extasier contre les demeures grises ou nous sommes déjà libre de dominer le silence qui ferme les portes. Pinceau d’argent qui vérifie les formes dissolues du printemps qu’on écrit. Alors les portes s’ouvrent sur l’alcool qui peut être très dangereux sur la velléité d’un être vivant. Il faut guetter l’implacable insolence de ce produit.

Malgré la vente libre il grossit parfois les difformes vérités. Si l’alcool devient notre seul allié, notre seul ami et notre plus beau cauchemars pour connaître la solitude. Il peut parfois aliéner le riche ou le pauvre. Il stigmatise pouvant devenir un ennemis et se soupçonne sous la forme d un braconnier des scories.

Restons prudent et souple l’alcool oui, mais sans excès.

Total Page Visits: 1247 - Today Page Visits: 3
Aurélie B.

Aurélie B.

La prose m'accompagne dans toutes mes réflexions sur le monde des oubliés. J'exerce avec fierté sur le journal abrasif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *