5 effets méconnus du réchauffement climatique

réchauffement climatique

Ce matin, j’ai vu le tweet d’une « boomeuse » citant les températures anormalement froides des Alples Maritimes récemment frappées par la tempête Alex ainsi que de gigantesques crues dévastatrices.
Elle y disait :

« J’habite dans les Alpes Maritimes depuis 1977 et c’est la première année qu’il fait si froid début octobre. Vivement le réchauffement climatique ! Je sens que je vais me faire copieusement insulter, Allez-y lâchez vous, j’adore »

Si il est vrai que nous sommes en dessous des moyennes de saison en ce moment, le climat est une question complexe, tirer la conclusion que le réchauffement climatique n’existe pas car il fait frais en octobre est un raccourci un peu rapide.
Pour vous donner une idée de la complexité du sujet, voici 5 effets méconnus du réchauffement climatique.

Le réchauffement climatique peut refroidir une partie de l’Europe

réchauffement climatique
Le réchauffement climatique rendra peut être les hivers plus froids (et les étés plus chauds).

Effectivement, cela peut paraître paradoxal et pourtant c’est plutôt logique. Vous pensez probablement que si vous partiez de la Bretagne en bateau et si vous avanciez tout droit en continu, vous arriveriez aux États-Unis mais… pas du tout, vous arriveriez au Sud du Québec. Prenez n’importe quelle carte, vous le constaterez pas vous mêmes : Nous sommes à la même latitude que le Québec, et c’est pareil pour la Suède qui pourtant a un climat tempéré et doux malgré sa latitude septentrionale.
Le fait que nous jouissons d’un climat relativement tempéré alors que nous devrions nous les peler est dû a l’océan et notamment au fameux Gulf Stream.


Cependant, la fonte des glaces rajoute de grandes quantités d’eau douce dans les océans, hors l’eau douce a une densité inférieure à l’eau salée ce qui peut réduire les courants marins, et donc provoquer un climat plus continental dans certaines parties de l’Europe : Des étés plus chauds et des hivers… plus froids. (Source)

Le réchauffement climatique va provoquer des glissement de terrain…

réchauffement climatique
Le pergélisol qui fonds provoque des glissement de terrain (mais pas que !)

Environ un quart de l’hémisphère Nord est couvert de « pergélisol », un sol gelé en permanence. Et ce sol vous ne l’avez jamais vu et c’est normal : Il est situé sous terre, à une profondeur variant de 60 centimètres à quelques mètres sous le « Mollisol », un sol riche en matière organique sédimentaire.


Cependant, le pergélisol n’est pas a l’abri de la fonte des glaces et, en fondant, libère de l’espace sous le mollisol rendant les terres instables : Érosion côtière (Cf. image ci-dessus) arbres qui ne tiennent plus debout, et routes détruites. En montagne cela provoque même des chutes de roches massives et des tremblements de Terre de 3,9 sur l’échelle de Richet, et, évidemment, des inondations. Ce phénomène va jusqu’à former de monstrueux cratères au beau milieu de la Sibérie. Le pergélisol recouvre surtout la zone Arctique (qui se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète !) dont les zones de toundra et de taïga. (Source)

Et va causer des émissions massives de mercure…

réchauffement climatique
Image d’illustration (pollution aux hydrocarbures en Sibérie).

Oui oui, du mercure, vous avez bien lu. En effet, le pergélisol et l’Arctique contiennent d’immenses quantités de différents éléments, c’est d’ailleurs pourquoi on qualifie l’Arctique de futur Eldorado : il y aurais notamment de l’or, de l’argent, du manganèse, des terres rares, de l’uranium, du pétrole, du gaz naturel, de la pêche industrielle massive et 500 milliards de tonnes de Charbon pour être sûr de bien cuire la planète dans la foulée.

Cependant, tout ce que renferme l’Arctique et ses pergélisols n’est pas aussi glorieux : outre les habituels virus et bactéries, il y a d’énormes quantités de mercure, l’équivalent de 50 piscines olympiques (1,7 millions de tonnes) qui risquerait de se déverser directement dans les océans.
Pour vous faire une idée, le dose considérée comme tolérable par un organisme humain est de 5 microgrammes par kg de poids corporel. (Source)

…Et des émissions considérables et incontrôlables de gaz à effet de serre !

réchauffement climatique

Oui bon, du mercure, ça ne vous fait pas plus peur que ça.
Mais ce n’est pas tout : déjà, l’Arctique a commencé à émettre du protoxyde d’azote, aussi appelé gaz hilarant, un gaz à effet de serre au pouvoir réchauffant 300 fois plus élevé que le CO2 et dont la demi-vie de l’atmosphère est supérieure de douze ans au CO2, ce qui ne fait pas trop rire les ours polaires.


Ensuite, l’équivalent de deux fois le carbone contenu dans l’atmosphère est stocké sous les glaces, notamment sous forme de méthane qui peut s’échapper dans l’atmosphère et de tourbe qui peut brûler en continue (y compris sous la neige pendant l’hiver ! Cela provoque des « incendies zombies » en Arctique.) et qui est extrêmement difficile à éteindre, voir impossible a grande échelle.
Cela représente 1,5 milliards de tonnes de gaz a effet de serre émis dans l’atmosphère, et petit bonus ; la fonte totale du pergélisol augmentera la température moyenne planétaire de 1 a 12 degrés Celsius, de quoi largement réchauffer notre boomeuse climatosceptique. (Source)

Et augmenter les rendements agricoles (?)

réchauffement climatique

Un effet encore moins connu mais pas forcément négatif : une augmentation des rendements agricoles dû aux températures légèrement plus élevées mais aussi a une augmentation du taux de CO2 qui a un effet fertilisant (le carbone présent dans les plantes vient du CO2 de l’air).


L’augmentation des rendements se fait sentir pour un réchauffement faible et à condition d’avoir de l’eau : Au delà, on parle plutôt d’une diminution des rendements. L’agriculture deviendra possible à des latitudes plus élevées mais impossible dans les latitudes plus basses (Ainsi certains Etats du sud des Etats-Unis ne pourront plus avoir de production agricole suffisante mais il sera possible de cultiver l’Alaska). Les arbres ont également augmenté leur photosynthèse en réaction aux taux d’ensoleillement et de CO2 plus élevés. (Source)

Comment s’en sortir ?

Je vois déjà les commentaires populistes venir : Oui mais tout ça c’est la faute aux riches, aux avions et aux cargos, aux gouvernements, au nucléaire, à la climatisation (un article va bientôt sortir sur ce sujet d’ailleurs)…
C’est comme quand on parle de violences psychiatriques, il est coutume de reporter la faute aux autres (et évidemment au grand capital et aux riches) même si la véritable cause est juste sous notre nez.


Un exemple ? La centrale a charbon Allemande la plus polluante émet autant que tout l’aérien Français, intérieur et international compris.
Donc à la question « comment s’en sortir ? » je répondrais que c’est très complexe et ce n’est pas à coup de taxes au kérosène et de fermetures de Fessenheim qu’on changera les choses. Si le sujet vous intéresse, je ferais peut être un article parlant des différentes solutions allant des plus futuristes aux plus rétrogrades en passant par les idées réalistes imaginées (et une série sur le réchauffement climatique).


Total Page Visits: 236 - Today Page Visits: 2
Asperger Défense [Rédacteur en Chef]

Asperger Défense [Rédacteur en Chef]

Autiste asperger en lutte contre les soins sans consentement, libertarien et pro-choix, et souhaitant, non pas fournir un simple avis comme généralement c'est le cas sur les réseaux sociaux, mais des analyses plus rationnelles et nuancées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *